CuckoldPlace.com
World's Biggest Cuckold Community CuckoldPlace.Com! 124492 registered members can't be wrong!

Contact Us · Search ·  Sign Up  · Members Area · Polls · Chat · 
YOUCUCK.COM RECENTLY ADDED VIDEOS
CuckoldPlace.com /
Espace Des Cocus /
 

Les mots d'aphrodite

Rating: 3
 Page Page 1 of 6:  1  2  3  4  5  6  Next »
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#1 · Edited by: prince albert 1
 Down to the last message
Bonjour à tous
J'ai le plaisir de vous faire part de l'ouverture du site "Les mots d'Aphrodite"
Pour les amateurs de littérature érotique (...très) ce ***t des romans et des nouvelles inédites écrits en français par Lisa Nel***
Y seront aussi publiés des ouvrages de ses amis et complices.
Le premier ouvrage mis en ligne est "Défi", une saga de 528 pages
En souhaitant que cela puisse vous plaire, nourrir votre imaginaire et vos fantasmes les plus intimes.
Très amicalement
Lisa Nel***

The hyperlink is visible to registered members only!

Le début de "Défi"(extrait)
Défi

Chapitre I
LE DÎNER


Paris, Avril 2010

Le portier accueillait avec un sourire déférent les unes après les autres les clientes dans le magasin de l'avenue Montaigne. C'était un vaste show-room qui présentait les plus grandes marques de vêtements, d'accessoires, de chaussures et de bijoux pour des femmes fortunées. La plupart étaient des étrangères. Elles aimaient être traitées avec égards et toutes les attentions qui devaient leur être dues par la dizaine de vendeuses qui allaient et venaient entre les rayons, prêtes à satisfaire toutes les demandes et même les anticiper. Toutes portaient des tailleurs sobres et élégants, jambes gainées de bas fins, en talons hauts, pour mettre en valeur toute la féminité que pouvait offrir l'endroit. Une règle stricte que faisait respecter Anne-Sophie, la patronne du lieu, sans tolérer la moindre entorse et laisser-aller.
Elle dirigeait la boutique et tout *** per***nel depuis *** vaste bureau à l'étage desservi par un escalier en colimaçon auquel elle seule avait accès, sauf invitation particulière d'une cliente de marque. Elle gérait *** entreprise d'une main de fer et, crainte aussi bien par ses employés que ses fournisseurs, elle en assurait une prospérité que beaucoup lui enviaient. A l'inverse Anne-Sophie savait se montrer d'une amabilité qui touchait à la complaisance et la condescendance avec ses clientes. Aucun compliment et aucune flatterie n'étaient superflues. Dans ce cocon de luxe feutré aux épaisses moquettes, tout respirait la volupté. Et la dévotion au pouvoir et à l'argent.
Lorsque les vendeuses entendirent ce jour-là les talons d'Anne-Sophie claquer sur les marches, toutes se crispèrent un peu et vérifièrent qu'elles ne prêteraient pas le flanc à des réflexions ou sanctions de sa part. Lorsque Anne-Sophie quittait ainsi *** bureau en pleine journée c'était le plus souvent lorsque la venue d'une importante cliente lui était annoncée par *** entourage ou ceux qui la conduisaient dans la boutique.
Apparurent d'abord les fins et vertigineux talons aiguilles de ses escarpins aux semelles écarlates dont elle portait de nombreux modèles au quotidien. Puis tandis que ses mains aux longs ongles vernis glissaient le long de la rampe, se découvrirent ses jambes fuselées gainées de bas à couture gris fumés d'une finesse remarquable. Anne-Sophie parvint enfin au palier d'une démarche féline, arrogante et sûre d'elle. Elle portait une jupe moulante de cuir souple au dessus du genou, fendue à mi cuisse, faisant deviner la lisière d'un bas.
Du pas ferme qui la caractérisait, elle traversa le magasin pour s'approcher de l'entrée, sans manquer de jeter des regards inquisiteurs autour d'elle. Elle franchit la porte tournante pour aller au devant de sa cliente qui descendait d'une imposante limousine noire aux vitres fumées.
- Chère Sabrina !! Quel plaisir de vous revoir ! Cela fait si longtemps...
*** enthousiasme convenu faisait partie de *** per***nage et de sa fibre commerciale, mais pas que... Les deux femmes s'étreignirent chaleureusement, s'embrassèrent, puis entrèrent dans le magasin en échangeant quelques banalités sur le voyage et l'installation de Sabrina dans un des palaces proches, là où elle avait ses habitudes. Anne-Sophie l'escorta de rayons en rayons prévenant ses attentes et ses goûts qu'elle connaissait parfaitement depuis des années maintenant. D'un geste elle désignait aux vendeuses les articles sur lesquels sa cliente jetait *** dévolu. Puis toutes deux gravirent l'escalier afin de prendre le thé et s'isoler pour que Sabrina puisse essayer confortablement et toute discrétion ce qui avait retenu *** attention, dans le bureau d'Anne-Sophie. C'était d'ailleurs plus un appartement qu'un simple lieu de travail et offrait tout le luxe nécessaire à accueillir de telles clientes ou ses relations.
Toutes deux s'installèrent confortablement, et Anne-Sophie fit monter une de ses employées pour leur servir le champagne, tandis qu'elles discutaient de leurs vies respectives depuis leur précédente rencontre. Sabrina était l'épouse d'un riche armateur de Côte d'Ivoire. Elle partageait *** existence entre sa vie sociale et relationnelle auprès de la communauté des expatriés, notables et puissants locaux, et les voyages d'agréments, ou liés aux affaires de *** mari, autour de la planète.
