CuckoldPlace.com
World's Biggest Cuckold Community CuckoldPlace.Com! 105277 registered members can't be wrong!

CUCKOLD CHAT


Contact Us · Search ·  Sign Up  · Members Area · Polls · Chat · Chat Archives · 
CuckoldPlace.com /
Cuckold Stories Post /
 

les histoires de chrislebo

Rating: 54
 Page Page 4 of 255:  « Previous  1  2  3  4  5  ...  251  252  253  254  255  Next »
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#91
 Down to the last message
Billy looked at Brie and saw that she seemed eager for him to play pool.
Both Billy and Brie knew that Billy would win. "What's another ten
minutes," thought Billy.

Billy racked up the balls and allowed the challenger to break first. Billy
easily won in short order. The man paid off and before Billy could leave
with his knew bride the man offered to play another game for $100. Billy
was surprised that the man would want another game. Again Brie urged Billy
to play and again Billy won the game easily. Billy was tempted to decline
when the man asked for another game but the man called for double or
nothing. If Billy won again over this clearly inferior pool player he would
leave with an extra $250. Brie smiled and urged him on. Again Billy won.

By now, several men had gathered around to watch the action. They all made
sure that they got a good look at Brie as well. Finally the man had had
enough. He paid Billy his winnings. While Billy counted the money another
man offered $250 to play Billy. Billy declined the offer and started
heading for the door. Brie again urged Billy to play, her mind filled with
ideas of how they would enjoy their honeymoon with all that extra money.
They started with $500 dollars for the week. Now they had $750 but another
$250 would be even better and Brie knew that Billy would win.

Brie convinced the reluctant Billy to play one more game. To his relief he
again won the game. Now, Billy just wanted to leave before these guys got
angry. The second opponent grudgingly paid Billy the money he lost. As the
man handed over the last bill he said, "I tell you what, hotshot, lets quit
fooling around. Lets play one more game for $2000."

Billy's eyes widened with disbelief. He looked at Brie and then back to the
man. Billy politely declined the match claiming that he didn't have $2000
dollars. The man held his hand up and asked, "How much are you short,
hotshot?"

Billy replied, "About $1000."

The man said, "I'll make you a deal hotshot. My $2000 against whatever cash
you have and one other thing."

Billy asked, "What's that?"

The man returned, "Your lady. I figure she's worth $1000 dollars."

Billy looked confused. He asked, "What do you mean 'my lady'."

The man said, "This woman here. The one you came in with. If I win I get
your cash and your woman. If you win then you get $2000."

Billy's face turned red with anger as he said, "I can't do that to my wife.
She's not mine to bet on a pool game."

Billy felt Brie nudge his side. He turned to look at her and she stretched
up to whisper in his ear, "You can do it Billy. Just think what we could do
with $2000." The possibility that her wonderful husband would lose never
occurred to her. It occurred to Billy.

Billy whispered back, "What if I lose baby. This guy means business. He'll
expect you to do everything he says. That means sex and who knows what
else."

Brie considered his words for a moment and then whispered, "I know you
Billy, you won't lose."

Billy looked into his brides eager eyes and shook his head. Brie's eyes
took on a harder look. Billy couldn't believe the pressure his bride was
putting on him. He wanted to make her happy. He reviewed what he knew about
this guys game. He was very confident that he could beat the guy but he
didn't like the stakes. He declined the offer. Billy noticed that Brie
actually looked upset with him. It was breaking his heart.

The man said, "You drive a hard bargain. Let me make another offer. How
about $5000 against your wife. You can keep your cash."

Billy looked at Brie and saw that eagerness in her eyes again. He really
didn't want to see that look of disappointment on his wife again.
Reluctantly he agreed to the wager. Brie began to jump up and down with
excitement. "Boy is she stubborn," thought Billy.

The group of men whistled as they watched Brie's heavy breasts wobbling
around. Billy's naïve bride was oblivious to the affect she had on the men.
The man who was called Jones by some of the men stated for the record, "I
want to make this clear. If I lose this pool match I will pay the young
hotshot hear $5000. If I win then his wife is mine to do with as I please.
Do you understand?" Brie eagerly nodded her head still completely faithful
of her husbands' abilities. Reluctantly, Billy nodded his head.

Jones suggested that they move the game into the back room considering the
stakes. They left the main room and crowded into the smaller back room.
Jones produced a stool for Brie to sit on. He also handed her $5000 in
cash. The winner of the match takes both her and the cash. Brie delighted
in counting the cash as the room full of men ogled her sexy body.

The match started well for Billy. He was very nervous about the stakes but
that made him focus. When he realized that he had the match in hand he let
his focus slip and little. He missed a shot. His opponent seemed equally
focused as he began to sink shot after shot. After the first two shots
Billy felt a twinge of concern. After the next two balls fell the twinge
had turned into a knot. After the next shot found the pocket he realized
that he had been hustled. It had been a setup from the start. He looked at
his bride and saw her anxious face. She had yet to realize what was
happening.

When only the eight ball was left, Brie looked up at Billy and saw the
concern on her husband's face. She now realized how foolish she had been.
Jones easily sunk the eight ball. Brie sat there in shock. She had made her
husband wait until their wedding night to have sex with her. That night had
come but she wouldn't be giving herself to the man she loved. Instead it
would be an old and crusty stranger.

Billy asked Jones, "Will you see to it that my wife is safe?"

Jones said, "I always take care of my property."

Billy nodded and said, "When will you return her?"

Jones replied, "I never said anything about returning your wife."

Billy exploded in anger and rushed at his opponent. Before he could reach
the man two large bar patrons grabbed his arms and held him in place. Billy
struggled but he was out sized.

Jones continued, "I'm a reamisterably man. If your wife follows my
instructions without hesitation and pleases me then you'll have her back
Monday morning. Now if you'll behave yourself, I'll even allow you to stay
tonight for the party that I'm throwing to celebrate."

Billy relaxed but the two large men holding him stayed close at his side.
He understood that they would grab him if he tried anything.

Jones said, "Good. Now its time for a little pleasure." He turned his
attention to Brie and asked, "Honey, what is your name?"

Brie answered with a croak, "Brie."

Jones smiled and said, "A beautiful name. Now Brie, you understand that you
must do whatever I say."

Brie nodded.

Jones said, "Very good. Now the first thing I want you to do is hand me
that money."

Brie complied.

Jones continued, "Now the next thing I want you to do is let us get a good
look at you. Stand up and turn around slowly."

Brie slowly got off the stool, apprehensive of what was coming. Jones
gestured for her to spin around. She complied in a rather jerky fashion.

Jones interrupted, "I'm afraid that won't do." Jones asked for some music
and then said, "Why don't you do a dance for us."

As the room filled with music Jones gestured for Brie to dance. He
suggested, "Make it sexy Brie."

Brie looked embarrassed and was hesitant.

Jones said, "Now Brie, you don't want me to get ugly, do you?"
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#92
Up to the first message Down to the last message
Brie shook her head and slowly began to sway. Jones suggested that she put
her arms in the air as she danced. She complied causing her breasts to push
out. Jones walked around behind Brie and before she knew what had happened
he pulled her top over her head. The crowd of men whistled and hooted at
Brie's pretty red lace bra. Jones then reached around her waist and then
lifted his hands to cup Brie's breasts. He lifted her heavy breasts showing
the men how big they were. Jones buried his face in Brie's beautiful hair
and began to kiss her neck. Despite her reluctance to be with this man his
attention made her nipples get hard.

Billy could barely stand to watch. He watched the man work on his wife and
wished that he had left the bar when he had the chance with his wife on his
arm. Now he watched Jones do what he had longed to do, have sex with Brie.
Jones had now worked Brie's shorts off exposing her matching panties. He
asked Brie to slowly turn so that all the men could see her front and back.

Jones led Brie to the pool table and hoisted her up. He gestured for Brie
to remove her bra and panties. She either didn't understand what he wanted
or she didn't want to comply. As a result Jones roughly pulled Brie's bra
down off her breasts.

Brie croaked, "OK, OK let me." She then removed her bra and panties.

She looked at the men around the room as they stared at her naked body. Her
eyes landed on Billy and he said, "I'm sorry Brie."

Brie shook her head and said, "No. Its my fault."

Jones pushed Brie onto her back and positioned her exposed pussy at the
edge of the table. He then lowered his pants and pulled a sizable cock out
of his shorts. Jones stroked himself several times causing his cock to
twitch and grow. A drop of precum oozed from the head and he rubbed it over
Brie's pussy. To Jones' delight Brie's opening was damp with her own
arousal. He mistakenly thought that her arousal was for him. Actually it
was left over from the earlier time with Billy. In any event Jones began to
stroke his big cock into Brie's mound.

Brie knew that he would soon enter her. She whined, "Oh Billy look, he's
going to put his cock inside me and he's not wearing a condom." Jones
continued to rub the head of his cock against Brie's pussy lips. He was a
little surprised that she didn't try to move away. He knew that she didn't
want to be fucked but he also detected a passion in the sexy woman that
would likely betray her better sense. He continued to tease the hot wife as
his own anticipation was building to a peak. Jones had never had sex with a
woman as incredible as this woman. She was damn near perfect with her
beautiful face and totally fuckable body.

Jones studied Brie's pink folds as his cock pushed them aside. He noticed
as did Brie's husband that her hips were now rising in an effort to trap
Jones' cock in her cunt. Despite herself she wanted to be filled. It was
time. Without warning Jones pushed about three inches into the wet hole and
met some resistance. "She's a virgin," he thought. Jones suddenly realized
that he must have gotten to this hot little lady before her husband or
anybody else had. How very ironic and lucky for him. He recalled her
comment about a condom. "An unprotected virgin," he thought. Jones
delighted in the thought of giving this hot little slut his seed.

Jones plunged through the barrier and began to teach the little bitch what
getting fucked was like. He looked at her face and noticed that she was
looking at him in the eye. He sensed the hate from the hot bitch but that
urged him on. He was ruining this bitches life but it was her own fault for
being greedy. She could have walked out of this bar and been fucking her
husband right now. Fortunately for Jones, she had urged her husband into
his hustle. Now she was getting her first fuck from the winner. Jones
realized that this hot woman could have be lying still like a dead fish.
Instead she was fucking him back. Her pelvis arched to meet his thrusts and
her eyes continued to look into his. The look had changed now to lust. Gone
was the hate. The bitch was now truly his.

This fact was reinpowerd when Brie locked her legs around Jones' back
pulling him closer and deeper into her hole. Brie said nothing but her
moans gave away her feelings about what was happening. Her large tits
wobred wildly with each thrust of Jones' cock. Now that Brie had locked
her body to his, he was able to grab Brie's firm mounds and pull on her
swollen nipples. Despite her anger and reluctance to be in this situation
Brie's body continued to betray her mind. The sensations were too great,
the stimulation too wonderful.

Jones continued to pound the new wife but something was missing. He stopped
long enough to climb on the table with the hot female. Brie moved back to
give him room. Her legs clamped once again around Jones' ass pulling his
cock back into her well-fucked hole. Billy watched with horror as she
pulled Jones' head down and passionately kissed his mouth. Jones collapsed
his body against Brie's softness and began to drive his cock deeply into
the horny girl's body. He was surprised that she had given herself over to
him totally. He regarded her as a natural born cock slut. How else could
one explain the way she was acting toward him with her husband in the same
room. These thoughts began to overwhelm Jones' mind.

After about ten minutes of hard fucking on the pool table, Jones jerked to
a halt and allowed his body to pump his seed into the wanton young wife.
Jones looked at Brie's face and saw a pleasant expression there. Her eyes
were closed but her face showed a hint of a smile. Finally, she opened her
eyes and saw Jones staring at her. Quickly the smile vanished and the
hatred returned.

Brie had endured her first experience with intercourse by pretending that
she was being fucked by her husband. It seemed to have worked for her for
now but she new that this ordeal was not over. She looked over at a
shameful Billy with a concerned look, wishing that she could tell him what
she felt. She wanted to tell him that she had pretended that Jones was
Billy but it seemed impossible to explain.

Brie couldn't really know how hard the sight of her fucking another man and
apparently enjoying it, really hurt Billy. Before she could ponder the
problem more another man had mounted her and pushed his filthy cock into
her body. A second man wagged his member in front of her face. She knew
what was expected of her. She took the sweaty man pole into her mouth and
again pretended that she was sucking on Billy's cock. To Billy it appeared
that Brie had wantonly pulled the man's cock into her mouth and now she was
sucking with her usually enthusiasm.

Brie continued to service the two cocks until they both pumped her holes
full of thick goo. Two more men approached Brie. This time she straddled
one while the other stood over her and fed her his cock. They fucked her
for a few minutes and then a third man stuck his tongue between her spread
ass cheeks and began to eat out her asshole. This was just a preliminary to
skewering the virgin asshole with his big fat cock. Brie screamed with the
anal intrusion but settled down after the big cock had stretched her out a
bit.

This type of scene went on till about ten that evening until all of Jones'
friends had sampled one or more of Brie's holes. The once untouched young
woman had now allowed the sweaty flesh of more men than she could count
into her body. The men showed their appreciation by filling and coating
Brie with their potent essence. After the ordeal Jones allowed Brie to go
to the lady's room and clean up. He told her to get dressed but all she
could find was her bra and panties. Her top and shorts had become souvenirs
for the men. It was a wonder that she had been able to salvage her
undergarments.

Brie spent ten minutes washing out her well-fucked pussy and asshole. She
cleaned the dried cum off her face and chest, favorite places for sperm
deposits by many of the men. She was given her purse so that she could make
herself presentable again. She put on her bra and panties and actually felt
dressed after being naked in front of all those men. The minute she left
the lady's room one of Jones' associates grabbed her and led her away from
the back room to the bar office. Jones was there as was a very mean looking
black man and his two 'assistants'.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#93
Up to the first message Down to the last message
"Here she is," said Jones.

"Very nice," commented the man.

"Do we have a deal?" inquired Jones.

Brie quickly looked at Jones hoping to find an explanation in his face. It
said nothing.

The black man slowly walked around Brie and nodded his approval. He
grunted, "First a test."

Jones walked over to Brie and whispered, "Give him the best blow job you've
ever given or you'll never see your husband again."

Brie looked at Jones with horror.

Again Jones whispered, "You just got through fucking eighteen men and I
assure you there will be many many more." "Do it."

Brie looked at the big black man and decided that as long as she could
pretend that she was having sex with her husband then she could get through
this. She walked up to the man and knelt down in front of him. In no time
she had his very large cock out of his pants and into her mouth. The cock
was bigger than Billy's but not impossible to handle. After soaking the
black skin with her saliva, she pulled the large cock into her throat and
began to hum.

"Jesus," moaned the black man. "This bitch is hot." After five minutes Brie
was collecting a large wad of black seed in her tummy.

"You have a deal," fetishd the man. A large sum of money was exchanged and
then the three black men ushered Brie from the office and out the back of
the bar. Brie protested the whole way but she was held firmly by the two
henchmen.

Brie screamed, "Where are you taking me?" "I have to see my husband."

The black man said, "Baby, my name is Jack. I'm your husband now. I just
bought your ass for $1000 dollars."

Brie recalled with shame that $1000 was how much Jones had said she was
worth. She wished that it was Billy paying the $1000 for her.
Unfortunately, Billy didn't know what was happening. He was still back at
the bar wondering where Brie was.

Brie was pushed into the back seat of a large car, Jack and one of his men
on either side of her. The other man and a driver occupied the front seat.
Jack looked at the man on the other side of Brie and said, "Give it to
her." As the car sped off into the night, the man removed his cock from his
pants. When Brie saw it she looked at the man with dread.

"Suck me," the man said. Brie didn't move.

Jack grabbed Brie by the chin and said, "Do as you are told, bitch." Brie
slowly lowered her head to the man's drooling shaft. Tentatively, she let
her tongue touch the gooey head. The man grabbed Brie's head and thrust his
tool up into her mouth. He powerd her to bob up and down on his shaft until
she began to manage on her own. The man put his head back on the headrest
and sighed as Brie gave the man the same treatment that she had given his
boss.

Back at the bar Billy started to ask where Brie was. When no one answered,
he began to get violent. Finally, Jones came out of the back office and
said, "She's not here. I just sold her for $1000. I had to make a profit,
you see."

Billy grabbed Jones and said, "Where is she?"

Two men pulled him off Jones. He said, "She's long gone by now."

Billy shouted, "You said you would let her go Monday."

"I lied," said Jones. "If I were you I would forget little Brie. You
probably won't ever see her again. That will teach you to play pool with
me, hotshot."

Billy tried to attack Jones but he was held fast. One of the men punched
him in the gut and they dragged him from the bar. Billy tried to fight back
but all he got for his effort was another blow to the gut. The two men
threw him out of the bar. Billy lay in the dirt trying to catch his breath
and wondering how he would ever find his wife.

Jack and his men headed east to Mobile. That was his turf. Jack was a pimp.
He was on a recruiting trip and it had been successful. This Brie was one
fine catch and she was a terrific cocksucker. Not many women had ever
sucked his 10 inches dry in only five minutes. He watched as she worked
Fred's cock into hardness. Fred lifted Brie's mouth off his cock and then
lifted her pussy onto it. She seemed like a natural cock slut. Jack was
surprise that this slut seemed more agreeable than most. Brie fucked Fred
until he blew his wad up her cunt.

Jack wanted his turn. Brie obliged cheerfully. By the time the car reached
Mobile, Brie had fucked everyone in the car. She was exhausted. Jack took
her into his apartment and let her crash on his sofa.

Billy didn't know where to start looking for his wife. He got in his car
and headed out onto the road. Billy had no clue where Brie was so he just
picked a direction. The chances of finding her were damn near impossible
but he had to try. He stopped in every gas station showing a picture of his
wife and asking if she had been seen. He continued searching until he was
too tired. He pulled off the road and got some relax.

Brie awoke with a stiff body and a confused mind. She looked around the
apartment trying to find someone. She found Jack in his bed snoring away.
For a moment she didn't recognize him but slowly her memory returned. The
scene of the night before returned with a vengeance. Brie began to sob.

Jack was startled awake by the sound of a crying female. "The bitch is
awake," he thought.

Jack got up and went to his whore like all good pimps do. He comforted her
as best he could by leading her to the bed and allowing her to lie down. He
caressed her very gently and tried to soothe her with his deep voice
saying, "Baby, you'll be fine here with Jack." "I'll take real good care of
you."

Jack began to kiss Brie's cheeks as she sobbed. Slowly he moved his lips to
hers and kissed her gently. He moved his hand across her back stroking her
affectionately as his kiss became firmer and more passionate. Brie
responded by returning the kiss. Jack moved his hands to her naked breasts
as his tongue began to play with Brie's. He rubbed her breasts for a moment
before allowing his hand to drop to her bush. Brie spread her legs for him
as she put her arms around his neck pulling his full lips hard against her
own. Jack detected a very wet opening and knew that Brie was ready.

Jack moved between her legs and pushed his big thick cock deep into the
young woman. Brie responded by locking her legs around Jack's waist. They
ground their flesh together slowly for nearly an hour. Jack produced three
intense orgasms in Brie. She in turn milked Jack dry twice, once with her
pussy and once with her mouth. Jack by far had been her best fuck so far.

Jack told Brie that she would be working for him on the streets. He had
another prostitute named Betty teach her the ropes. Tonight was to be her
trial run. After turning a few tricks she would join Jack for a party a
friend of his was having.

Betty loaned Brie an outfit for the night. It was all red leather with no
underwear. She wore a pair of red pumps and black fishnet stockings. It was
a classic whore outfit. Brie proved to be very popular. The minute she hit
the streets she was picked up. By the time Brie left for the party with
Jack she had fucked five guys, two doubles and a single. She had $200
dollars to show for it.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#94
Up to the first message Down to the last message
Jack was pleased with her work and decided that she should charge more.
Brie felt wonderful and began to think about getting fucked again. She
didn't have to wait long. She was a big hit at the party and only one of
three women there.

One fellow was so taken with the excellent fuck that Brie gave him that he
offered Jack $2000 dollars for Brie and Jack accepted. The man's name was
Stone and he lived in New Orleans. Brie was horrified to learn that Jack
had sold her. He explained to her that it was business.

Stone left the party with Brie and his three men. At their hotel they
worked Brie over pretty hard. They seem to focus on Brie's cute ass. She
was repeatedly assfucked. They didn't leave any marks on Brie but they
fucked her over and over until she begged them to stop. They didn't and
soon they were plowing into an *** woman.

Brie awoke the next day to the harsh reality of someone slapping her head.
Stone told her to get dressed. Brie looked around for her clothes and found
them in shreds. She showed them to Stone and he shrugged his shoulders. A
moment later he threw Brie an old undershirt of his. Brie asked if she
could clean up and Stone gave her ten minutes in the bathroom. Stone
realized that the woman was a mess and wouldn't make him any money looking
like she did.

Brie cleaned the crusty cum off her body and tried to freshen up as best
she could with the supplies the hotel offered. She pulled on the undershirt
and tried to position it for the best coverage. There wasn't much she could
do with it. It barely covered her ass and her large firm tits bulged out
the neckline and armholes of the well-worn garment. She had to admit that
she did look sexy. Brie left the bathroom when Stone said, "Times up
bitch." Brie wished that he didn't have to treat her so badly.

Brie did salvage her fishnets and shoes. She was quite a sight. The four
men and Brie hit the road for New Orleans. Stone decided to stop in
Gulfport and do a little gambling. They pulled into a casino that employed
a friend of his. Stone dropped Brie off with this friend Bruno while he hit
the tables. Bruno put Brie right to work in a section of the casino off
limits to most patrons. She was told to wait in a room and to make anyone
who entered the room comfortable. Brie knew it meant have sex.

Brie was there for six hours and turned a trick an hour. She was allowed to
clean up between tricks. To Brie's amazement she found that she enjoyed the
sex but Billy was always somewhere in her mind. She wasn't pretending any
more that he was her lover but she hoped that one day he would find her and
take her home. Brie thought about trying to escape but she had heard about
other girls who were badly beaten for trying to leave there pimp.

Bruno was so pleased with Brie that he made a deal with Stone for her
paying $3000. For the next week Brie turned tricks and was loaned out for
parties by Bruno. He was nice to her but he never let her alone. Someone
was always with her to see that she performed and perform she did. Bruno
easily covered his investment in those few days.

Brie had more sex with Bruno's clients that week than most women have in a
lifetime. Every night she would go to relax exhausted. On the last night
that Brie was with Bruno he explained to her that a rich client was coming
into town and that he wanted a woman that fit her description. When the
client arrived he was able to check out Brie through a one way mirror. He
told Bruno that she would be fine and offered to buy her for $5000. Bruno
refused the offer. He could make that much easily off Brie.

"Name you price," the client said.

Bruno knew that he could make a lot off Brie but he knew that women in this
business don't last very long. He said, "$20,000."

"$10,000," countered the client.

"$20,000," said Bruno.

The client paid the $20,000 realizing that Bruno had what he wanted and
knew it. He said, "I'll be in my car out front. Send her out immediately."

Bruno nodded. As the client left, Bruno called for Brie. He explained that
he had just sold her for $20,000 and that she would be leaving.

Brie dropped her head in total depression. She wondered if this was to be
her life from now on, to be sold when she finally had excepted her
surroundings.

One of Bruno's men escorted Brie out of the building. He opened the
client's car door and Brie got in without even looking at the man. The door
was closed and the car left the place that Brie had almost begun to think
of as home.

"Its good to see you again Brie," said a male voice. Brie thought for a
moment that she had heard that voice before. Slowly she looked up to match
to voice with its owner and screamed, "Billy." She threw her arms around
her husband causing him to nearly wreck the car. Brie began to sob as she
asked, "How did you find me?"

Billy told Brie how he had looked for her without any success. Finally, he
realized that nothing gets done in this underground world without money. He
set off to hustle as much money as he could playing pool. He managed to
make $50,000. It took $10,000 dollars to buy a couple of thugs to rough up
Jones and find out whom he sold Brie to. Another $10,000 traced Brie to
Bruno's place. Billy now had $10,000 left and his bride back. Billy
realized that Brie probably wasn't the same naïve young woman that he
married. Billy asked Brie to tell him what had happened.

Brie related all her experiences to Billy. She also showed him the changes
in her body. She now sported barbell piercings in her nipples and a ring in
her navel and clitoris. She also had removed all of her pubic hair. Above
her mound a tattoo read "Whore for cock." It was hard for Brie to explain
that she had requested that the words be placed there. She said that it
just seemed like the right thing to do at the time.

Later that evening the newlyweds finally returned home. They were so
exhausted by the ordeal that they immediately fell arelax in each other's
arms. The next day Billy suggested that Brie go to a doctor and get checked
out. They were relieved to learn that Brie was fine. They also learned that
she was pregnant. Brie wanted to keep the baby and Billy agreed to raise it
as his own. Billy was just relieved that he had his wife back. After a day
of rest Brie and Billy were finally able to consummate their marriage.

Brie started by working on Billy's cock. She treated the favorite part of
her husband with loving care until it was rock hard. It was time. Brie
mounted her husband and slowly slid his cock into her opening. Her joy was
total. This was the way it should be. They were joined and Brie wanted it
to last forever. Brie lay down on her husband's chest and nuzzled her cheek
against his. They lay in each other's arms for almost an hour as Billy
slowly eased his cock in and out of his bride. Their passions slowly built
until Brie rose up and began to launch herself up and down on top of her
husband. When Billy croaked that he was about to cum, Brie slammed her
pussy down over Billy's cock and her mouth down over Billy's mouth. Pulse
after pulse flowed from Billy's body into Brie's body. This was the way it
should be.

Things worked out pretty well for the couple. They had three youngren,
including the first who obviously didn't look much like Billy. They never
knew who the man was. Billy and Brie did learn that she was true to the
label above her clitoris. Brie realized after being married for a few
months that Billy would never be enough for her. Billy was not wild about
his wife's extramarital activities but at least she came home to him most
nights and she made a pretty good living selling her body. And, that was
the way it was.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#95
Up to the first message Down to the last message
Bonnie Se Fait Partouser Ch. 01



Jack et Bonnie Speer venaient tous deux de franchir le cap de la trentaine, ils étaient mariés et heureux en ménage depuis quelques 5 ans, ils étaient tombés amoureux l'un de l'autre lors de leurs années de fac.

Jack avait déjà été invité à plusieurs reprises aux fêtes que donnait mister patron qui était propriétaire du cabinet d'architecture, mais toujours dans le cadre professionnel et sans la présence des épouses.

Il semblait qu'Abner Jones s'était pris d'amitié pour Jack qu'il avait pris sous mister aile, du coup la carrière de Jack avait été rapide et pour la première fois il se voyait convié avec mister épouse à une fête privée de mister patron.

Il venait tout juste d'être promu au poste de vice-Président du département vente d'outremer.

C'est ce qui leur valait cette invitation où ils allaient rencontrer les amis de leur patron et quelques gros bonnets des compagnies partenaires, dont certaines dépendaient du secteur de vente d'outremer dirigé par monsieur Jones.

On pouvait y côtoyer un haut dignitaire asiatique avec lequel Abner Jo-nes voulait traiter des affaires au travers de compagnies relais cachant les identités véritables des partenaires.

En fait, de tels compagnies participaient à des affaires plutôt louches telles que la production et l'édition de films pornographiques.

A leur arrivée, la fête se déroulait depuis déjà un bon moment, c'était loin d'être la fête guindée et classique à laquelle ils s'attendaient, en fait c'était quasiment à l'opposé : une musique syncopée baignait la salle alors que de nombreux serveurs s'empressaient auprès des hôtes s'assurant qu'ils ne manquaient pas de boismister, un épais nuage de fu-mée bleuissait l'atmosphère.

L'ambiance était chaleureuse, conviviale, insouciante, tous les invités semblaient s'amuser en chœur.

C'était une toute nouvelle expérience pour Jack et Bonnie qui n'avaient jamais participé à de telles liesses.

En fait, c'était le type même de partie dont on parlait dans les tabloïds et les magazines people.

Certains fumaient des joints de marijuana, alors que d'autres prenaient de la cocaïne, du crack ou de l'ice.

Jamais les Speer n'auraient pensé qu'Abner Jones puisse organiser ce type de fête.

Ils ne s'attendaient pas du tout à se retrouver dans une telle ambiance, s'ils l'avaient su, ils se seraient empressés de refuser l'invitation n'ayant jamais expérimenté de drogues ils se sentaient totalement déplacés.

Cependant le fait que leur invitation émanait directement d'Abner Jones aurait entraîné d'immenses difficultés pour la refuser.

Le mardi dernier, monsieur Jones était permisternellement venu dans le bureau de Jack pour les convier lui et sa femme à une parie qu'il organi-sait avec sa femme chez lui ce week-end.

Son patron lui avait indiqué que ce n'était pas une réunion professionnelle mais une réunion regroupant ses amis permisternels.

Cependant quelques dignitaires éventuels partenaires asiatiques ris-quaient de se joindre à eux, il lui avait signalé par la même occasion que ce serait une réunion totalement informelle et conviviale.

Jack l'avait remercié de les inviter, il était pratiquement sur que sa femme était libre ce soir là.

Le lendemain Jack informa mister patron qu'ils seraient contents de se joindre à eux, le remerciant vivement de les inviter.

Jack avait entendu circuler des rumeurs sur les parties organisées par Abner Jones, il semblait qu'on y fumait de la marijuana et que la cocaïne et autres drogues dures y circulaient librement, mais il avait repoussé ces on dit comme de simples calomnies.

Une autre rumeur prétendait qu'un jour un invité l'avait pris de haut refu-sant mister invitation, Abner l'avait alors pris en grippe ruinant sa carrière à partir de ce jour.

Les femmes de deux autres invités auraient snobé les participants à une de ces fêtes, provoquant le transfert rapide de leurs maris dans des ré-gions très éloignées à la limite du monde civilisé, pour y débuter une nouvelle carrière.

Bonnie avait été élevée dans un monde très conservateur empreint de concepts religieux très stricts avant de tomber follement amoureuse de mister futur mari à la fac.

Le marché de l'emploi était très peu soutenu dans le monde de la mode, et elle avait accepté un boulot d'assistante en attendant de trouver un poste dans mister domaine de compétence.

Elle avait constaté la nervosité de mister mari pendant le dîner et lorsqu'il l'avait informée de l'invitation de mister patron, il lui avait confié les rumeurs qui circulaient au sujet de ces fêtes.

Mais Bonnie avait adopté une approche positive en la matière, la promo-tion de Jack la réjouissait, elle lui avait confié qu'il serait mal venu pour la suite de sa carrière de refuser cette invitation de mister patron.

Bonnie sourit à mister époux et annonça :

- Chéri, nous devons répondre à mister invitation! Ne te tracasse pas pour moi... Je suis une grande fille apte à prendre soin de moi-même! De plus ce ne peut pas être plus paillard que certaines soirées de ma fraternité!

Mais la fraternité à laquelle avait appartenu Bonnie était l'une des plus conservatrices de la fac, elle pensait que jack avait largement exagéré les rumeurs qui couraient sur les fêtes organisées par mister patron.

Il y avait eu quelques soirées hors-normes, co-organisées avec une fraternité plus tapageuse, mais à chacune de ces occasions, Bonnie se défilait prétextant un rendez-vous avec Jack.

Le vendredi, Bonnie avait dans l'idée de séduire Jack en portant un négligé blanc follement sexy qui révélait le détail de ses courbes volup-tueuses.

Cela faisait un bon moment qu'ils avaient idée de fonder une famille, mais ils avaient attendu d'avoir les ressources financières nécessaires.

Avec la fulgurante carrière de Jack et les très importantes augmentations de mister salaire, et maintenant cette ultime promotion en tant que vice-président d'un département de vente, ils étaient tombés d'accord pour qu'elle arrête la pilule pour leur cinquième anniversaire de mariage.

Et maintenant, 2 mois plus tard, elle était mûre et fertile à cette période de mister cycle.

Mais Jack était trop fatigué par mister boulot et malgré ses efforts il n'arrivait pas à se montrer à la hauteur, forçant Bonnie à se résigner à remettre ses désirs de grossesse à une date ultérieure.

Soucieux de ne pas arriver trop tôt à la soirée, ils arrivèrent dans sa ma-gnifique demeure devant laquelle étaient rangées des Mercedes, Ja-guars, BMW et autres voitures de luxe.