Elle était d'origine libanaise comme *** époux. Grande, brune à la longue chevelure qui couvrait ses épaules et de superbes yeux myosotis que *** maquillage accentué rendait encore plus présents. Fréquentant la même jet-set voyageuse, elles s'échangeaient des nouvelles des unes et des autres, aussi bien sur leurs nouvelles garde-robes, les bijoux qu'elles s'étaient fait offrir et arboraient, que sur leurs amours, leurs amants affichés et même les divorces et remariages de leurs amies. Des futilités qu'elles reconnaissaient mais dont elles se repaissaient. Leur légèreté n'était qu'apparente car les deux femmes étaient issues de milieux aisés, cultivées, avaient suivi des sérieux cursus universitaires et parlaient plusieurs langues.
Si Anne-Sophie avait fait le choix de travailler en ouvrant cette boutique, ce n'était aucunement par nécessité car comme Sabrina elle était mariée à un riche homme d'affaire qui était largement en mesure de lui offrir une vie de rêve. *** amie, après avoir été mariée à deux reprises auparavant et avoir occupé des fonctions de consul de *** pays dans divers continents, s'épanouissait dorénavant dans *** rôle d'hôtesse et de faire valoir de *** époux, sans en éprouver aucun regret.
Deux vendeuses frappèrent à la porte du bureau, puis entrèrent en portant ce que Sabrina avait sélectionné. Anne-Sophie se leva pour les contrôler, puis d'un coup jeta une des robes à la figure d'une de celles-ci.
- Ma pauvre fille !! Vous êtes la dernière des connes !! Présenter du 40 pour Madame ... ! Vous l'insultez ou vous la prenez pour une vache laitière ? Excusez vous et rapportez lui immédiatement du 36 !
- Mais, Madame ... ce n'est pas moi qui ...
- Fermez la ! Excusez vous et baissez les yeux pour nous parler !
- Pardon Madame, balbutia la fille, esquissant même l'amorce d'une génuflexion en baissant la tête. Puis toutes deux se retirèrent sans un mot.
Même si elle avait été un peu étonnée par la scène, Sabrina ne la commenta pas et suivit Anne-Sophie jusqu'à une vaste alcôve aménagée en confortable cabine d'essayage. *** hôtesse lui porta sa coupe de champagne et l'invita à prendre tout *** temps, tout en retournant s'installer sur un des canapés. Sabrina n'estima pas nécessaire de tirer le rideau qui fermait la cabine et commença à ôter ses vêtements sans aucune gêne. Elle dévoila un corps parfait cambré sur ses talons aiguilles et seulement paré de bas noirs à la large bordure brodée de la marque de luxe qui les lui fournissait, d'un serre taille en satin tendant six jarretelles, et d'un soutien gorge à coupelle qui dévoilait sa poitrine en la faisant saillir. Elle était magnifique. Anne-Sophie dont les goûts en matière de plaisirs étaient multiples, se repaissait de l'admirer même de loin.
Elle avait déjà assisté dans ce bureau à des essayages de *** amie ainsi, mais elle remarqua un changement qui la rendait encore plus désirable. Ses seins.
Ce fut encore plus évident lorsqu'après quelques jupes, Sabrina ôta *** soutien-gorge pour essayer la lingerie qu'elle avait choisie. Sa poitrine avait pris un volume évident, et les deux globes restaient totalement fermes, dressés et immobiles sans plus aucune assistance. De plus ses deux tétons étaient percés de petites barrettes en or terminées à chaque extrémité par des diamants sertis de belles tailles. Anne-Sophie ne put s'empêcher de lui en faire compliment.
- Votre poitrine est superbe...Et magnifiquement ornée.
Sabrina prit avec le sourire le commentaire de *** amie et se tourna ouvertement vers elle pour la lui exposer.
- Oui en effet, comme vous avez pu le remarquer j'ai choisi cette fois du 100 E. Il y a quelques mois mon mari m'a accompagnée au Brésil pour me présenter un de ses amis qui est un des chirurgiens esthétiques les plus réputés de la planète. À trente quatre ans, le temps a déjà fait *** effet et il était nécessaire de retendre et remonter un peu tout ça ...
- Vous portiez pourtant déjà un beau 90 D avec prestance.
- Merci, mais je ne supporte pas de perdre ma silhouette. Et puis comme la plupart des hommes, mon époux apprécie que j'affiche une poitrine arrogante et volumineuse en toutes tenues et circonstances. Et outre leur remise en forme, j'ai accédé à *** désir de prendre quelques tailles de ce côté là. Et j'avoue être vraiment satisfaite du résultat.
- Vous pouvez...C'est une totale réussite qui vous va si bien, en tel contraste avec la finesse de votre taille...Mais les barrettes ?
- Les barrettes, c'est un peu à vous que je les dois.
De quelle manière ?
.............................