Il y avait aussi plusieurs limousines avec les chauffeurs qui attendaient la fin de la soirée assis au volant.

Le fait d'arriver dans leur vieille voiture, qui dénotait la différence de ni-veau social avec les autres invités, les gênait fortement.

En entrant dans la luxueuse demeure ils constatèrent que la partie était lancée une ambiance très conviviale émanait de la salle enfumée.

On aurait dit un bordel méditerranéen tels qu'on les voit dans les films, une odeur puissante de haschisch saturait l'atmosphère.

Dés leur entrée, Abner et sa ravissante femme Nasha les rejoignirent pour les saluer gracieusement, leur hôtesse tendit à Bonnie une boismister rosée en commentant :

- Chérie, savourez ce cocktail, c'est mon préféré, suivez-moi, je vais vous présenter aux autres invités, Abner veut parler affaire avec votre mari et l'introduire auprès d'importants invités asiatiques!

Tandis que Nasha l'entraînait au travers de la salle la présentant à diffé-rents convives, Abner introduisait Jack auprès de gros bonnets visiblement très riches, lui révélant qu'il avait en tête de conclure quelques affaires bien juteuses avec ces représentants de consortiums asiatiques.

On tente d'établir des liens commerciaux avec ces chinois et il est bon que tu les rencontres! Ils mistert très méfiants et je n'ai pas encore trouvé leur point faible, mais peut-être qu tu y arriveras mieux que moi! J'ai dî-né avec eux à plusieurs reprises, mais je n'ai pas avancé d'un pas pour l'instant.

Vingt minutes plus tard, après avoir traversé la salle de part en part, Leurs hôtes présentèrent Jack et Bonnie à trois invités asiatiques qui se courbaient en leur serrant les mains.

Abner remarqua tout de suite la façon dont le gras et gros chinois nom-mé Wan Ho tenait la main de Bonnie visiblement enchanté d'être présen-té à cette ravissante jeune femme.

Tandis qu'ils discutaient et plaisantaient, Abner se rendit compte que ces chinois étaient particulièrement lubriques, ils ne pouvaient détourner les yeux des voluptueuses formes de la jeune épouse de mister collaborateur, il ne pensait d'ailleurs pas à les en blâmer.

- Hummmmm, peut-être bien que cette somptueuse blonde repré-sente la clé pour les faire signer le contrat. Je suppose que ces chinois ne se contenteront pas d'un bon repas, ils veulent surtout goûter à une chatoune blonde. Pensait Abner ravi.

Cette pensée perverse lui restait à l'esprit, et avant qu'ils ne partent rejoindre d'autres invités, Abner prit à part le leader du groupe et lui susurra à l'oreille :

- Que diriez-vous, Cher Wan, si cette magnifique pouliche servait de bonus à la signature du contrat avec votre compagnie?

Alors qu'ils se dirigeaient vers d'autres invités, le leader du groupe de chinois demanda à Abner s'il pouvait lui consacrer un peu de mister temps.

Abner demanda alors à sa femme de présenter Jack et Bonnie à d'au-tres convives se trouvant au beau milieu de la salle, de façon à pouvoir discuter librement avec Wan Ho.

Après avoir été introduit auprès de nouveaux convives, Jack observait mister patron et l'Asiatique discutant l'un avec l'autre tout en hochant la tête pour marquer leur accord.

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#96
Up to the first message Down to the last message
Puis Jack vit le leader du groupe de jaunes retourner vers ses associés, ils sourirent à pleines dents hochant la tête avec enthousiasme, alors que monsieur Abner faisait signe à quelqu'un se tenant dans un coin éloigné de la salle de les rejoindre.

Il vit alors un homme à qui il avait été présenté, un véritable colosse noir prénommé Mort, rejoindre Abner qui le présenta au groupe de jaunes.

Chaque asiatique semblait enthousiaste de rencontrer cet homme, ils souriaient tous à pleines dents se courbant à chaque serrement de main.

Lorsqu'il revint vers Jack, Abner il lui dit en riant :

- Cette soirée a porté ses fruits! Monsieur Ho est ravi de vous avoir rencontré toi et ton adorable femme. Il m'a demandé si tu viendrais m'assister lors de mon voyage en Chine, je l'ai assuré que cela pourrait s'arranger et que t'étais un jeune homme digne de confiance...

- Je suppose qu'il faudra donc que je t'emmène avec moi en Chine, je me verrai alors obligé de doubler tes appointements habituels... Qu'en penses-tu mon gars?

Au fin fond de lui-même Abner pensait : j'aurai du comprendre tout de suite qu'ils attendaient qu'on leur offre un somptueux morceau pour les amener à signer le contrat!

Ce marché fera ma fortune, riant intérieurement, Abner ne parvenait pas à croire que Wan voulait seulement qu'il s'arrange pour qu'il puisse par-touser la somptueuse femme de Jack avec ses amis ce soir même.

De plus ce salaud de chinois veut que Mort leur donne un savoureux spectacle en se faisant cette innocente jeune femme.

- Un statut de délégué spécial et un salaire doublé! C'est fantasti-que!

- Il va falloir faire attention à ce que monsieur Ho et ses associés vont me demander! Il faut que je m'empresse de mettre Bonnie au courant! Pensait-il enchanté.

Jack ignorait que Mort était reçu comme une célébrité par le groupe des asiatiques et pour une bonne raimister, il avait participé à un grand nombre de films X produit par une société secrète d'Abner Jones.

Les deux derniers films qu'il avait produit, avec Mort en vedette princi-pale, avaient été distribués dans le marché underground, c'était une ré-ussite importante.

Dans ces deux dernières productions, Mort violait des jeunes asiatiques, devant leurs malheureux compagnons ligotés qui regardaient leurs com-pagnes terrifiées se faire agresser.

Mais avant que Jack puisse informer Bonnie de la bonne nouvelle, Abner insistait pour le présenter un peu mieux à ces importants invités, après avoir donné consigne à Nasha d'éloigner la ravissante jeune femme.

Nasha était ravie du rôle que lui faisait jouer mister époux dans l'éventuelle dégradation de cette belle jeune femme guindée et innocente, d'autant plus qu'elle constatait l'amour aussi réciproque que profond qui l'unissait à mister époux.

Mais cela devrait changer très bientôt!

- Je vais adorer le voir regarder sa femme bon chic bon genre se faire baiser par le grand Mort et ces chinois pervers!

Jack cherchait des yeux mister adorable femme, il voulait s'assurer que Bonnie appréciait cette soirée sachant à quel point elle était conserva-trice et naïve.

Bien qu'il connaisse les rumeurs concernant ses prédécesseurs qui avaient refusé leur promotion, Bonnie était la chose la plus précieuse dans sa vie, et Jack voulait surtout que rien ne vienne perturber mister innocente jeune femme l'amenant à prématurément quitter la soirée au grand désagrément d'Abner Jones et de mister épouse avant même qu'il ait pu lui dévoiler sa nomination dans un nouveau travail à l'étranger et le doublement de mister salaire.

Il fut heureux de constater que Bonnie riait et souriait à tous dans le sil-lage de madame Jones, il ne lui restait plus qu'à espérer bien que les choses ne se gâteraient pas.

En peu de temps Bonnie et Jack se retrouvèrent dans des coins totale-ment opposés de la grande salle de réjouissance.

Ne voulant pas paraître faible aux yeux de mister patron, Jack tira une première bouffée d'un joint et en ressentit tout de suite l'effet planant.

Pendant ce temps, loin de l'autre coté de la pièce, mister adorable jeune épouse vêtue de sa robe beige qu'elle avait achetée spécialement pour cette occasion, était assise entre deux des démoniaques asiatiques à qui elle avait été présentée quelques instants plus tôt.

Et Bonnie sirotait un nouveau verre de ce délicieux cocktail rose que mister hôtesse venait de lui tendre, mais ce nouveau verre contenait une important dose d'un puissant aphrodisiaque indétectable, alors qu'elle venait d'en consommer une première dose.

Jack réalisait à quel point mister adorable épouse était séduisante dans cette tenue avec ses longs cheveux blonds cascadant sur ses épaules.

Comme la soirée avançait, on tamisa les lumières les coussins délimi-taient maintenant le plancher de la vaste salle.

Installés sur ces coussins de nombreux invités étaient étendus s'accor-dant des caresses amoureuses.

Les yeux brumeux Jack ne distinguait pas grand chose dans l'atmos-phère enfumé, il était totalement incapable de repérer mister adorable jeune femme.

Abner le vit soudain se lever, prétextant devoir se rendre aux toilettes, puis se diriger lentement vers l'autre bout de la salle.

Abner gloussa, il savait pertinemment que le jeune crétin s'inquiétait du sort de sa somptueuse jeune femme, d'autant plus qu'il savait que les toilettes les plus proches se trouvaient juste à la gauche de l'endroit où ils se tenaient.

La salle était maintenant totalement obscurcie, Abner constata l'air cho-qué qui s'afficha sur le visage de jeune homme lorsqu'il se rendit compte que beaucoup de couples illégitimes s'enlaçaient dans les coins les plus sombres se caressant visiblement avec lubricité, il y avait même un cou-ple qui copulait dans le coin le plus sombre.

Suivant le jeune époux à distance Abner sourit se demandant :

- Et que vas-tu faire mon cher Jack... Quand tu trouveras ton inno-cente femme si pure dans les bras de nos amis chinois! Mieux encore que feras-tu quand tu verras qu'ils ont demandé à Mort de la poignarder de mister énorme braquemart noir!

Ayant consommé de nombreuses boismisters, Jack avait vraiment besoin de faire un tour aux toilettes, il fit le détour nécessaire pour se libérer la vessie avant de continuer ses recherches.

Il ne pouvait qu'espérer qu'elle n'était pas trop choquée par l'affichage impudique des couples en pleine activité sexuelle qui se vautraient de ci de là, sur des coussins, dans toute la pièce.

Lorsqu'il se tenait dans les toilettes il avait entendu une paire de drogués plaisanter et rire en échangeant des commentaires lubriques :

- J'ai hâte d'assister au clou de la soirée! J'ai entendu dire que c'était un véritable show!

Son interlocuteur lui répondit alors :

- Vouai, je ne manquerai ça pour rien au monde! Ce Mort est une véritable célébrité en extrême orient! Bordel j'ai un CD de ses exploits et crois moi ça c'est un vrai baiseur! Une scène particuliè-rement était drôlement chaude : une jeune beauté asiatique hurlait de douleur alors que Mort plongeait sa monstrueuse bite dans sa chagatte... Tout cela sous les yeux de mister mari ligoté sur une chaise et obligé de regarder cet agresseur noir violenter sa jeune épouse!

En sortant des toilettes, Jack jeta un coup d'œil circulaire, puis descendit un long vestibule jetant un oeil dans les petites pièces peu éclairées qui le bordaient, y observant de nombreux couples qui dansaient, se trémoussant lentement au rythme lent de la musique.

Une forte odeur d'encens mêlée au parfum prenant du haschisch que diffusaient des pots disséminés dans les salles maintenait un haut degré d'excite et Jack en ressentait les effets délétères à chaque inspira-tion.

Ses yeux habituaient à la pénombre, mais il ne trouvait toujours pas trace de Bonnie, il commençait à s'inquiéter, se demandant si elle ne l'avait pas cherché désespéramment avant de quitter cet antre de dépra-vation.

Retenant mister souffle, Jack ne parvenait pas à s'enlever de l'idée qu'un de ces foutus batards pouvait avoir tenté de la suborner sachant très bien qu'elle ne supporterait pas une telle agression.

Abner espérait que sa ravissante mais perverse femme avait exécuté sa tâche en constatant que l'adorable Bonnie Speer avait consommé suffisamment d'aphrodisiaque pour lever ses inhibitions, sachant pertinemment que cet aphrodisiaque l'amènerait à désirer franchement avoir une grosse bite dans sa petite craquette.

Son cocktail contenait par ailleurs une bonne dose de drogue qui affaiblissait ses défenses lui interdisant de coordonner ses mouvements tout en la laissant parfaitement consciente de ce qui lui arrivait.

Abner suivait toujours l'insensé mari et l'observait attentivement fouiller des yeux la pièce toujours à la recherche de sa succulente jeune femme alors que des couples plus ou moins déshabillés, s'étreignaient à diffé-rents stades de rapports charnels.

Poursuivant lentement mister chemin sur le côté de la vaste salle, il traver-sa une petite pièce en jetant un coup d'œil rapide sur une blonde portant robe beige semblable à celle de sa femme qui se trouvait assise sur un sofa mais il n'aurait pas su dire si c'était ou non sa chère Bonnie.

Il ne parvenait pas à voir mister visage, mais il doutait que ce soit sa femme, elle ne se serait pas laissée embrasser par un asiatique qui lui pétrissait les nichons au travers de sa robe. C'était sûr ça ne pouvait pas être Bonnie! Se disait Jack alors que la jeune femme n'opposait aucune résistance à mister suborneur.

Au moment où il allait reprendre ses recherches, un autre asiatique s'as-sit à mister tour sur le canapé et posa une main sur le genou gauche de la jeune femme, la seconde suivante sa main disparaissait sous l'ourlet de la robe de sa conquête.

- Bordel quelle salope! Pensa Jack en reprenant sa route.

Jack Speers ne pouvait s'empêcher de sentir mister excitation croître à la vue tant de femmes sexuellement actives, disposant sans pudeur de leur corps, mais il était tracassé de savoir ce qu'en pensait sa jeune et naïve épouse si conservatrice.

Ayant fouillé toute la grande salle, il n'avait pas retrouvé mister aimée, il se demandait s'il ne l'avait pas vue ou si elle avait quitté la fête.

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#97
Up to the first message Down to the last message
Il espérait que le comportement impudique des invités ne l'avait pas choquée au point qu'elle quitte la fête, mais il pensait qu'elle le lui aurait dit si elle avait décidé de rentrer à la maimister.

C'est alors qu'il sursauta, Nasha Jones glissait mister bras sous le sien lui demandant :

- Vous vous tracassez pour votre adorable épouse? Vous avez peur qu'elle imite les autres femmes? Qu'elle veuille avoir des rapports sexuels avec un autre homme que vous?

- Non... Non... Non... Bien sur que non! Bonnie ne fait pas partie de ce genre de femmes! Je n'en crois rien... Elle est bien trop conservatrice... Elle n'a jamais permis à un autre homme que moi de la toucher! Balbutiait Jack en réponse aux insinuations de mister hôtesse, il ne voulait pas exprimer ses véritables craintes qu'elle soit partie.

Cependant Jack était assez énervé lorsqu'elle lui souffla :

- En êtes vous vraiment sur mon ami? Peut-être bien en public.. Mais votre charmante jeune femme ne semblait pas si conserva-trice lorsque je l'ai laissée seule avec ces pervers asiates dans cette salle retirée.

Un frismister d'angoisse traversa mister corps en voyant qu'elle lui désignait la petite pièce qu'il venait de traverser, cette petite salle où il avait vu cette salope vêtue comme sa femme.

Les yeux rivés sur la porte fermée de la pièce que lui désignait Nasha Jones, Jack avala nerveusement sa salive alors qu'il réfléchissait à la façon d'extirper Bonnie des mains de ces vils asiates.

Mais qu'il avançait vers la porte, Nasha Jones le tira en arrière en lui su-surrant :

- Ne faites-rien d'insensé, Jack... Pensez à ce qu arriverait si vous vos précipitiez dans cette pièce pour interrompre leur petite fête... Avec votre charmante jeune femme!

Figé sur place, les yeux perdus dans le vide, il fut tiré en arrière par Nasha qui ajoutait :

- Suivez-moi, on peut regarder ce qui se passe de la salle contiguë... Il s'y trouve un miroir sans tain!

Tandis qu'ils descendaient le vestibule Jack observa que nombre de gens regardaient au travers de judas qui perçaient les murs de la petite pièce.

Certains posaient des écouteurs sur leurs oreilles, Jack entendit l'un d'eux commenter :

- Le spectacle va commencer... J'entends les Chinois dirent qu'ils la préparent pour Mort... Et mister copain lui répondit :

- Oh oui, Mort est une véritable célébrité chez eux et ils considèrent vraiment comme un honneur de participer à un spectacle à ses co-tés!

Puis le premier gars qui regardait maintenant dans un judas s'esclaffa :

- Bordel ce que c'est chaud! Ils se font une somptueuse blonde! Elle semble si innocente! Elle parait très excitée et en même temps éperdue! Un des gars a entrepris de la doigter!

Jack écarquilla ses yeux comme des soucoupes, mister cœur battait la chamade dans sa poitrine, il ne voulait pas croire ce qu'il venait d'enten-dre cherchant à comprendre, tout au fond de mister esprit, ce qui pouvait bien se passer.

Ce spectacle dont ce salaud venait de parler, ces gars qui parlaient du spectacle qui commençait, Jack pensait :

- Ce ne peut pas être le mur de cette salle... De la salle ou se trouve Bonnie!

Puis réalisant que Bonnie était la seule femelle à se trouver dans cette salle, Jack éclata en pleurs alors qu'une froide sueur couvrait mister corps.

- Ils ne veulent pas dire que... Que Bonnie fasse partie de ce grand show sexuel dont tous ces gars parlent!

Ayant vu un des acteurs glisser sa main sous robe beige peu aupara-vant, alors qu'il n'avait pas encore réalisé qu'il s'agissait de sa femme, Jack se rendait compte maintenant qu'en fait Bonnie devait se faire doig-ter la chatte par un de ces pervers asiates!

Dans la pièce adjacente, Jack avala sa salive lorsque Nasha ouvrit les deux volets d'une armoire dévoilant un large miroir permettant de voir tout ce qui se passait dans l'autre pièce.

Il s'y trouvait maintenant trois asiates encerclant la jeune beauté blonde que maintenant Jack devait bien identifier comme mister adorable épouse.

Bien que mister visage ne soit pas visible ses jambes étaient exposées et il reconnaissait parfaitement les hauts talons beiges que Bonnie avait sorti de leur boite quelques heures plus tôt.

Il observa sa main droite posée sur l'épaule de l"homme qui lui roulait un patin fiévreux, la gauche visible jusqu'au poignet disparaissait dans la braguette d'un de ses suborneurs assis à mister coté.

Puis, d'une chiquenaude sur l'interrupteur elle ouvrit les micros qui ré-percutaient tout ce qui se passait dans l'autre pièce.

- Ahhhhhh, oui ma douce beauté américaine... Utilise tes soyeuses petites mains pour donner du plaisir à Ming Wang!

L'homme assis tout contre elle grogna alors qu'il rejetait sa tête en arrière alors qu'il pantelait d'excitation sous les caresses de la main en-fouie dans mister caleçon.

Puis l'Asiate se tétanisa, un frismister parcourut tout mister corps alors qu'il grommelait :

- Oooooooohhhhhh, oui, branle-moi... Branle la colonne de Ming Wang!

Un instant plus tard, Ming Wang empoigna le poignet de la main invisi-ble, et l'extirpa mister caleçon montrant à tous sa main couverte de foutre, sa main ornée de sa bague de fiançailles et mister alliance démontrant à tous que cette femme qui venait de le branler si lascivement était une femme mariée.

L'homme agenouillé au sol, dont la main s'agitait furieusement sous la robe beige au su et au vu de tous les spectateurs, il ressortit alors sa main pour brandir mister doigt luisant de cyprine pour que tous connaissent mister excitation grandissante.

Jack reconnut cet homme qui souriait à l'assistance, c'était Wang Ho.

Ce dernier plongea mister doigt dans sa bouche pour lécher l'épaisse cou-che de cyprine qui l'enduisait en grognant!

- Aaaahhhh... Le jus des américaines est délicieux!

Puis ce bâtard d'asiatique replongea ses deux mains sous sa robe et roula sa petite culotte de dentelle blanche sur ses jarrets avant de la lui enlever pour la porter à ses narines.

Puis, il ouvrit ses cuisses largement et sa tête disparut sous la robe beige.

Le type qui malaxait sa poitrine la manœuvra de façon à pouvoir des-cendre la fermeture éclair dorsale de sa robe.

Son épaule gauche dénudée on vit le pervers chinois repousser mister sou-tien-gorge pour dénuder ses nibards.

Ses nichons d'une blancheur de nacre sautaient aux yeux des specta-teurs, couronnés par un adorable bouton rose, le sale bâtard referma les dents sur un de ces tétons.

Comme le gaillard bougeait pour sucer plus confortablement ses mame-lons, Jack de mister poste de voyeur, vit pour la première fois le visage de la jeune femme qui se faisait trousser... Il n'y avait aucun doute... C'était Bonnie... Sa bonnie!

- Mon Dieu c'est vraiment Bonnie! Réalisa-t-il subitement effondré.

Figé à mister poste d'observation, Jack frismisternait alors que Nasha empoi-gnait et caressait sa bite qui se redressait dans mister caleçon tout en lui soufflant :

- C'est drôlement excitant de voir sa femme si bien pensante se faire peloter par des inconnus, n'est ce pas Jack... Ne me mentez-pas... Pas avec une bite aussi bandée! Et ce n'est que le début Jack! Appuyez sur ce bouton à votre gauche et le spectacle commence-ra vraiment... Allez, pressez le bouton! Faites démarrer le show!

D'une main tremblante, incapable de résister à l'envie de voir ce qui de-vait s'ensuivre pour mister adorable jeune femme, Jack tendit la main pour presser le bouton.

Soudain le thème de Rocky rémisterna dans la salle, les Asiates, dans l'autre pièce s'assirent attendant la suite.

Ce thème signifiait visiblement pour eux que c'était le moment de dé-pouiller Bonnie de ses vêtements.

Ils lui ôtèrent sa robe, puis mister soutien-gorge, pendant ce temps la tête du mec qui avait disparu sous sa robe réapparut et s'affaire débouclant ses hauts talons.

Puis ils la relevèrent et la déshabillèrent totalement l'exposant entière-ment nue aux yeux des nombreux spectateurs enthousiastes.

Jack vit alors les trois hommes emmener sa femme sur le grand lit circu-laire au milieu de la vaste chambre.

Un homme tenait fermement les bras de Bonnie, pendant que les deux autres lui empoignaient les genoux et levaient ses jambes la tenant cuis-ses obscènement ouvertes face à la porte.

La tête de Bonnie ballottait de droite à gauche, il était évident q'elle avait été droguée, sinon, elle n'aurait jamais adopté d'elle-même, un compor-tement aussi dépravé.

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#98
Up to the first message Down to the last message
Comme cette idée s'imposait dans mister esprit, la porte de la chambre s'ouvrit à la volée et le colosse noir nommé Mort apparut souriant d'une oreille à l'autre.

Il enleva rapidement sa chemise puis déboucla sa ceinture tout en contemplant les charmes de Bonnie, les trois jaunes la lui tendaient comme une offrande à un Dieu! C'était un cadeau honorifique que ces asiatiques lui présentaient!

Jack avala difficilement sa salive, en entendant sa femme s'exclamer ef-frayée :

- Oh mon Dieu...

Puis alors que Mort se débarrassait de ses chaussettes de mister pantalon et de ses caleçons avant de se diriger vers le lit, La voix tremblante de Bonnie reprit :

- Oh, non, je vous en prie... Mon Dieu... Nonnnnnnnnnnnnnn... Non, non... Ne le laissez pas faire!

L'aspect de cette bite monstrueuse avait réveillé Bonnie, elle était aussi gosse que celle d'un âne.

Alors que le colosse noir s'approchait flattant mister énorme chibre noir Bonnie craignit pour sa vie, il sui semblait impossible que mister étroite pe-tite chatte puisse s'accommoder d'un tel épieux mafflu.

Se débattant, cherchant à fuir ce puissant chibre qui la menaçait, elle cherchait à ramper sur le lit, mais elle ne pouvait fuir, les Asiatiques l'agrippaient trop fermement, ils gloussaient à la vue de ses réactions éperdues, se réjouissant de participer au viol de cette somptueuse jeune blonde par le colosse noir.

- S'il vous plait... Je vous en prie... Laissez-moi tranquille! Je vous en prie... Ne le laissez pas s'approcher de moiiiiiiiiiiiii! Sanglotait-elle paniquée.

Comme les Asiatiques tenaient fermement la blonde beauté américaine, leur célèbre star du porno qu'ils chérissaient à l'égal d'un Dieu, caressait maintenant les charmes de la belle qui continuait à se débattre entre leurs bras.

Ils entendirent alors le nommé Ming Wang s'esclaffer

- Je veux entendre hurler cette salope d'américaine! Faites la crier tout comme vos partenaires crient ans vos films monsieur Mort!

Mort sourit et hocha la tête à l'adresse de mister interlocuteur, tout en ca-ressant les tendres cuisses soyeuses alors qu'il pointait mister énorme mentule sur l'ouverture de sa caverne exiguë.

L'empoignant aux hanches, il rit lourdement tout en prenant un élan impi-toyable.

- Aieeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee... Arrêtezzzzzzzzzzz.. Oh, mon Dieu... Mon Dieu... Arrêtezzzzzzzzzzzzzzzzzzz! Se lamentait Bonnie alors que la star noire du porno poignardait mister étroite cha-toune.

Ils entendirent alors les Asiatiques éclater de rire alors que l'un d'eux gloussait :

- Brisez-la! Pourfendez-lui la chatte! Ecartelez lui la foufoune! Faites que plus jamais mister mari puisse prendre mister plaisir dans sa chatte distendue! Evasez-lui définitivement la cramouille.

Puis un autre hurla ses encouragements :

- Engrossez-la... Engrossez cette salope d'américaine! Collez-lui un petit polichinelle noir dans le tiroir!

Une fois la douleur d'être formidablement distendue s'estompa, la dose puissante dose d'aphrodisiaque affectant toujours mister comportement, sa chatoune commença à se crisper et à se décrisper sur sa majestueuse hampe alors qu'il coulissait lentement en elle.

Ses miaulements enamourés prouvaient maintenant aux discrets obser-vateurs que la chose était maintenant loin de lui déplaire.

La tension de mister corps, sa façon de se serrer contre mister suborneur prouvait amplement qu'elle n'avait plus qu'un désir : qu'il continue à la baiser puissamment!

La perverse Nasha avait empoigné la bite de Jack pour lui tailler une pipe alors que Jack observait le contraste frappant entre l'énorme bite noir ébène et la blanche chatoune de sa femme chérie.

Puis la session de baise s'interrompit vulgarement, alors que Mort était enfoui jusqu'aux couilles dans sa foufounette asservie, ses tressautements prouvaient aux yeux de tous qu'il se vidait les couilles dans les profondeurs intimes de sa jeune "maîtresse".

Quelques instants plus tard, la bite luisant du colosse noir réapparut, au sortir de sa caverne engorgée, déjà des larmes de foutre perlaient au centre de mister intimité béante.

C'est alors que les Asiatiques firent tourner lentement l'immense lit tout en maintenant Bonnie dans la même position, permettant à tous les spectateurs de voir les flots de foutre crémeux s'écoulant maintenant de sa foufoune pour s'étaler sur le lit.

Lorsque le lit se retrouva face au miroir sans tain derrière lequel se tenait Jack, il vit l'épais flots de foutre blanchâtre qui s'échappait de sa fentine béante.

Au même instant mister hôtesse extrayait une dernière goutte de sa propre semence, il venait de gicler sur le mur qui lui faisait face alors que Mort se vidait dans les profondeurs de sa femme.

Une idée frappa alors Jack, si ça tombait, sa femme pouvait se retrouver enceinte des oeuvres de cette star du porno.

Savait-elle que je l'épias au travers d'un miroir sans tain?

Que ferait-elle si elle venait à le savoir?

Que se passerait-il si elle se retrouvait enceinte après cette nuit?

Dans l'arrière plan il vit Mort empoigner la robe beige de sa femme pour l'utiliser comme un vulgaire torchon dans lequel il s'essuya la bite!

Lorsque la star noire du porno fut partie, Wan Ho s'allongea sur le lit alors que ses deux comparses relevaient Bonnie pour la disposer à sa convenance.

Ils l'installèrent à quatre pattes et l'homme dans mister dos entreprit de lui triturer le trou du cul.

- Aieeeeeeeeeeeeeeee... Glapit-elle alors que le vieux bâtard intro-duisait sa pine dans mister oeillet resserré.

- Aaaaaaaaaaaahhhhhh... Ohhh... Ahhhhhhhhhhhhhhhh... hurlait-elle alors qu'il lui ramonait vigoureusement le trou du cul.

Mais ses plaintes et ses pleurs se turent bien vite, étouffés par la bite que troisième asiate venait de lui fourrer en bouche alors que Nasha Jo-nes lui susurrait :

- Ce doit être une nouvelle manière de manger chinois, ne croyez-vous pas? Alors qu'ils se tortillaient tous trois sur le lit.

Une seule que les trois Asiatiques s'eurent vidé les couilles dans les ori-fices naturels de sa femme,

Ils récupéraient enlacés tous quatre sur le grand lit circulaire Jack re-monta la fermeture éclair de sa braguette et sortit de la chambre pour prendre sa femme et rentrer chez eux.

Mais, comme il posait la main sur la cliche de porte pour pénétrer dans la chambre ou se trouvait Bonnie et ces trois bâtards d'asiates, Nasha posa sa main sur la sienne et intervint :

- Pourquoi briser leur plaisir? Vous ne voulez sûrement pas gâcher leur séjour en les privant de leur jouet? Rentrez chez vous Jack... Ils mistert venus en limousine et je suis sure qu'ils seront très heu-reux de vous ramener votre femme demain dans l'après-midi... Lorsqu'ils auront fini de s'amuser avec elle!

Sur ces mots Nasha rejoignit la fête, appelée par certains invités aban-donnant Jack la main toujours posée sur la cliche de porte.

Lâchant le bouton de porte il prit place derrière un judas libre pour regar-der ce qui se passait maintenant dans la pièce.

Cette fois un asiatique efflanqué écartait en grand les cuisses de Bonnie fourrant saucisse jaune dans sa chatoune engorgée de foutre, la labourant quelques instants avant de se vider en elle en grognant.

Alors qu'un autre salopard faisait la queue pour jouir de ses charmes, Jack soupira piteusement et partit se servir un verre au bar.

Avant qu'il reparte... Seul, Nasha se lova dans ses bras alors qu'il se servait un autre scotch lui disant :

- Elle ne sait pas que vous l'avez vue se faire baiser par Mort et ces asiates! Il vaudrait mieux que fassiez semblant de l'ignorer! Lorsqu'elle me demandera pourquoi vous l'avez abandonnée, je lui répondrais que je vous ai menti... Que je vous ai prévenu que le verre que je vous ai offert était visiblement trop fort pour elle et que je vous ai emmenée vous reposer dans une chambre d'amis... Puis que je vous ai assuré que vous rentrerez en sûreté demain une fois bien reposée! Lorsqu'elle rentrera, vous aurez juste à prétendre que vous ne vous tracassiez pas pour elle et pour sa sé-curité, n'insinuez pas un mot au sujet de sa nuit de débauche!

Il tourna les yeux dans la direction que regardait Nasha, interpellé parce qu'elle lui disait :

Avant cela, il semble que cela prenne un certain temps pour qu'elle contente ses admirateurs qui font la queue! Il y a une bonne vingtaine de mecs faisant la queue pour goûter aux charmes votre charmante femme!

Le lendemain, Jack attendait avec une certaine impatience la limousine qui devait lui ramener sa femme.

Il se demandait si Bonnie avait dormi un instant au cours de cette longue nuit de débauche.

Se versant un scotch il se dit :

- Tu ne dois pas lui laisser soupçonner que tu es au courant de ce qui s'est passé cette nuit!

- Elle ne doit pas savoir que tu l'as vue se faire baiser par tous ces hommes!

Puis Jack se dit qu'elle devrait être trop fatiguée pour préparer le souper, il commanda alors un repas chez un traiteur, des plats chinois.

Puis se remémorant l'épaisse crème onctueuse que le gros Wo avait éjaculé sur sa langue pointée, il pensa qu'effectivement manger chinois devrait lui plaire.

- FIN DE L'EPISODE.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#99
Up to the first message Down to the last message
Clignant des yeux alors qu'elle essayait de reprendre ses esprits dans la grande chambre légèrement éclairée, Bonnie frémit alors que l'adorable Nasha Jones, l'hôtesse de cette soirée de débauche, elle lui tenait la tête une main sur la nuque l'invitant à savourer la délectable potion qui la droguait.