le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#2 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
quelques captions pour vous sur tous mes thèmes préférés
amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#3 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
prince albert 1
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
fred01

Member


Posts: 3243
#4
Up to the first message Down to the last message
cool
fred
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#5
Up to the first message Down to the last message
fred01
merci à toi
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#6
Up to the first message Down to the last message
prince albert 1
Pour vous
Bonne journée
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#7
Up to the first message Down to the last message
prince albert 1
Pour vous
Bonne journée
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#8
Up to the first message Down to the last message
Bonjour à tous
Pour vous un second extrait de "Défi"
Une des premières rencontres intimes entre Anne-Sophie et Sabrina
Amicalement
Lisa
The hyperlink is visible to registered members only!

......
- Tu as vraiment besoin de sensations fortes ! Allez, reposes moi ce coffret, et avant sors et poses devant moi
ces cinq grosses boules et une chaîne pour relier tes seins. On va renouveler cela !
Sans un mot, Anne-Sophie obéit. Elle essayait de reprendre le dessus et redevenir celle qu'elle était mais en
vain. Elle se sentait comme happée par le rôle que Sabrina lui faisait endosser.
- Tu me prends dans l'armoire un collier, une laisse et des menottes de cuir pour tes poignets et tes chevilles,
de quoi les relier, puis tu te les poses devant moi.
Anne Sophie s'exécuta et durant de longues minutes se prépara comme on lui avait demandé. Plutôt ordonné.
- C'est long !! Dit Sabrina.
- Désolée, Madame. Je n'ai pas l'habitude. Généralement c'est moi qui installe cela à mes partenaires.
- Tu apprendras certainement à les porter...
Une fois prête, face au pied du lit, Sabrina s'approcha d'elle.
- Bras dans de le dos ! Tournes toi !
Elle relia alors les menottes de cuir des ses poignets par un mousqueton pour les immobiliser. Puis à l'aide
d'une courte chaîne elle fit de même avec ses chevilles.
- Face à moi, et recule de quelques pas, que je te voies bien.
Anne-Sophie, à tout petit pas, entravée par quelques dizaines de centimètres de chaînes et sur ses
talons aiguilles s'exécuta lentement.
Sabrina remonta sur le lit et s'accroupit en s'emparant de deux des boules et de la chaîne. Elle tendit le
bras et assura le fermoir de la chainette du poids d'or sur le premier anneau des seins d'Anne-Sophie.
Elle le laissait reposer sur sa paume puis lentement descendit sa main.
Le téton se déforma lentement, puis le sein, jusqu'à ce que Sabrina libère la boule de *** soutien.
Une crispation apparût sur le visage d'Anne-Sophie, mais elle voulait montrer sa résistance en n'émettant
pas un ***.
Elle savait que cela ne ferait qu'exacerber l'attitude de Sabrina à *** égard, en tout cas cela aurait été *** cas,
mais si elle se pliait à *** rôle à ce moment, sa détermination à assumer le défi lancé était ancrée en elle.
Anne-Sophie put vite le vérifier. Sabrina posa la seconde boule et cette fois la laissa retomber sans amortir
sa chute.
Et cette fois ce fut une grimace qui se dessina.
Sabrina sourit. Satisfaite d'elle.
- Alors ça te plait ? Ça te fait du bien ?
- Oui, Madame.
- Parfait ! Alors on va continuer !
Elle prit la petite chaine et la posa aux anneaux de ses seins.
- Voilà ! Comme cela ils vont pouvoir être bien reliés et être sollicités ensemble au moindre de tes
mouvements. J'imagine que cette chaîne est faite pour cela, non ?
- Oui, Madame... Mais jamais avec ces poids...
- Eh bien ça sera une première ! On continue ?!
- Oui, Madame.
Même ainsi immobilisée, Anne-Sophie ne pouvait se retenir de faibles mouvements qui se transmettaient aux
sphères et que les chaines amplifiaient.
Et là ce n'était pas dans le cadre d'ébats sexuels, mais bien d'une domination infligée par une femme dont ce n'était pourtant à priori pas l'inclination.
- Écartes les jambes ! Au maximum de ce que permet ta chaîne !
Anne-Sophie obéit en faisant glisser ses escarpins sur la moquette, mais sans pouvoir se soustraire aux
balancements provoqués aux boules.
Sans plus y mettre de retenue, Sabrina posa alors les autres terribles parures à ses grandes lèvres,
puis enfin avec une sourire non contenu, le dernier qu'elle laissa tomber d'un coup, à *** clitoris.
Cette fois Anne-Sophie ne put retenir un gémissement.
- Tu as mal cette fois, chérie ? Et ne ment pas !
- Oui, Madame c'est dur, mais je suis au-dessus de ça... Merci...
- Tu seras décidément dure à dresser, mais je crois que vais vraiment y prendre plaisir.
Allez recule encore un peu, je veux voir mon oeuvre en entier !
Anne-Sophie s'écarta d'un bon mètre du lit tandis que Sabrina s'allongea à nouveau langoureusement sur le lit
pour admirer le spectacle.
- C'est superbe, et tout cet or qui d'habitude sert à te mettre en valeur et prouver puissance et richesse,
n'est maintenant que ton bourreau. Allez, montre moi ce que tues capable de t'infliger et de supporter.
Bouge ton cul et fait onduler ton buste ! Je veux voir et entendre les boules s'entrechoquer !
.........