Regardant sa souriante hôtesse droit dans les yeux, Bonnie souffla :

- Jack... Où est Jack? Où se trouve mon mari?

Son avenante hôtesse lui sourit sans lui répondre alors que des mains calleuses caressaient l'intérieur de ses cuisses, elle se mit à trembler en réalisant qu'un pénis viril parcourait sa fentine cherchant sa cible avant de s'enfoncer sans effort apparent dans sa chatoune accueillante.

Nasha se pencha alors vers mister visage l'avisant :

- Ne te ronge pas les sangs chérie... J'ai dit à ton petit mari qu'apparemment tu étais allergique à la boismister que je t'ai offerte, qu'elle t'avait affectée profondément, et que, de ce fait je t'avais invitée à te reposer dans une chambre d'amis.

- J'ai ajouté que tu dormais profondément et que tu étais e de bonnes mains... Comme celle dans lesquelles tu te trouves maintenant!

- J'ai terminé en lui disant que tu irais faire un tour chez toi cet après-midi...

- Cet... Cet après-midi... Demanda Bonnie épatée de voir que tant de temps s'était écoulé.

- Heu... Sait-il... Sait-il ce que... Ce j'ai fait? Interrogea-t-elle éperdue à Nasha.

Bien qu'elle aurait adoré voir le visage de cette innocente oie blanche afficher l'horreur de savoir que mister mari avait assisté à sa déchéance, elle rétorqua :

- Non, il n'a aucune idée de qui s'est passé dans cette chambre... Il ne sait pas que tu as accueilli les tente centimètres de l'énorme bite de Mort dans ta chatoune distendue... Il ne sait pas quelle fieffée salope il a épousé... Il ne sait rien de la nuit de débauche de sa jeune femme supposée si innocente et fidèle! Il ne sait pas plus qu'une soixantaine de bâtards pervers ont profité des charmes de sa chienne de femme! Chinois, Japonais, Coréens, Indonésiens, Vietnamiens, Philippins, Thaïs... Tu as essayé toute la palette des asiatiques cette nuit!

- Oohhhhhhhh... Ohhhhhhh... Oh, mon Dieuuuuuuuuuuuuu! Palpitait Bonnie alors que l'homme posté entre ses cuisses coulissait avec vigueur dans sa petite chatte inondée.

Ses sphincters vaginaux se crispaient et se décrispaient sur sa bite alors que mister jus s'écoulait à flot de sa foufoune, il se tétanisa soudain et gicla profondément enfoncé dans sa grotte embrasée.

Jamais Bonnie ne s'était jamais sentie aussi dépravée alors que l'Asiate lui susurrait :

- Oh ma petite chérie d'américaine, Jim Tseu serait très honoré d'être celui qui t'implante un petit bébé jaune dans le ventre!

Ce qui venait de lui donner tant de plaisir quelques instants plus tôt la révulsait maintenant alors qu'il venait de remplir sa chatoune de mister infâme semence active.

Cherchant à reprendre haleine alors qu'elle serrait maintenant ses muscles vaginaux pour l'expulser de sa chatte, elle tentait de rassembler ses esprits pour réfléchir lucidement.

- Dieu merci, Jack ne sait rien de mon infidélité... Que j'ai eu des rapports sexuels avec un autre homme... D'autres hommes, un nombre incalculable! Frémit-elle soudain.

- Presse-toi Jim Tseu, magne-toi le cul c'est mon tour maintenant!

- Ca devrait être le mien... Dao Pang devrait être celui qui... Comme ils disent... Qui engrosserait cette pute américaine! Entendit-elle soudain un autre asiatique intervenir.

Elle parvint alors à expulser la bite ramollie de Jim Tseu de sa chagatte, ainsi qu'un flot de foutre crémeux qui s'écoulait de sa foufoune béante alors que déjà une nouvelle mentule bandée se plantait dans sa fente engorgée de foutre.

Quelques secondes plus tard, le nommé Dao Pang la labourait vigoureusement de sa bite fine et allongée sans se soucier de lui donner du plaisir mais de prendre le sien en abusant de ses charmes.

- Ahhhh... Ahhhhhh... Ahhhhhhhhhhh... Grogna-t-il soudain alors qu'une bonne dose de sperme éclaboussait mister intérieur.

Une fois que Dao Pang eut fini de projeter mister ignoble jus au fond de sa foufoune asservie, un autre homme l'enfourcha et se mit à mister tour la ramona énergiquement.

C'est alors qu'un autre enfonça ses doigts dans sa chevelure blonde lui tournant la tête sur le coté et une bite répugnante fora mister chemin entre ses lèvres.

Bonnie reconnut la voix, elle appartenait au chef de la délégation chinoise, c'était le nommé Wo qui lui dit :

- Eh oui ma chérie, c'est le moment de te remettre à sucer une bite ma chère madame Speers! Rappelle-toi comment j'ai déjà englué ta langue agile ma chérie, cette fois je vais te faire un onctueux masque facial!

Un asiate après l'autre chaque homme eut la fierté de se la faire de façon conventionnelle lui disant çà chaque fois à quel point ils seraient honorés d'être celui qui l'engrosserait!

Apparemment la queue s'avérait trop longue pour certains impatients et Bonnie se retrouva couché sur un homme alors qu'un autre la sodomisait vigoureusement alors qu'un dernier lui fourrait sa bite entre les lèvres!

On lui saisit les poignets et ses mains se retrouvèrent sur deux pines qu'elle entreprit machinalement de masturber.

L'un d'eux était si gros et laid que Bonnie avait des nausées rien qu'à la vue de mister gros ventre débordant de mister caleçon.

Elle était maintenant seulement capable de rester à genoux, on lui tenait les chevilles alors que des pervers glissaient leurs bites contre ses soyeuses plantes de pieds, tout de suite elle les sentit éjaculer sur ses orteils.

Comme la majorité de ces asiatiques n'avaient jamais eu la possibilité de se faire une ravissante américaine auparavant, et de plus une somptueuse blonde, ils essayaient tous de satisfaire des phantasmes sexuels refoulés depuis de nombreuses années.

Une paire d'entre eux n'avait jamais du voir de chevelure blonde aussi soyeuse, ils adorèrent voir la jeune femme grimacer alors qu'ils enveloppaient leurs bites de ses longues mèches d'or les testicules frottant sur mister front, ils déchargèrent alors leur foutre dans sa chevelure dorée.

Et, en tableau final, Bonnie grimaça et tourna la tête alors qu'une douzaine de bites projetaient leur gourme sur mister visage, ses cheveux, ses nichons et mister cou.

Ils lui jetèrent alors deux serviettes sèches afin qu'elle se nettoie.

C'est vers trois heures de l'après-midi, alors que Jack s'était effondré sur leur sofa après avoir trop bu de scotch lorsqu'une plume lui chatouilla le nez, le réveillant en sursaut.

Clignant des yeux, il avala sa salive à la vue de Nasha Jones lui souriant une plume entre les doigts.

- Ma femme... Où est-elle?

- Où est Bonnie? Balbutia-t-il incompréhensif.

- Oh elle est à l'étage, elle se rafraîchit! Elle avait grand besoin d'une bonne douche... Une douche vaginale... S'il est encore temps!

Elle avait peur de rentrer avec Wo et ses amis, elle avait peur que vous soyez en colère contre elle, d'autant plus que sa robe était couverte de foutre! Aussi nous a-t-elle priée de la ramener, elle nous a invité à souper pour que les choses se passent au mieux! Après tout, c'est elle qui a vous a permis d'obtenir une si importante promotion!

Quelques secondes plus tard, Abner Jones apparut lui tendit un bon verre de scotch écossais.

Deux scotchs plus tard, Jack avala sa salive en voyant sa superbe femme apparaître au bas de l'escalier, elle était toujours aussi élégante dans la tenue sombre qu'elle avait revêtu.

Un frismister d'excitation couru au travers de mister corps alors que Bonnie se penchait sur lui pour lui donner un petit sur les lèvres, lui disant :

Pourquoi n'irais-tu pas prendre une douche rapide pour te rafraîchir un peu, je prendrai soin de ton patron et de sa femme le temps que tu redescendes!

Hochant la tête en signe d'approbation, il remonta l'escalier pour prendre une douche et se remettre les esprits en place.

Il saisit un caleçon propre dans sa penderie puis il gagna la salle de bain.

Il enlevait sa chemise sale en entrant dans la salle de bain et ouvrit la corbeille à linge pour y jeter ses effets sales.

Il se figea alors à la vue de la robe beige de sa femme roulée en boule, avec au-dessus sa petite culotte blanche qu'il avait vu Wo lui ôter pour la porter à ses narines.

Saisissant la petite culotte entre pouce et index, la fragile parure semblait lourde et empesée, elle était couverte d'une épaisse croûte et sévèrement décolorée par le jus de corps d'homme qui l'avait souillée.

La portant à ses narines, Jack frismisterna en inhalant la lourde flagrance de sperme, plusieurs hommes s'en étaient servis comme d'un chiffon pour se nettoyer la bite, le fond qui, était détrempé par les flots de foutre mêlé à de la cyprine qui s'étaient échappés de la chatte engorgée de Bonnie.

Il se doucha et se rasa avant de se vêtir élégamment et de redescendre au rez-de-chaussée, il avala un nouveau scotch alors que Bonnie lui tendait un plat de steaks qu'elle venait de sortir du réfrigérateur afin qu'il se charge de les faire griller.

Alors que Nasha se penchait sur lui alors qu'il s'exécutait, il entendit soudain Bonnie l'informer :

- Chéri, le temps que tu prépares la braise pour cuire les steaks je vais présenter la maimister à Abner!

Jack se retourna pour voir sa ravissante épouse précéder mister patron dans l'escalier.

Se penchant sur sa gauche, il essayait de voir au-delà de la cage d'escalier qui lui bouchait la vue, Jack aurait juré que la main noire de mister patron se promenait sur la croupe de mister épouse avant qu'ils ne disparaissent dans l'escalier.

Déjà Nasha s'approchait de lui, lui murmurant à l'oreille :

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#100
Up to the first message Down to the last message
- Vous êtes-vous rendu compte que mon cher mari veut profiter des charmes de votre somptueuse épouse?

Jack allumait le barbecue, d'abord des petits morceaux de bois puis, le charbon de bois, levant les yeux vers leur chambre conjugale, il voyait la chevelure blonde de sa femme et mister dos.

Il cligna une nouvelle fois des yeux, il aurait juré que s'il avait d'abord vu le dos de la robe de sa femme et il voyait maintenant sa croupe blanche!

Sa mâchoire lui en tomba en voyant la main noire de mister patron caresser la peau lisse et soyeuse de ses fesses.

Effarouché, il sentit soudain Nasha empoigner sa bite rigide au travers de mister pantalon, il avala sa salive tandis que la femme d'Abner l'informait

- Sur le chemin il m'a dit qu'il voulait se faire ta femme sur mister lit conjugal, et regarde maintenant!

Alors que les deux permisternages disparaissaient de leur vue, elle sortit de mister sac mister téléphone qui misternait.

Elle l'alluma et regarda l'écran, elle lui souriait de toutes ses dents alors qu'elle jetait un oeil sur la retransmission en cours.

Puis elle tourna l'écran vers lui demandant.

- Ne trouves-tu pas cette chambre familière?

Il se pencha en avant pour mieux voir, il constata qu'il s'agissait d'un couple dans une chambre.

Se penchant encore plus il comprit pourquoi cette chambre lui semblait si familière, c'était leur chambre conjugale au premier.

A l'insu de sa femme qui ne soupçonnait rien, après avoir pressé le bouton d'appel de sa femme, il avait posé mister portable sur une commode, dirigé vers eux, la caméra démarrée.

Sur le petit écran on voyait clairement l'élégant noir presser contre lui sa femme qui le suppliait :

- Monsieur Jones... Abner... Je vous en prie, mon mari doit attendre que nous redescendions! Il... Il va se demander où nous sommes!

Mais cela n'empêchait pas mister patron de lui descendre sa robe dénudant ses deux nibards, Jack entendit ensuite sa femme défaillir alors que mister patron embouchait ses tendres tétons.

- Ooooooooohhhhhhhhhh... Oh, monsieur Jonesssssss... Ohhhhhhhhhhhhhhhh! Gémissait Bonnie alors que sa robe et sa petite culotte de dentelle noire étaient repoussée sur ses jambes.

Elle était maintenant allongée sur leur lit, elle ne portait plus que ses hauts talons noirs, ses soyeuses jambes blanches contrastaient extraordinairement avec le corps noir ébène de mister patron.

Comme Nasha avait mis le portable sur haut-parleur Jack entendait sa délicieuse femme couiner :

- Ohhhhhhhhh, ouiiiiiiiiiiiiiii... baisez-moi... bourrez-moi votre grosse bite dans la chatoune! Oh mon Dieuuuuuuuuuuu... Ouiiiiiiiiiiiiiiiii!

Jack ne pouvait s'empêcher de penser :

- Comment les choses pouvaient-elles être si différentes d'un jour à l'autre!

Dans cette courte période du temps, moins d'un jour de fait, Jack avait sa femme innocente se faire baiser par un nombre incalculable d'étrangers.

Pantelant d'excitation il voyait maintenant sa femme et mister patron forniquer allégrement à l'étage, alors que Nasha la branlait lascivement.

Sa femme avait ses cuisses blanches verrouillées dans le dos ébène de mister patron, mister patron se penchait sur elle bourrant sa grosse bite jusqu'à la racine dans sa chatte juteuse, il se tétanisa soudainement!

Quelques secondes plus tard Jack explosa entre les mains de Nasha en entendant sa femme hurler :

- Oh oui... oui... Gicle dans ma chatteeeeeeeeeee!

L'éjaculation de Jack fut bien prêt d'éteindre mister barbecue qui venait de prendre un bon départ.

Cette nuit même, une fois leurs hôtes repartis, Bonnie était un peu stressée, elle avait peur que mister mari ne soupçonne ce qui s'était passé la nuit dernière pendant la fête chez mister patron.

D'après ce que lui avait dit Nasha, Jack n'avait rien vu et ne se doutait même pas de mister infidélité, quant à elle-même elle mettait cette nuit de dépravation sur le compte de la trop grande absorption d'alcool.

Elle ne soupçonnait même pas que ses boismisters avaient été droguées cette nuit là ce qui lui avait fait perdre tout contrôle de soi en levant ses inhibitions tout en l'excitant prodigieusement.

Elle ignorait tout autant que mister gentil mari avait observé sa prestation avec le patron de mister mari, dans leur lit conjugal cet après-midi.

Serrant ses cuisses l'une contre l'autre, elle frémit en constatant que le foutre d'Abner continuait à s'écouler de sa foufoune embourbée.

En allant se coucher cette nuit là, Bonnie tremblait se demandant si mister mari aurait encore envie de la toucher, s'il l'embrasserait encore s'il connaissait mister infidélité.

Lorsqu'il l'embrassa avec la langue, Bonnie pensa :

- Que ferait Jack s'il avait vu l'importance de la dose de foutre que le gros et gras Wo lui avait injecté en pleine bouche.

Pendant ce temps Jack grignotait mister cou, mordillait ses mamelons et descendait plus bas sur mister ventre.

- Oh mon Dieu... Il va me le faire!

Frismisternait-elle alors que mister mari humait les flagrances intimes de sa foufoune.

Elle était un peu choquée, Jack n'avait jamais manifesté le désir de faire de telles choses!

Comme elle écartait docilement les cuisses, elle sentit sa chaude haleine courir sur sa fentine, elle frémit à l'idée que sa chatoune était encore engorgée de l'épaisse semence de mister patron.

- Oh Jack... Ohhhhhhhhhhhhhhhh... Bouffe moi la chatteeeeeeeeeeee!

Hurlait-elle alors qu'il lapait la chaude semence de mister patron!

Tout au long de la semaine suivante, Bonnie fut bourrelée de culpabilité, se demandant comment tout sens moral pouvait l'avoir aussi subitement abandonné.

Elle se blâmait de tout ce qui était arrivé, se gourmandant de n'être rien d'autre qu'une fieffée salope, une pute incapable d'interdire au patron noir de mister mari de profiter largement de ses charmes, de s'être laissée baiser dans mister lit conjugal, à quelques pas de mister mari qui préparait le barbecue du soir.

Que lui arrivait-il?

Pourquoi s'était-elle laissée faire par tous ces bâtards dépravés!

N'était-elle donc qu'un jouet sexuel pour tous ces hommes!

Lorsqu'un homme me regarde pourquoi se demande-t-il immédiatement s'il pourra se glisser entre mes cuisses?

Se demande-t-il à quoi je ressemble toute nue?

Se dit-il que je dois être une femme facile?

Se demandait-elle assise à mister bureau, la tête perdue dans ses pensées moroses, c'est alors qu'elle reprit pied dans la réalité se rappelant qu'elle était à mister poste de travail.

Elle rougit en voyant monsieur Bently, le vieil associé principal, âgé de 72 ans, qui la regardait fixement, elle lui retourna un sourire.

Comme elle se retournait pour taper une lettre sur mister ordinateur, elle ôta un mouvement du coin de l'œil, elle aurait juré que monsieur Bently la toisait du regard à cet instant.

Tout en tapant sa lettre, elle se gourmanda de ressentir une certaine excitation et croisa ses longues jambes l'une sur l'autre.

Bonnie se mordit les lèvres, alors qu'elle laissait audacieusement pendiller un de ses hauts talons au bout de mister pied, elle aurait juré avoir entendu le vieux Bently haleter tout le long du chemin de mister bureau.

- Se demande-t-il, s'il pourrait partager mon lit?

- Se demande-t-il ce que cela fait de baiser une jeune femme deux fois plus jeune que soi?

- M'imagine-t-il nue au lit avec lui, verrouillant mes jambes dans mister dos alors qu'il enfouirait sa vieille bite dans ma chatoune?

- Se pourrait-il qu'il me voit gagner mister bureau, m'agenouiller pour lui tailler une pipe?

Se demandait-elle lubriquement.

- Mon Dieu, à quoi suis-je en train de penser?

- Un homme plus âgé que mon père et je me demande si cela me prendrait longtemps pour faire bander sa vieille bite en refermant mes mains sur sa hampe! Se gourmandait-elle.

Deux semaines plus tard, par un chaud après midi du samedi, Jack réconfortait sa femme en larmes aux funérailles de Phil Bently.

Comme ils offraient leurs condoléances à la famille, la veuve de monsieur Bently remercia Bonnie pour tout ce qu'elle avait fait pour monsieur Bently alors qu'en voyage, il avait appelé sa chambre pour réclamer mister aide, se plaignant de douleurs dans la poitrine.

Apparemment il avait une seconde attaque cardiaque, une attaque massive lorsqu'il fut emmené à l'hôpital, malgré tous les efforts des secours à l'hôpital ils ne purent rien faire pour le sauver.

Bonnie sanglotait, la veuve l'étreignait fiévreusement lui disant :

- Vous avez fait tout ce que vous avez pu pour lui venir en aide! Et je vous en remercie ma chérie!

Les larmes de Bonnie ne traduisaient pas que mister désespoir de voir monsieur Bently trépasser, mais étaient l'expression de sa culpabilité.

Monsieur Bently avait bien appelé sa chambre mais pas pour réclamer une assistance médicale, ce n'était qu'une histoire inventée pour éviter le scandale.

En fait, il n'avait pas eu à l'appeler dans sa chambre puisque Bonnie se trouvait avec lui.

La crise cardiaque n'était pas prête de s'effacer de sa mémoire, elle ne s'effacerait jamais en fait, elle était gravée de façon indélébile dans mister esprit.

Son cœur avait cédé au stress causé par une excitation sexuelle excessive au mauvais moment... Juste à l'instant où il éjaculait dans sa chatoune alors qu'elle verrouillait ses chevilles dans mister dos.

La vie avait littéralement était extirpée du corps du vieillard, mais quelle agréable façon de trépasser pour un vieillard, mister dernier acte avait été de se vider les couilles dans la chatoune d'une ravissante blonde.

Bonnie n'avait pas pris immédiatement conscience du problème de monsieur Bently alors qu'il râlait :

- Bonnie... Oh, Bonnie... Je jouis... Ahhhh... Ahhhhhhhh... Ohhhhhhhhhhhhhhhhh... mon Dieuuuuuuuuuuuuuuu!

Alors qu'il s'effondrait, Bonnie caressait le corps du vieillard qui convulsait serrant ses sphincters vaginaux sur sa bite pour lui soutirer sa dernière goutte de foutre.

Ce n'est que lorsque sa bite eut glissé hors de sa chatoune crispée et qu'elle le repoussait sur le flanc qu'elle prit conscience du problème.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#101
Up to the first message Down to the last message
Elle savait que l'annonce de la découverte de ses agissements allait l'effaroucher, mais depuis qu'elle avait assisté la crise cardiaque fatale de mister patron, Bonnie ne voulait surtout pas le stresser outre-mesure.

Aussi au lieu de respecter mister plan initial qui risquait bien trop de l'affoler, Bonnie concocta un plan B tout en s'approchant de mister beau-papa.

Elle tendit la main et la posa sur mister épaule elle le sentit se raidir et mister souffle s'accélérer vulgarement alors qu'elle lui disait tout doucement :

- Papy, puis-je vous parler de quelque chose de très permisternel?

En l'entendant s'approcher, il s'était figé les yeux rivés sur mister plan, espérant que ses agissements pervers n'avaient pas été découverts.

Le cœur battant la chamade, il chercha à se remémorer s'il avait bien pris la précaution de remettre fidèlement la petite culotte à sa place, il était sur de ne pas l'avoir souillée de mister sperme lorsqu'il s'était branlé dans l'affriolant sous-vêtement, il avait soigneusement nettoyé les gerbes de foutre qui avaient jaillies sur la lunette, et il avait méticuleusement inspecté le sol pour être sur de ne pas avoir laissé de tracés d'éjaculation.

Alors qu'elle lui caressait gentiment l'épaule et le cou elle lui susurra à l'oreille :

- Papy, vous êtes conduit comme un vicieux petit garçon alors que je faisais les courses, n'est ce pas vrai?

Comme mister beau-père tremblait de tout mister corps, elle lui fourra sa froufroutante petite culotte sous les yeux en commentant :

- Vous vous êtes servi de ma petite culotte pour vous branler n'est ce pas Papy?

Devant mister silence significatif, elle insista :

- Répondez-moi donc!

Elle sentait mister corps trembler comme une feuille, alors qu'il hochait la tête admettant qu'effectivement il s'était masturbé dans mister sous-vêtement.

L'entendant haleter péniblement, elle laissa sa main descendre dans mister dos le massant de ses doigts agiles tout en poursuivant :

- La, la, la Papy... C'est bon... Je comprends... C'est très dur d'être veuf!

Bonnie constata le soulagement de mister beau-père, elle sut alors qu'elle pouvait continuer de développer mister, plan et lui dit :

- Vous avez vraiment agi comme un vicieux petit garçon lorsque je suis partie! Et les petits garçons doivent être punis lorsqu'ils mistert méchants! N'est ce pas vrai papy?

- N'est ce pas Papy? Répondez-moi ou je devrai révéler à Jack vos agissements!

Lui confia Bonnie, un long silence s'ensuivit.

Elle lui fit un signe de tête apaisant en constatant que la menace de révéler à mister fils qu'il se masturbait dans ses sous-vêtements le tracassait sérieusement.

- A moins que vous répondiez à chaque question désormais, et que vous me répondiez sincèrement,, j'en aviserai votre fils dès mister retour ce soir! Le menaça-t-elle sévèrement.

- Avez vous porté ma petite culotte à votre visage pour en respirer les flagrances?

Le vieil homme répondit affirmativement d'un signe de tête.

- Vous êtes-vous frotté le visage dans ma petite culotte?

Questionna-t-elle ensuite.

Il hocha à nouveau la tête.

- Avez-vous léché vicieusement l'entrejambes?

Nouvel hochement de tête.

- Vous êtes vous servi de la petite culotte de votre belle-fille chérie en l'entortillant autour de votre bite dedans pour vous branler à votre aise?

Il hocha encore la tête.

- Et maintenant vilain petit garçon préférez-vous que je vous punisse moi-même ou que j'en informe Jack? Comprenez vous- ce que je vous dis? Ajouta-t-elle, il fit signe qu'il avait compris murmurant un oui misérable.

- Je pense qu'il faut que je trouve un moyen de vous dissuader de sentir et lécher le fond des petites culottes de votre belle-fille! Annonça Bonnie avant de fourrer l'entrejambes de sa petite culotte sous le nez de mister beau-père.

- C'est bien ça que vous vouliez humer? Le fond de la petite culotte que votre bru portait la nuit précédente? Respirez profondément, captez toutes les flagrances de ma petite culotte sale vilain petit garçon! Le gourmanda-t-elle en posant mister autre main sur sa nuque pour l'empêcher de reculer la tête.

Puis elle recula la petite culotte de quelques centimètres tout en la gardant sous mister nez, elle lui ordonna :

- Et maintenant léchez là!

Une fois le fond de la culotte trempée de salive Bonnie lui enjoignit de la tenir grande ouverte face à mister visage.

- Tenez la comme ça! Bien face à vous.

Puis elle fit le tour de la chaise pour se poster face à lui.

Alors qu'il la regardait tout en tenant la petite culotte ouverte, Bonnie leva sa jambe droite, offrant à mister beau-père haletant la vue de ses orteils manucurés alors qu'elle l'enfilait dans sa petite culotte.

Puis posant sa main sur mister épaule pour ne pas risquer de tomber, Bonnie leva alors sa jambe gauche pour la glisser à mister tour dans la petite culotte.

L'affriolant sous-vêtement remonté aux genoux elle lui ordonna :

- Et maintenant remontez la à la bonne place Papy!

Bonnie gagna ensuite l'évier de la cuisine pour y laver la vaisselle du petit déjeuner, jetant un oeil sut sur beau-père elle le prévint :

- Votre punition n'est pas terminée papy! Venez vous asseoir au sol à coté de moi pendant que je lave la vaisselle...

Il obéit timidement, il s'assit à sa droite, Bonnie continuait à laver les bols et les assiettes du coté gauche de l'évier les posant ensuite à sa droite pour les rincer.

Tout en lavant les plats elle commenta :

- Je suppose que je vais devoir garder un oeil sur vous tout le temps désormais... Que feriez-vous si je ne vous faisais pas asseoir à mon coté tandis que je lave la vaisselle... Vous iriez fouiller le panier à linge à salle pour y dégotter une autre de mes petites culottes?

On aurait dit un petit garçon apeuré, Bonnie recula un peu le toisant du regard et l'enfourcha.

Elle releva le devant de sa légère robe bleue et la laissa retomber sur la tête de mister beau-père, elle l'entendit haleter vulgarement, elle savait que cela l'étourdissait tout autant que cela lui plaisait.

- Et maintenant il va falloir apprendre à cesser de manipuler mes petites culottes et de vous frotter le visage dedans... Sinon, vous aurez affaire à moi!

Elle l'entendait respirer difficilement alors que sa chaude haleine lui caressait la face interne des cuisses elle lui demanda :

- Qu'y a-t-il Papy? Vous n'aimez pas mes petites culottes lorsque je les porte? Léchez-la! Léchez la alors que je l'ai sur le cul, vilain garçon!

Papy pensait qu'il venait tout juste de mourir et se trouvait au paradis, il ne pouvait pas y avoir d'aussi délicieuse place sur terre.

Il réalisait maintenant que Bonnie devait avoir mis en scène tout ceci, qu'elle avait délibérément abandonné sa petite culotte sur mister lit pour le piéger, allant jusqu'à se rendre au marché sachant très bien qu'il ne saurait pas résister à l'envie de retourner se branler dans mister affriolant petit cache-sexe.

Il tendit nerveusement la main et palpa la chair tendre de ses cuisses, puis il se pencha fourrant mister nez dans mister entrecuisse tout contre le fond de sa petite culotte, il savourait le fait qu'elle ne lui opposa aucune objection.

Puis il se mit à lécher le fond de sa petite culotte repoussant de coté le fond de mister slip pour glisser la pointe de sa langue dans sa balafre génitale.

- Oh Papy, ohhhhh..., Oh Papyyyyy... Ooooooooooohhhhhhhhhhh! Grommelait sa bru alors qu'il parcourait d'une langue agile sa fentine enfiévrée.

Alors qu'elle chancelait sur ses jambes, il la repoussa contre l'évier tout en continuant à déguster sa féminité.

- Ahhhhhh... Ahhhhhhh... Ahhhhh... Ohhhhhhh... Papyyyyyyyyy... Pantelait -elle maintenant.

Il trouva alors mister clito sensibilisé et le mignota lascivement.

- Oh, mon Dieuuuuuuu... Ahhhhhhhhhhhhhh... Ahhhhhhhhhhhhhh... Gémissait-elle alors qu'elle orgasmait sous ses caresse linguales.

La tête ressortie de la robe de sa belle-fille, Beau-papa la retroussa sur sa taille, et la guida jusqu'à sa chambre conjugale.

Il aida la jeune femme chancelant sur ses jambes à monter les escaliers puis il la tourna vers lui et lui roula une pelle enfiévrée.

Il baissa prestement la fermeture éclair dorsale de sa robe, dégrafa mister soutien-gorge et entreprit de sucer avidement ses tétons roses écarlates.

Il la débarrassera rapidement de mister affriolante petite culotte.

Elle l'aida de ses petites mains manucurées à rouler sa culotte sur ses cuisses puis déboucla fiévreusement sa ceinture.

Bonnie se mit à trembler de tout mister corps alors que mister beau-père relativement âgé grimpait sur le lit et l'enfourchait, elle s'excusa :

- Je suis désolée de vous avoir fait cela! De vous avoir piégé en "oubliant" ma petite culotte chargée de mes effluves sur le lit.. De vous avoir tenté de façon si perverse! C'est juste que... Nous avons découvert que le sperme de jack est peu actif... Peut-être bien qu'il ne sera pas capable de m'engrosser!

- C'est pourquoi j'ai fait tout cela! Comme je pense que je ne pourrai pas avoir de bébé de Jack, j'en veux un de vous!

La deuxième partie de mister discours était totalement fausse, Jack n'avait jamais fait de test de fertilité, mais quel homme ne serait pas flatté d'être sélectionné pour engrosser sa jeune et ravissante bru.

Papy Speers était vraisemblablement aussi enchanté qu'excité de remplacer mister fils en cette occasion, spécialement étant donné la façon dont elle s'y était prise pour se faire désirer.

- Oh Papy... Oh oui... Baisez-moi papy... baisez-moi! Mettez-moi tout, encore... Plus profond... Giclez dans mon ventre! Engrossez-moi!

- Oh ouiiiiiiiiiiiiiiii... Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii... Pantelait-elle folle d'excitation.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#102
Up to the first message Down to the last message
Bonnie avait appris de mister expérience avec les vieux comme monsieur Jeffermister et maintenant mister beau-père, qu'il faisait des efforts démesurés lorsqu'ils avaient l'opportunité de pilonner la chatoune d'une jeune salope.

Et à voir la façon dont Papy Speers la prenait maintenant, savourant le fait d'être sollicité pour lui faire un enfant, ne pouvait que la convaincre de continuer à prendre de vieux hommes comme amants à l'avenir.

Embrassant mister beau-père, bouclant ses chevilles dans mister dos elle s'arquait pour profiter de toute a longueur de la bite qui la fouaillait si délicieusement.

Cette session de baise s'avérait fantastique, déjà Bonnie succombait à un premier orgasme d'une intensité rare alors que Papy Speers déversait une louche de semence active dans le tréfonds de mister intimité fertile.

FIN DE L'HISTOIRE.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#103
Up to the first message Down to the last message
Brian est en Irak


Chapitre 01 : droguée, violée, filmée.

Pour la première fois depuis le dpart de Brian pour l'Irak, je m'accordais une petite sortie.

Son unité de la garde nationale avait étée appelée pour une période de service actif, et, avant même que nous réalisions, il était partit en Irak.

Cela faisait trois maintenant mois qu'il était parti et je crevais d'ennui.

Jusqu'à ce jour je me contentais de travailler et de rentrer ensuite à la maimister pour regarder la télé et écrire à mon mari.

Je lui écrivais une lettre chaque nuit et ne recevait pas souvent de ré-ponse.

Je savais que ses conditions de vie en Irak étaient très primitives et qu'il en voyait des vertes et des pas mûres.