le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#9 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
Bonjour à tous
Pour vous
Amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#10
Up to the first message Down to the last message
Bonjour à tous
Le volume 2 de "Défi" est en ligne
Un extrait pour vous
Amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!


- Aimé, détachez la de la voûte et posez lui ses fers cette fois mains dans le dos, ordonna Sabrina.
Il la prépara sans qu'Anne-Sophie, pantelante, montre la moindre résistance.
- Maintenant, Fatou, à genoux !
Elle jeta un regard haineux à Sabrina, mais se plia à *** injonction.
- Aimé, sortez votre sexe et approchez le de la bouche de ma bonniche !
S'il n'était encore que partiellement érigé, le membre d'Aimé qui émergea était déjà d'une taille remarquable. Peut-être était-ce la situation ou la correction qu'il venait d'administrer à Anne-Sophie, mais tout cela était loin de l'avoir laissé insensible. Les épaisses veines qui couraient le long de sa hampe d'un noir si profond palpitaient déjà. D'une main il sortit ses bourses, longues, fripées, gonflées et chacune de la taille d'un gros abricot. Il prit en main *** sex et le caressa un peu pour le présenter aux lèvres d'Anne-Sophie, ce qui participa à parfaire *** érection remarquable.
- Maintenant, ma chienne, tu vas remercier convenablement celui qui t'a offert ce que tu méritais. Je suis certaine que tu vas bien t'appliquer à sucer un nègre, surtout Aimé dont la queue te faisait tant mouiller l'autre soir lorsque tu l'as découverte ! Et dit lui merci de te l'offrir devant tous avant de t'en occuper comme elle le mérite.
Après la souffrance physique, Sabrina lui imposait le comble de l'avilissement public. L'énorme gland n'était maintenant qu'à quelques centimètres de sa bouche mais elle n'arrivait pas à les franchir.
Malgré la douleur qui embrasait tout *** corps et l'ordre auquel devait se plier sans aucune liberté de choix, elle sentait cependant le désir de ce sexe monstrueux l'envahir. Comme ***********. *** orgueil était pourtant loin d'avoir disparu et se refusait à ce que soient les mains de ce nègre qui s'emparent de *** visage pour la contraindre à faire envahir ses lèvres par cette verge démesurée. Elle voulait que ce fut sa décision. Mais *** atermoiement fut de courte durée.
- Tu vas la sucer la bite d'Aimé ?!!! Et à fond ! Et dépêches toi si tu ne veux pas qu'il soit obligé de t'en administrer une autre série pour t'apprendre à obéir plus vite ! Je veux que tu le prennes jusqu'au fond de la gorge et que tu avales sa semence de « nègre » sans en perdre une goutte ! Et tu vas commencer par me lui titiller *** gros et superbe gland tout rose avec ta langue de vipère. Et je veux t'entendre d'abord le remercier avec déférence d'offrir une si belle queue à une chienne comme toi ! Et haut et fort ! Que tous ici entendent clairement !
Le ton et sa situation ne lui laissaient pas d'alternative. Elle ravala se salive et prononça ce qui relevait pourtant pour elle de l'impensable.
- Merci Monsieur Aimé de me laisser sucer votre magnifique bite et de me faire l'honneur de jouir dans ma bouche de salope...

le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#11
Up to the first message Down to the last message
Bonjour à tous
amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#12
Up to the first message Down to the last message
Bonjour à tous
amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#13
Up to the first message Down to the last message
bonne journée à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#14 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
bonjour à tous
Un extrait de la suite de "Défi"
Amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!