Mais un simple mot me disant que tout allait bien et qu'il m'aimait m'au-rait suffi.

Cela faisait un plus d'un an que nous étions mariés et je savais qu'il m'aimait mais je m'inquiétais beaucoup pour lui et j'avais besoin d'être rassurée.

Je ne voulais pas qu'il me dise qu'il m'aimait, je le savais pertinemment, mais je voulais savoir s'il était en bonne forme, s'il avait été blessé.....

Lorsqu'une amie me parla de la petite fête qu'elle organisait chez elle ce vendredi soir, je n'avais pas envie d'y aller parce que Brian me manquait, depuis deux semaines je n'avais aucune nouvelle de lui.

J'y suis allée parce que j'étais fatiguée de rester assise seule devant la télé dans mon petit appartement et que j'étais inquiète.

Je voulais écouter de la musique, parler avec des gens heureux, danser et boire quelques verres.

Je n'avais aucune idée de la façon dont allait se terminer cette sortie.

Mon amie Tanya n'était pas une « tête en l'air », je n'avais aucune raimister de craindre qu'il s'agisse d'autre chose que d'une petite fête entre amis, c'était mister anniversaire et deux de ses amis avaient organisé cette petite fête en mister honneur, ils avaient réservé une piscine dans leur complexe d'habitations.

J'avais l'intention de boire quelques verres, de me détendre, de danser un peu, puis de rentrer chez moi retrouver le confort de mon grand lit conjugal.

Rien ne m'inquiétait, j'étais une jeune femme de 21 ans mariée et indé-pendante et j'étais capable de prendre soin de moi.

Du moins je le pensais à ce moment! .....

Le temps était ensoleillé, il faisait très chaud, je faisais quelques danses et bus quelques verres, puis j'enfilais mon bikini et piquais une tête dans la piscine pour me rafraîchir.

Quelques gars me rejoignirent, j'étais très flattée, je flirtais avec quel-ques-uns uns mais je leur signifiais clairement que cela n'irait pas plus loin, et ils ne tardèrent pas à m'abandonner, j'étais un peu déçue.

Lorsque vous sortez d'une année très satisfaisante de vie amoureuse pour vous retrouver privée de sexe pendant trois longs mois, cela n'est ni facile à endurer ni enthousiasmant.

Lorsque la nuit tomba, le temps fraîchit un peu, je refaisais quelques danses. J'étais restée en bikini, et j'étais loin d'être la seule, de nom-breuses filles dansaient en bikini.

Je passais pas mal de temps avec un des invités, il était très rusé et amusant et prenait courtoisement soin de moi. Lorsque nous ne dansions pas, nous nous asseyions sur le bord de la piscine, de l'eau jusqu'au cou, où à petite table pour siroter quelques canettes de bière.

Je lui avais signifié clairement que je partirai à 22 heures, et, bien que déçu, il n'avait pas élevé d'objections.

Il était légèrement plus vieux que moi, il devait approcher la trentaine et se montrait fort mature.

Il savait qu'il ne me sauterait pas ce soir, et nous j'aimais sa compagnie amicale.

De plus il me distrayait vraiment de ma vie ennuyeuse, et de toute façon les autres gars m'avaient laissé totalement choir.

Vers 21 heures trente il me proposa de boire une dernière bière, il quitta alors la piscine et partit me chercher une canette et nous avons pris place sur deux transats en retrait de la piscine.

Le volume musical avait baissé vers les 21 heures trente et nous pou-vions discuter plus facilement, je ne cachais pas que je m'étais bien amusée.

Je sirotais ma dernière bière et jetais œil un oeil sur ma montre, décidée à partir dès 22 heures.

Ce n'est pourtant pas ce qui s'est passé.

Je ne me souviens pas de ce qui est arrivé.

J'étais assise discourant avec mon interlocuteur, prenant du bon temps.

La dernière chose dont je me rappelle c'est que je me suis réveillée sa-medi matin dans un lit allongée au coté d'un mec.

Je ne sais pas ce qui s'est passé.

Je savais que j'étais loin d'être ivre, je devinais qu'on m'avait droguée.

Je jetais un oeil sur le type allongé le long de mon corps et je le recon-nus, c'était le mec avec qui j'avais passé la plus grande partie de la soi-rée, mais je ne parvenais pas à me rappeler mister nom.

J'étais nue, j'avais des traces de foutre sur mes nichons, mon buste et mon ventre, mes cuisses étaient recouvertes de semence séchée.

Je me pris la tête entre les mains et je réalisais que j'avais tout autant de foutre étalé sur le visage.

Je me levais lentement, j'avais une bonne gueule de bois, je cherchais des yeux la salle de bain.

Lorsque je bougeais, je réalisais que j'étais toute courbaturée, mon corps était sévèrement meurtri, mon vagin me faisait mal, mon anus me faisait mal, et j'avais la gorge en feu.

Je compris que j'avais été violée la nuit précédente et pas par un seul homme.

Je trouvais la selle d'e bain et m'y rendais, je me regardais fixement dans un miroir. Mon visage était couvert de taches de foutre sec, mon corps et mes cheveux en était recouverts.

Je sentis soudain mon estomac se soulever et je me précipitais dans les toilettes et vomis tripes et boyaux pendant quelques longues minutes.

Lorsque je cessais, l'estomac vide, je jaillis des toilettes et me lavais la figure et les mains, c'est alors que je le vis, il se tenait dans l'entrée de la salle de bain et me souriait de toutes ses dents.

Avant que ne dise quoi que ce soit, il intervint :

-"Quel gâchis! ..... Je t'ai entendu vomir, j'étais certain que tu dégueulerais après avoir avalé autant de foutre! ..... Tu vas pouvoir recommencer à me sucer maintenant que tu as l'estomac vide! ....."

Je retrouvais ma voix et bien que difficilement je hurlais :

-"Tu n'es qu'un sale violeur! ...." Tu ne t'en sortiras pas comme ça! ..... Dès que je serai sortie j'appelle les flics... je te hais! ...."

Il se contenta de me sourire et me fixa comme si je lui sortais une bonne plaisanterie.

Je terminais de me nettoyer et empoignais un drap de bain pour me sé-cher., puis je retournais dans la chambre et y cherchais mes vêtements.

-Il me suivit et, lorsque je lui demandais où e trouvaient mes vête-ments il me rétorqua :

-"Ton bikini? ... Dans le salon! ....."

Je frappais du pied la porte et me ruais dans le salon, quatre hommes assis autour d'une table me sourirent de toutes leurs dents. On aurait dut qu'ils venaient tout juste de se lever.

Je réalisais qu'ils devaient tous avoir usés de mes charmes cette nuit, je ne me rappelais de rien et me sentais très embarrassée de me retrouver nue sous leurs yeux. Je vis mon bikini gisant au sol, je m'en saisis et l'enfilais rapidement.

Mon sac à main était posé sur la table je l'empoignais, mais je ne trou-vais pas le reste de mes vêtements, ils étaient certainement encore le long de la piscine.

Je me dirigeais vers la porte, mais avant que je ne l'ouvre il me dit :

-"Ne pars pas... Nous avons quelque chose à te montrer! ....."

-"Non... je m'en fous! ... Je m'en vais! ....." hurlais-je en ouvrant la porte.

Je ne fis pas assez vite. L'un des quatre hommes qui avait visiblement dormi dans la salle de séjour se leva et me bloqua le passage.

Je voulus le griffer, j'étais assez furieuse pour m'en prendre à lui. Je hur-lais de se retirer de mon chemin, il se contenta de me sourire sans bou-ger d'un pouce.

Cela ne fit qu'augmenter ma fureur.

Je me ruais sur lui cherchant à le repousser, voyant le peu d'impact de mon action je me sentis folle de rage.

Il était fatigué de me voir agir ainsi, il me saisit par une mèche de che-veux et me souleva dans les airs.

Je jetais mon sac et posais mes mains sur sa taille cherchant à me libé-rer de sa douloureuse emprise

Il ignora mes efforts et me traîna facilement sur le canapé et me projeta vulgarement entre les deux hommes qui étaient assis dessus.

Il me dit alors :

-"Tom vient de te dire avec une extrême politesse de rester pour regarder quelque chose qu'il désire te montrer! ..... J'espère bien que tu ailles accepter de regarder ce qu'il veut te faire voir! ...... C'est d'une extrême importance pour toi! ....."

Je me redressais et frottais mon crane douloureux, il en tomba une averse de pellicules de sperme séché qui me couvrit les épaules. Je comprenais peu à peu ce qui m'était arrivé et ce qui allait s'ensuivre.

Je me forçais à prendre une profonde inspiration et leur demandais ce que je devais voir d'important.

L'un d'eux se saisit d'une télécommande et alluma la télé.

Je criais de dépit lorsqu'apparut l'image et que je me vis passer des bras d'un homme à un autre dans ce salon.

J'étais entièrement nue et je souriais, on aurait cru que je n'avais jamais autant joui de la vie et de ses plaisirs! .....

Leurs mains courraient sur tout mon corps et je semblais les encourager de tout mon cœur.

J'éructais sourdement :

-"Vous n'êtes que de sales bâtards! ....."

Et j'essayais de me relever pour fuir cette maudite chambre.

J'étais à peine debout que l'homme assit à mon coté gauche me rassit de power sur le sofa.

L'un d'eux m'informa alors :

-"Le film est loin d'être fini... Tu as encore beaucoup de scènes à visionner! ..... Tu vas aimer...... C'est très éducatif, voire même pédagogique! ....."

Je me débattais et grogna :

-"Tout ça montre que vous m'avez lâchement violée, infâmes salo-pards! ...."

Tom intervint alors :

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#104
Up to the first message Down to the last message
-"Eh non ma petite chérie, tu n'as pas regardé avec assez d'attention! .... Les images dont nous dispomisters, prouvent que tu participais volontairement à cette orgie! ...... Regarde-toi bien, tes yeux mistert grands ouverts, tu souris et participes activement à la baise, tu tiens bien sur tes jambes! .... Permisterne, après avoir regardé ce film ne pensera que tu te faisais violer! .... Regarde bien! ...."

Je n'avais pas le choix, ils ne me laisseraient pas partir tant que je n'au-rai pas visionné la cassette! .....

Je me calais dans le sofa et je regardais les hommes qui ne me pelo-taient pas se déshabiller.

Lorsqu'ils furent nus, ils me prirent en main et ce fut au tour des autres de se dévêtir. Et je repassais de nouveau de mains en mains.

J'étais très humiliée de me voir sur l'écran, d'autant plus que j'étais as-sise au milieu de cinq spectateurs attentifs les yeux rivés sur l'écran.

Ils finirent par se lasser de me peloter tout à tour, et trois d'entre eux s'assirent sur le canapé un quatrième me demanda d'une voix douce de m'agenouiller entre ses cuisses.

Il n'y avait pas le moindre signe de contrainte.

Quand bien même je savais que j'étais droguée, je n'en voyais pas plus de signe.

Ma gêne s'accrut encore lorsque je me vis prendre la bite d'un premier homme dans ma bouche et le sucer avidement.

J'avais maintenant réalisé que tous ces hommes m'avaient possédé! ....

Cela ne facilitait pas le fait de s'asseoir parmi eux pour regarder le film qui se déroulait sur l'écran télé.

Tandis que suçais ce premier gaillard, les autres s'agenouillèrent autour de moi, face à la caméra de Tom et ils se mirent à me peloter lascivement les nichons, l'un d'eux glissa sa main entre mes cuisses me branlant âprement.

J'observais mes réactions alors qu'il me labourait la fente de ses doigts, mon visage affichait une lubrique satisfaction.

Je sentis alors de grosses larmes couler sur mes joues, j'en étais fu-rieuse, je ne voulais pas que ces bâtards se rendent compte de ma pa-nique.

J'essuyais mes yeux et continuais à regarder l'écran. Mon chevaucheur de bouche ne tarda pas à éjaculer, je semblais savourer avec un énorme plaisir sa semence que j'avalais voracement. Je n'avais jamais accordé une telle cajolerie à mon mari! .....

L'homme qui me possédait se recula et un autre prit sa place, ils me re-gardaient tous me repositionner pour lui faciliter l'accès à ma bouche Tom précisa alors :

-"Au cas où tu te le demanderais Rory était le second que tu su-çais,... Tu m'avais déjà fait une pipe le temps que mes copains ar-rivent! ... Mes amis avec qui je partage tout! ...."

Horrifiée, je me vis sucer les quatre bites de ces salauds, Tom s'appro-chait de temps à autre et prenait des gros plans de mon visage souriant alors que j'avalais leur foutre tout à tour.

Lorsque j'eus sucé les le quatrième salaud, je fus disposée sur le dos et le premier que j'avais sucé s'installa entre mes cuisses et engouffra faci-lement sa bite dans ma petite chatte détrempée.

Je vis que mes grandes lèvres chatte étaient rouge vif et gonflées, comme si l'on m'avait déjà possédée.

Je braquais mes yeux sur Tom qui me précisa :

-"Ouais, je t'avais déjà baisée auparavant! ...."

Ils me baisèrent tous l'un après l'autre, une fois qu'ils avaient éjaculé dans ma foufounette, ils revenaient vers mon visage et je leur nettoyais complaisamment la bite avec la bouche.

Je sentis soudain mon estomac se soulever, la main sur la bouche je fonçais dans la salle de bains.

Il était temps je dégueulais de suite.

Mon estomac était quasiment vide et c'était surtout des nausées sèches.

J'attendais que mon estomac se calme, puis je me lavais le visage et je retournais à reculons dans la salle de séjour.

Je repris ma place entre les deux hommes sur le sofa et le DVD, qu'ils avaient mis sur pause, repartit m'imposant des images de mon gang bang.

Une fois qu'ils eurent tous éjaculé en moi, les fellations recommencèrent. Cette fois la seconde pipe de Tom était filmée et j'étais obligée de me regarder en train de le sucer habilement.

Mais cette fois ils ne jouirent pas dans ma bouche, une fois que la bite de Tom fut assez dure, il me retourna sur le prie-dieu et entreprit de me graisser le trou du cul avec de la vaseline.

Je le regardais me lubrifier et m'évaser l'anus pendant quelques minutes, puis il me tendit le tube de vaseline et je l'utilisais pour graisser sa grosse bite avec un empressement apparent.

Il me regardait dans les yeux et sourit de toutes ses dents alors que j'éta-lais la pommade grasse sur sa bite

Il me tapota doucement la tête me félicitant :

-"T'es vraiment une bonne fille! ....."

Puis la caméra entreprit des allers retours entre mon visage et mon trou du cul alors qu'il enfouissait sa grosse bite dans mon petit oeillet qui n'avait jamais été à telle fête! .......

Je le regardais faire avec incrédulité de le voir pénétrer aussi aisément alors que je lui jetais un regard passionné.

Tom dit alors :

-"Je ne pensais que cueillir ton pucelage anal serait aussi facile ma chérie, c'était bien la première fois que tu te faisais enculer, n'est ce pas? ......"

Je hochais la tête abasourdie de voir la facilité avec laquelle il s'enfouis-sait jusqu'aux burnes dans mon trou du cul asservi.

Ils avaient arrêté le mister, mais maintenant ils le rallumaient et je m'enten-dis grogner de plaisir tout en lui demandant de m'enculer avec encore plus de vigueur! ......

Tandis qu'il me cassait le cul, les autres se succédaient dans ma bou-che, visiblement je devais leur rendre leur vigueur pour qu'ils puissent se satisfaire à leur tour dans mon trou du cul.

Ils s'étaient déjà vidés les couilles à deux reprises et certains me labou-rèrent pendant très longtemps avant de prendre leur plaisir dans mon anus distendu, mais pas tous, une paire d'entre eux se vidèrent les couil-les aussi rapidement que la première fois.

Cependant cette séance d'enculade dura assez longtemps, je les sup-pliais tous, chacun à leur tour de m'enculer plus vigoureusement.

Lorsque l'un éjaculait dans mes entrailles, je prenais sa bite en bouche pour la nettoyer de toutes traces d'excrément avec un empressement apparent alors que je demandais au suivant de le remplacer dans mon trou du cul.

Après cela ils s'étaient tous assis et s'étaient décontracté, de temps en temps l'un d'entre eux m'appelait pour se faire sucer à nouveau.