Lorsque Sekou s'approcha avec la première olive incandescente et elle ne put réprimer un mouvement de
recul. Cette fois elle surplombait la scène et en penchant la tête elle voyait sa grande lèvres étirée par la pince sur l'enclume puis vinrent les premiers coups de marteau, s o nores et puissants.
Kouassi était habile et ne touchait pas la chair, mais à chaque frappe Anne-Sophie ne pouvait se
retenir de se mordre les lèvres.
Il termina par la pose au travers de la fine peau de s o n clitoris. La pire. Rien que l'étirement de cet endroit si
sensible pour effectuer s o n oeuvre fit sangloter Anne-Sophie. Et malgré l'application de froid, elle ressentit
cruellement la transmission de la chaleur du métal rougi.
s o n corps était maintenant ruisselant de sueur. Elle dut rester ainsi immobilisée à nouveau de longues minutes,
avant que Kouassi ne revienne vérifier que la température était redevenue supportable et la libère de ses entraves.
Avec précaution, elle enjamba l'enclume, la chaleur des anneaux était tolérable, mais en rapprochant ses
jambes, elle découvrit l'inconfort de ces trois énormes anneaux entre ses cuisses. Elle ne pouvait les refermer
qu'au prix de les faire glisser les uns sur les autres, et ce faisant, étirer ses lèvres et s o n clitoris à chaque pas.
- Viens nous présenter ça ! lança Aminata.
Elle s'approcha à pas mesurés et contrôlés. Sa matrone les soupesa et y glissa ses doigts pour vérifier la
solidité de leur implantation, qui pourtant déjà de visu ne laissait aucun doute.
- Madame sera contente. Et Fatou va maintenant bien sentir en permanence, ce que c'est que l'esclavage que
les salauds comme elle, nous imposaient sans pitié. Et çac'est plus de la décoration ! Et il va falloir que tu apprennes et tu t'habitues pour longtemps à servir et marcher dignement avec ça.
L'effet de l'anesthésiant disparaissait peu à peu et Anne-Sophie commençait à ressentir pleinement les
étirements imposés à ses lèvres et ses tétons.
- Bon, maintenant on va terminer le travail ! Pose ton cul sur ce tabouret.
Et il désigna un petit trépied en bois. Anne-Sophie s'y installa et écarta largement les jambes sur s o n ordre.
À l'aide d'une petite pince cette fois, il scella aux anneaux de s o n sexe les fermoirs des courtes
chainettes au bout desquelles pendaient les clochettes de cuivre. Ce fut indolore, mais avec ces trois pendentifs la
honte était portée à s o n comble.
- Allez, marche un peu pour qu'on de rende compte du résultat.
Elle fit quelques pas mal assurés, et dès les premiers on entendait distinctement le tintement de ces
grelots.
- Parfait ! dit Aminata. Comme ça on saura toujours où elle est et on l'entendra arriver. Et puis ça amusera ceux qui la baiseront ou l'enculeront de l'entendre ainsi s onner sous leurs coups de bites.
- Au fait, faudrait pas oublier Sekou ! Il a bien mérité sa récompense !
- Bien sûr ! Allez viens te faire sucer gamin, dit Aminata.
Le jeune homme quitta sa forge, et s'approcha en sortant de s o n pantalon un sexe de belle taille déjà bien
bandé. La bouche d'Anne-Sophie assise ainsi était juste à la hauteur du sexe qu'il lui présenta. Bien sûr c'était un sexe noir, bien sûr on ne lui demandait pas s o n avis, mais après ce qu'elle venait d'endurer, devoir sucer ainsi sur ordre était presque un plaisir. Elle ouvrit spontanément la bouche pour l'accueillir. Il était d'une taille remarquable malgré sa jeunesse. Oubliant presque la honte de sa situation, elle éprouva une certaine fierté que cette verge adolescente se dresse si virilement pour elle.
Qu'importait qu'elle doive sucer ce sexe sous les regards inquisiteurs et narquois de ses deux tortionnaires,
elle avait dépassé depuis longtemps ce stade de déchéance.
Leur présence lui était indifférente. Après ce qu'elle venait de subir, donner du plaisir avec ce jeune mâle noir
vigoureux et en prendre à lui offrir ses talents, était une délectation qu'elle n'aurait jamais imaginée quelques
semaines auparavant.
Elle dut user de se deux mains libérées pour réussir à faire le tour de sa hampe d'une épaisseur remarquable.
Elle fit entrer le gland entre ses lèvres tandis qu'elle masturbait s o n sexe.
Inconsciemment et sans plus aucun discernement, elle ressentait le désir qu'il devienne encore plus gros sous
ses caresses. Ce qui fut le cas. Sékou, le pantalon sur les chevilles, avait pris sa tête à deux mains et l'empalait au plus profond de sa gorge. D'étouffement, la salive d'Anne-Sophie coulait jusque sur ses seins, mais elle ne soustrayait pas à cette pénétration virile qui ne se souciait que de s o n propre plaisir.
Il avait perdu toute forme du respect qu'une blanche comme elle, aurait dû lui inspirer. Et il sentait à s o n
attitude active, qu'elle l'y encourageait.
- Mmmm ... Quelle salope ! Elle suce vraiment comme une pute, et on sent qu'elle aime ça cette chienne !
Elle en a plein la bouche et elle arrive encore à me lécher la queue avec sa langue de garce. C'est une putain dans s o n pays, patron ?
- Pas encore, non, ça viendra peut-être. Elle voulait prouver qu'elle était capable d'être une esclave, alors
Madame Sabrina s'en occupe sérieusement. Te prive pas de la traiter comme ça.



le sexe sans tabous
pineau

Member

Posts: 5156
#15
Up to the first message Down to the last message
excellent
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#16
Up to the first message Down to the last message
pineau
bonjour et merci à toi
amicalement



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#17 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
bonjour à tous
Avant la prochaine suite de "Défi" La nouvelle "L'Annonce" a été mise en ligne
Pour tous les maris qui rêvent d'être cocus et qui n'imaginent pas à quel point leurs femmes pourraient les combler sans qu'ils n'y puissent plus rien.
Amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!

Un extrait pour vous

.............
Elle déployait de plus tous ses atouts et s o n charme pour réactiver en moi un désir et une virilité qu'elle pensait peut-être s'être émoussé. Elle avait acheté des tenues et des dessous de plus en plus sexy qu'elle portait pour m'accueillir ou pour m'attendre au lit. Mais sans beaucoup de succès, hormis les compliments que je lui
faisais et les allusions sur le fait que tous les hommes devaient la désirer ainsi.
Je ne l'avais plus prise "comme un homme" depuis environ quatre mois et nous ne jouissions pour ma part que de sa main et de sa bouche, et pour elle que de mes caresses, et de ses godemichés, mais cela elle ne m'en faisait jamais part.
Même si ce n'étaient que des morceaux de plastique, c'était déjà un premier pas, et le fait que Virginie ne partage pas cela avec moi était déjà un mens onge délicieux sur la voie de mon fantasme. Et, de plus en plus souvent, seul dans ma chambre d'hôtel, je l'imaginais se pénétrant et se faisant jouir ainsi. Pensant à moi, ou non ...
Puis un second signe me confirma que Virginie était maintenant proche de la voie que j'avais fantasmée.
Nous étions sortis tous les deux un soir au cinéma, puis allés dîner au restaurant. Elle était gaie, pimpante, vêtue plus sexy qu'à l'habitude et dans le restaurant elle attirait les regards. J'en étais fier et je dus reconnaître que de retour de voyage le matin même, je bandais sous la table en regardant ma propre épouse et en me
demandant si j'allais malgré tout effectuer mon petit stratagème avant d'aller au lit pour ne pas être en mesure de prendre cette femme si désirable.
Ce fut elle qui évoqua s o n travail à la clinique et parla en plaisantant d'un cardiologue qui n'était pas insensible à ses charmes.
Elle me disait qu'il lui adressait souvent des allusions égrillardes et la complimentait sur s o n physique. Il lui avait même fait quelques propositions d'aller prendre un verre avec lui après s o n service, mais elle l'avait éconduit sans y attacher d'importance.
Je lui demandai alors des détails sur ce médecin, et elle me répondit simplement qu'il était bel homme, qu'il avait très bonne réputation professionnelle et qu'il n'était pas marié.
Cela s'arrêta là. Elle en parlait simplement comme un collègue, ni plus ni moins. Mais c'était cependant la première fois qu'elle me parlait d'un homme ainsi, et avec autant de gaieté.
Cela commença à aller et venir en moi et je sentais Virginie prête à basculer. Mais, moi, étais-je vraiment prêt à passer du fantasme à la réalité ? J'étais troublé en rentrant et j'avais hésité.
Devais-je lui montrer à quel point elle m'excitait et me plaisait, devais je lui montrer que j'étais toujours s o n "homme", ou avoir le courage de vivre ma pulsion en la laissant découvrir d'autres plaisirs.
Pendant qu'elle m'attendait dans la chambre, je me résolus cependant à faire perdre s o n ardeur à mon sexe et malgré les caresses que je lui offris ce soir-là je sentis plus qu'à l'habitude, le
dépit de Virginie.
Les choses se poursuivirent durant encore environ trois mois. Mes déplacements étaient de plus en plus longs et fréquents.
Puis un jour elle vint me chercher à l'aéroport, ce qui n'était pas s o n habitude.
Elle me dit qu'elle désirait que nous allions dîner au restaurant sans même passer à la mais o n.
s o n regard était à la fois vif, gai et trahissait pourtant une certaine inquiétude. Durant le trajet, nous parlâmes de choses sans importance puis elle chuchota qu'elle voulait m'annoncer quelque chose. J'étais curieux, mais cela devait attendre le dîner. Qu'elle avait besoin de boire un verre et de se décontracter.
Elle m'avait demandé de la conduire dans un restaurant que nous connaissions bien, très intime avec de petits box discrets.
Après un peu de champagne et la commande au serveur, je la sentais plus détendue. Elle mit ses mains dans les miennes et avec un étrange sourire, me demanda de façon assez directe si j'avais toujours ce fantasme aussi intense qu'elle fasse l'amour avec un autre homme.
Je pensais ne jamais entendre ces mots dans sa bouche, surtout de façon aussi calme et posée.
J'étais à la fois aux anges et un peu s o nné. Elle s'en aperçut et sourit de mon état et du silence qui suivit.
Elle me regardait avec douceur et je ne pus que lui dire que oui, que ce serait mon plus grand bonheur et que quelles que soient les conditions qu'elle y mettrait, je les acceptais par avance.
Elle rit alors en me disant que je me vantais peut-être en étant si définitif et si sûr de moi. Qu'elle pouvait peut-être se montrer différente de la femme que je pensais si bien connaître.
Mais elle émaillait ses propos de « je t'aime » de « mon chéri » qui finissaient de me troubler plus encore.
Elle me demanda alors si ce fantasme dont je lui parlais tant n'était pas un prétexte pour avoir des aventures de mon côté. Car cela elle ne pourrait l'accepter.
Je connaissais sa jalousie, et étant la seule femme que j'aie jamais aimé et désiré à ce point, cela ne m'avais même jamais effleuré l'esprit.
Je la rassurais sans hésiter sur ce point et je lui parlai même de porter un de ces accessoires de chasteté dont j'avais entendu parler, si cela pouvait la mettre à l'aise.
Elle me répondit qu'elle n'aimait pas tout ce genre de chose, mais me glissa cependant avec une pointe d'ironie que ma virilité actuelle n'avait pas besoin de ça pour rester au repos...
Essayant de reprendre un peu la situation en main, et lui montrer une certaine maîtrise de moi, je lui demandais si elle avait désiré me parler parce qu'elle se sentait maintenant prête à franchir le pas et si elle avait des vues sur un possible partenaire.
Je me souviendrais toujours de s o n sourire à cet instant.
Virginie me dit d'une voix calme et délicieuse.
- Non mon amour, je ne me sens ni prête a franchir le pas, ni n'ai de vues sur un possible partenaire, j'ai un amant depuis plus d'un mois et je te fais cocu au moins autant que tu disais désirer l'être.
.........................



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#18
Up to the first message Down to the last message
Bonjour
Pour vous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#19
Up to the first message Down to the last message
bonne journée à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#20
Up to the first message Down to the last message
bonjour et bonne journée à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#21 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
bonjour et bonne journée à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#22 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
bonjour à tous
Un second extrait de 'l'Annonce " pour tous ceux qui désirent et aiment déjà être cocus
amicalement
https://www.mots-daphrodite.eu/

....

- Oui, ma chérie. Dis-moi. Je ne sais pas si j'y suis prêt, mais ton petit mari cocu a envie de savoir à quel point il l'est...
- Ne te diminues pas mon amour, tu n'es pas petit, tu es mon bel amour, mais cocu, ça en effet, tu l'es, au moins autant que tu l'espérais. Tu veux savoir? Alors tu vas savoir. Oui je suis amoureuse de lui. Follement amoureuse. Je l'ai été dès le premier instant où il a planté ce soir-là s on regard dans le mien. Prête à tout pour lui, pour lui plaire, pour qu'il s'occupe de moi, pour qu'il pense à moi. Je le désire, j'ai besoin de le sentir près de moi, en moi. Je pense à lui dès que je le quitte. J'ai toujours envie de lui.
Tu savais que c'était le risque auquel tu t'exposais, mon amour, mais tu as voulu quand même aller au bout de ton fantasme.
J'espère que tu es aussi heureux que tu l'imaginais mon chéri, et tu le mérites, car moi, tu sais ma vie est devenue un délice de chaque instant. Mais tu m'as fait découvrir d'autres choses. C'est que je t'aime d'une autre façon qu'avant et que je peux aimer deux hommes à la fois.
Deux hommes différents, deux hommes que j'aime différemment. Un à qui j'appartiens et un qui m'appartient. C'est ce que tu voulais vivre mon amour, c'est maintenant une réalité pour nous deux que tu dois accepter, pour que ta femme chérie soit aussi heureuse que tu le désirais.
Tu voulais entendre cela mon amour, je crois que tu as eu raiso n, plus rien n'est maintenant dans l'ombre et
je ne craindrais plus de te faire de mal.
Dis-moi seulement que tu es heureux que je l'aime.

Virginie avait de loin dépassé toutes espérances ou mes craintes, mais ses paroles étaient ce nectar de l'enfer dont je ne croyais même pas à l'existence. Et elle savait me le distiller avec une perversité qui n'était pourtant que de la sincérité.
C'était si bon, si dur. Ma gorge se serra comme pour des sanglots. De pleurs ou de joie, je ne savais plus.
-Oui, mon amour, mon seul amour, je suis heureux que tu aimes un autre homme que moi, qu'il te procure tout le plaisir que tu mérites, je suis heureux d'être le mari que tu aimes et qui es pleinement à toi. Je t'aime mon amour, merci d'être heureuse.
- C'est bien mon amour, ce s o n t les mots que j'avais envie d'entendre j'avais un peu peur que tu n'arrive pas à être à la hauteur de tes déclarations. Moi, tu sais, je ne serais pas capable d'une telle abnégation. Je ne pourrais pas le supporter. Tu me seras toujours fidèle ? Tu le promets ?
- Oui je le promets, mon amour, tu seras toujours la seule femme dans ma vie, le seule femme à qui je ferais l'amour. Si tu le désires...
Je vis le doigt de Virginie accélérer s on mouvement.
- C'est bien mon chéri, et dorénavant tu vas pouvoir prendre pleinement ton plaisir en te contentant de m'imaginer dans les bras d'un autre comme tu en rêvais...

Elle gémissait sous sa propre caresse. J'avais envie d'elle comme certainement jamais auparavant. De la toucher, de la prendre, de sentir sa bouche et les parois de s on sexe qui maintenant donnaient du plaisir à un autre membre que le mien.
Virginie était au bord de la jouissance. Elle répétait " c'est bon, mon amour, je suis heureuse", et d'un coup sans cesser de se caresser, ferma l'autre main sur mon sexe et commença à me branler.
- Je vais jouir mon amour, il faut que tu jouisses avec moi à notre nouveau bonheur.
C'était terrible, ce n'était pas comme cela que je voulais jouir avec elle, je voulais qu'elle me sente en elle à nouveau, je voulais m'épandre en elle, mais l'excitation était trop forte, sa caresse était trop douce.
Je vis s on doigt se tétaniser contre s on bouton. s on autre main me serrait de plus en plus fort. Ma sève montait.
Je tendis ma langue pour m'associer quand même à elle dans cet orgasme.
Elle me parlait comme dans un rêve ou un film porno.
- Oui, mon amour, donne moi tout, vide bien tes couilles dans ma main, tes jolies couilles de cocu bien pleines. Oui, mon amour jouit encore. Encore, laisse la bien jouir cette belle petite queue, ne te retiens pas...
Dans un immense plaisir mêlé d'une terrible frustration, je me laissai aller à sa caresse et à ses mots. Nous jouîmes ensemble des deux mains de Virginie.
Épuisée, elle s'allongea près de moi et me murmura.
- C'était bon mon amour, tu sais. J'aime tellement jouir maintenant... Je suis bien. Merci mon amour.
Je ne savais pas vraiment ce que ses mots voulaient dire.
J'avais si peu participé à s on plaisir. J'étais maintenant redescendu de mon nuage. Allongé auprès de mon épouse, presque assoupie, qui venait de jouir sans avoir vraiment besoin de moi, ni en actes ni en pensées.
Incapable d'user de mes mains pour caresser ce corps si désiré et désirable. La verge flaccide.
Et cette fois cocu d'une femme qui prenait autant, voire plus de plaisir que moi, à cette situation dont j'avais si longtemps rêvé.



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#23
Up to the first message Down to the last message
bonjour à tous
amicalement



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#24
Up to the first message Down to the last message
bonsoir à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#25
Up to the first message Down to the last message
bonjour à tous
Une courte histoire dans la veine de ce que j'aime raconter
amicalement
The hyperlink is visible to registered members only!









le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#26
Up to the first message Down to the last message
Suite et fin ...



le sexe sans tabous
kaplan

Member

Posts: 2341
#27
Up to the first message Down to the last message
Superbe travail.......Encore...
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#28 · Edited by: prince albert 1
Up to the first message Down to the last message
kaplan
merci ...
Une petite mise en scène très très personnelle...
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#29
Up to the first message Down to the last message
Bonne journée à tous
The hyperlink is visible to registered members only!



le sexe sans tabous
prince albert 1

Member

Posts: 1449
#30 
Up to the first message 
Bonne journée à tous
encore une petite série ...si personnelle Allez savoir pourquoi?....
The hyperlink is visible to registered members only!









le sexe sans tabous
 Page Page 1 of 6:  1  2  3  4  5  6  Next »
Rating: 3, 1 vote.
Espace Des Cocus CuckoldPlace.com / Espace Des Cocus /
Les mots d'aphrodite
Up to the first message Up to the first message
Your reply Click this icon to move up to the quoted message
   More...
» Username  » Password 
Only registered users can post here. Please enter your login/password details before posting a message, or register here first.
 
Online now: Guests - 317
Members - 45

Page loading time (secs): 0.088

Press | Advertise | Webmasters | Terms Of Use | Privacy Policy | 18U.S.C.§2257 | Statistics | RSS