Lorsque je ne les suçais pas, j'obéissais à leurs ordres salaces, posant dans des positions obscènes, ou me branlant vigoureusement, recueillant le foutre qui s'écoulait de ma chatte et de mon anus pour me l'étaler sur le visage, mes cheveux et ma poitrine à leur grande joie.

C'est la chose la plus dégoûtante que j'ai jamais fait, et tout cela avec l'air d'adorer ce que je faisais.

Je réalisais que sans aucun doute je ne pourrai pas me plaindre à la po-lice, je ne sais pas quelle drogue ils avaient utilisé pour me sidérer, mais les effets étaient tels que n'importe quel flic, n'importe quel juge, n'im-porte que jury serait persuadé que je n'étais qu'une fieffée salope qui profitait de ce que mister mari était réquisitionné en Irak pour se faire baiser à couilles rabattues et ce de façon obscène.

Je regardais fixement Tom et pleurnicha :

-"C'est d'accord... Vous avez gagné! ..... Je ne dirai rien aux flics..... Je sais trop bien ce qui arriverait si j'essayais de convain-cre qui que ce soit de la vérité! ....."

Tom sourit à pleines dents et me répondit :

-"Ne crois pas ça ma petite Kim chérie..... On n'en a pas fini avec toi! .... Bien sur on a tous savouré cette extraordinaire séance de baise d'hier soir..... T'es une formidable suceuse de bites et ta chatte est divinement étroite, et ton trou du cul encore plus savou-reux! ..... Nous n'allons pas te laisser partir comme ça! ..... Peut être dans une semaine ou deux, mais pour l'instant ton cul nous appartient! ......"

Je tentais de me relever, ils me rejetèrent sur le canapé.

Je pris ma tête entre mes mains tout en me lamentant :

-"Non, je ne peux pas, je ne veux pas! ...... Je ne peux pas refaire ces choses que vous avez obtenues de moi en me droguant la nuit dernière! ..... Je n'ai jamais fait de telles choses avec mon mari! ..... Je ne veux plus les faire! ...."

Tom éclata de rire et intervint vulgarement :

-"Oh que si tu vas les faire ma chérie, parce que sinon ton mari re-cevra une copie du DVD qu'on vient de visionner, nous verrons bien alors s'il tolérera que tu fasses toutes ces choses avec des étrangers mais pas avec lui! ...... Je suppose ton émancipation l'émerveillera! ....."

Puis il se saisit de mon agenda qui se trouvait dans mon sac à main et ajouta :

-"Je suppose qu'il y a beaucoup d'autres gens qui seraient ravis de savoir à quel point tu n'es qu'une salope! ....."

Il parcourait l'agenda s'arrêtant de temps à autre me demandant qu'elles étaient mes relations avec différentes permisternes dont j'avais noté les adresses dans mon agenda, je ne répondais pas, mais l'idée que ces gens puissent visionner le DVD relatant mes exploits était encore plus horrible que l'idée de devoir recommencer toutes ces choses avec ces salauds.

Je m'effondrais sur le canapé et couvrit ma face entre mes mains se-couée par une violente crise de larmes.

J'étais totalement incapable de réfléchir, ils me laissèrent pleurer tout mon saoul..

Lorsque mes sanglots se calmèrent, je compris que j'allais devoir faire tout ce qu'ils exigeraient de moi, aussi longtemps qu'ils le voudraient..... J'étais totalement en leur pouvoir.

Je savais pertinemment que j'avais été une participante involontaire dans les jeux sexuels qu'ils avaient filmés cette nuit.

Et bien que le sachant, on ne décèle aucun signe de révolte de ma part dans cet enregistrement, bien au contraire je semblais y participer avec enthousiasme, impatience. Ils n'avaient même pas à m'ordonner de me livrer à ces actes pervers, il leur suffisait de me guider, de suggérer cer-taines pratiques pour que je m'y efpower avec complaisance.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#105
Up to the first message Down to the last message
J'essayais de me dire au fond de moi-même que cela importait peu maintenant, ils m'avaient fait faire tout ce qu'ils voulaient dorénavant je ne ferai que répéter ces actes obscènes.

Je savais cependant que c'était faux, pour une bonne raimister, je serai consciente désormais attentive aux pratiques et actes sulfureux aux-quels ils allaient soumettre mon corps, et j'étais bien certaine qu'ils me réservaient bien d'autres offenses mordantes.

Tom se plaça devant moi et me dit :

-"Nous avons pris du bon temps cette nuit chérie, tu t'es comportée comme une sensationnelle petite pute...... Permisternellement je ré-fléchis à ce que je pourrais bien te faire faire maintenant que tu sais ce va t'arriver et que tu détesteras chaque minute de ton futur calvaire..... Cela va être bien mieux maintenant que tu resteras lu-cide! .... Pourquoi ne commencerais-tu pas par te relever et enle-ver ce foutu bikini! ......"

Il se baissa et me saisit la main pour m'aider à me relever, je réalisais qu'il était inutile de lutter, non seulement ils m'avaient tous vu nues, mais de plus ils avaient tous usés et abusés de mes charmes! .... Je n'en avais pas le moindre souvenir, aussi loin que je pouvais réfléchir tout ce qu'ils avaient l'intention de me faire subir serait nouveau dans mon esprit sinon dans mon corps.

Je jetais un oeil sur Tom, qui se tenait debout mon agenda en main, mon cerveau tournait à vide, je ne voyais pas comment me sortir de ce gâ-chis.

Je vis que l'un d'entre eux avait recommencé à me filmer, je vis alors les larges sourires qu'ils affichaient tous à l'idée de prendre leur plaisir avec moi alors que je serai consciente et qu'ils savaient tous pertinemment que je haïrais ce que j'allais endurer.

J'étais terrifiée, folle d'offense et ils s'en rendaient parfaitement compte.

Je baissais les yeux sur le tapis, tendais mon bras dans mon dos et et dégrafais mon soutien-gorge de bikini.

Il tomba aussitôt au sol offrant mes nichons fermes à leur convoitise.

Ils gloussèrent, je suppose que me voir humiliée les amusait.

Il était évident qu'ils se réjouissaient déjà de me dégrader tout autant qu'ils aimaient baiser. Je devais assumer le fait qu'ils aiment sauter des filles et qu'ils n'étaient pas prêts de me laisser tomber.

Je passais les pouces sous la ceinture élastiquée de mon maillot puis je le roulais sur mes cuisses avant de le choir au sol.

Je me trouvais maintenant entièrement nue, entièrement livrée à leurs appétits lubriques. Je luttais contre l'envie de cacher mes charmes derrière mes mains, cela serait hypocrite et inutile, ils avaient tous amplement goûtés à mes charmes, cela ne ferait que les amuser un peu plus.

Tom me félicita :

-"Ca c'est une gentille fille... Et maintenant trempe-toi le cul dans la baignoire et prends une bonne douche! ..... Tu pues! ....."

Comme je sortais du salon, me mordant les lèvres pour protester que ne "puais" pas avant qu'ils me violent, Tom se tourna vers ses copains, la caméra toujours en main et suggéra :

-"Pourquoi ne l'accompagnerais-tu pas John? .... Tu vas la filmer sous la douche! ......"

John me suivit caméra en main, j'étais cruellement consciente que la caméra enregistrait tous mes faits et gestes.

Je me glissais sous a douche et utilisai le savon de Tom et mister sham-poing pour me débarrasser des tâches de foutre séché qui parsemaient mon corps, mon visage, mon entrecuisse, mon buste et mes cheveux.

John maintenait ouvert le rideau de douche pour me regarder et me fil-mer tout à mister aise.

Je ne désirais absolument pas retourner dans le salon, pour leur servir de jouet sexuel, mais je me crispas de plus sous l'œil de la caméra qui enregistrait chaque détail de ma toilette intime.

Il alla jusqu'à me filmer assise sur les toilettes alors que je faisais pipi, m'ordonnant de bien écarter les cuisses qu'il puisse capturer les images de mon urine jaillissant de ma chatte.

Je frismisternais de révulsion à chaque nouvelle humiliante expérience qu'on m'imposait sous l'œil de la caméra.

Avant de retourner dans le salon, je me brossais les dentures avec mon doigt et de la pâte à dentifrice de Tom.

Je voulais effacer le goût de sperme que j'avais en bouche. J'imaginais déjà que je se serai pas longue à retrouver ces haïssables effluves dans ma bouche.

Lorsque je revins dans le salon, Tom m'appela à lui, et me força à me baisser.

Il me flaira longuement sacarstiquement comme s'il vérifiait si j'étais as-sez propre pour qu'il me touche.

Il sourit alors et dit :

-"C'est bien mieux! ..... Et maintenant mes amis et moi-même avons programmé ta journée pendant que tu te nettoyais..... Tu es assez fine pour savoir que les choses qui nous amusent ne sau-ront pas aussi amusantes pour toi que pour nous! ..... Et pourtant tu sais que tu n'as pas le choix, n'est ce pas? ......"

Je hochais la tête en signe d'approbation. C'était vrai, peu importe ce qu'ils allaient exiger, ils en connaissaient assez sur moi pour ruiner ma vie, détruire mon mariage et ma réputation! ......

Tom poursuivit :

-"C'est bon..... Je ne veux pas avoir à répéter mes menaces pour te faire obéir! ..... Si cela te pose problème, on pourra toujours te rendre de cette drogue que je t'ai donnée la nuit dernière... Tu as pu constater mister efficacité! .... Nous sommes un groupe de gens à l'imagination assez vive, les images pourraient être bien pires si l'on te droguait à nouveau! ......

Je savais pertinemment que sans aucun doute qu'ils prendraient un énorme plaisir à me détruire si je ne me montrais pas d'une docilité absolue! ....

Je ne savais pas si je pourrais leur obéir, j'ai toujours été une femme très conservatrice, je n'étais pas de ces filles qui s'habillaient pour provoquer et exciter les mâles, avant cette nuit, je n'avais jamais eu de rapports sexuels avec plusieurs partenaires et je n'avais surtout jamais posé pour des photos pornographiques.

En de nombreuses occasions Brian m'avait demandé de poser pour des photos sexy, il me réclamait désespérément une photo sexy pour em-mener lors de mister séjour en Irak.

Je pensais que c'était pour la montrer à ses copains aussi avais-je refu-sé.

Je l'aimais de tout mon cœur, et j'aimais être sexy, mais c'était juste pour Brian et moi. Tout au moins jusqu'au début de cette nuit.

Tout en m'avertissant de lui obéir docilement si je ne voulais pas être droguée à nouveau, il tendit le bras vers moi et me caressa comme s'il était le propriétaire de mon corps.

Je le haïssais de toucher des endroits intimes que seul mon mari aurait du pouvoir toucher, je le détestais d'autant plus que mon corps répondait à ses caresses.

Bien que je sache que ce n'était qu'une réponse primitive, sur laquelle je ne pouvais exercer aucun contrôle, je détestais sentir mon corps se libé-rer de mon cerveau.

Je hissais d'autant plus que je savais que je lui appartenais totalement le temps qu'il se fatigue de mes charmes.

Il me fit relever et me dit alors :

-"Allez ma chérie, allons dans ma chambre trouver quelque chose à te mettre sur le cul! .... Puis on va aller faire un tour..... »
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#106
Up to the first message Down to the last message
D'un coté j'étais ravie de ne pas devoir passer la journée enfermée avec ces salauds, mais par ailleurs, je craignais vivement les offenses qu'ils pourraient me faire subir en public."

Un coup d'œil sur leurs visages respirant la cruauté suffit à me convain-cre que je ne devais attendre aucune pitié de leur part.

Ils étaient plus vieux que moi et flirtaient tous avec les 30/35 ans.

C'est tout ce que je savais d'eux. Je ne connaissais le nom que de trois de ces salauds, Tom, Rory et John.

Avant cette funeste nuit je n'avais appartenu qu'à deux hommes, mon mari bien sur et un petit ami qui avait cueilli maladroitement mon puce-lage alors que j'avais 18 ans. Et voilà qu'en une seule nuit, le nombre de mes amants grimpait à 7, et encore dont deux dont je ne connaissais même pas les noms.

Je suivis Tom dans sa chambre, il me dit alors :

-"T'as juste besoin de quelque chose qui te permette de gagner l'endroit où l'on va, une là on te trouvera une tenue plus appro-priée... "

Il sortit d'une commode une chemise qu'il me tendit.

Je l'enfilais et commençais à la boutonner.

Il me stoppa avant que je n'aie boutonné beaucoup de boutons.

Je regardais jusqu'ou descendais les pans de la chemise, devant eux couvraient à peine ma chatte, je doutais qu'ils couvrent la totalité de mes fesses.

Il m'avait fait arrêter le boutonnage sous la poitrine.

La chemise était ample et le décolleté pendait bas dévoilant mes nichons à tous les gens qui me regarderaient de coté.

Je me tenais debout, attendant qu'il me tende une autre pièce de vête-ments, mais il sourit et rigola :

-"C'est parfait, allons-y... "

J'avalais ma salive sous le choc, j'avais résolu de ne pas tenter de me dérober à ses ordres, je savais que de toute manière c'est lui qui gagne-rait. Cependant il m'était impossible de sortir aussi peu vêtue! ....

Je l'interpellais :

-"Tom, attendez... "

Il arrêta et se retourna, un large sourire illumina alors mister visage.

Je suis immédiatement qu'il ne me donnerait rien d'autre à porter. Il avait décidé de m'humilier, j'hésitais une seconde et je feintais :

-"Mes pieds... Pourrais-je au moins enfiler mes sandales? ...."

Il me regarda ironiquement et rétorqua :

-"Je suppose qu'elles mistert dans le salon, allons y salope! ...."

Je pensais fugitivement :

-"Je ne suis pas une pute, mais toi tu n'es qu'un sale bâtard mon salaud! ...." Je me mordis la langue pour ne pas exprimer à voix haute ce que je pensais tout bas.

Je ne voulais pas qu'il se sente obligé de me prouver que j'avais un sta-tut de soumise désormais.

Je m'arrêtais dans la chambre et me regardais dans un miroir en pied, je n'en crus pas mes yeux, il fallait que je sorte dévêtue de cette façon! .....

Je me tournais et je vis que j'allais offrir une bonne moitié de ma croupe à la vue des passants.

Je rattrapais Tom avant de lui donner l'opportunité d'exercer mister autorité, lorsque j'entrais dans la salle de séjour, ces salauds explosèrent de rire et sifflèrent en me voyant dans une tenue aussi dégradante.

Je jetais un coup d'œil panoramique et retrouvais mes sandales sous la table basse, je les enfilais, ils se levèrent tous d'un même mouvement et nous partîmes.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#107
Up to the first message Down to the last message
Brian est appelé en Irak Ch 2


Chapitre 2 : séance de poses et de baise, sous l'empire d'aphrodisiaques.

Il était presque 11 heures en cette matinée ensoleillée, beaucoup de gens traînaient dehors.

Des gens lavaient leurs voitures d'autres se dirigeaient vers la piscine d'autres encore se promenaient là où ils n'allaient jamais habituellement le samedi.

Chaque permisterne que l'on croisait arrêtait ce qu'elle faisait et braquait leurs yeux sur moi.

Les mâles reluquaient mes nichons clairement visibles et mon cul qui s'affichait à chacun de mes pas.

Les femmes arboraient des mines dégoûtées et choquées.

Ce quartier était surtout occupé par des jeunes célibataires et des couples informels qui vivaient ensembles où étaient récemment mariés.

J'avais déjà remarqué qu'ils observaient les promeneurs qui passaient dans leur azimut.

J'avais remarqué, la veille à la piscine, de nombreuses jeunes femmes arborant des bikinis minimums.

Aussi était-il évident à la vie de leur réaction que je leur offrais une vue enivrante de mes charmes largement dénudés.

Mais je ne pouvais que rougir et avancer en gardant la tête basse.

Nous nous dirigions vers la voiture de Tom et on offrit un spectacle folklorique en prenant place aux 4 places passagères. Je notais le nom de mes deux tourmenteurs inconnus lorsque Tom intervint :

- "Harry, tu es le plus petit, prend la place du milieu entre John et Steve, la salope s'assiéra sur vos genoux! ..."

Rory le plus costaud des cinq s'assit sur le siège passager à coté du conducteur et se retourna pour s'amuser des chamailleries des 3 autres qui se serrèrent sur la banquette arrière avant de m'attirer sur leurs genoux.

On était serré comme des sardines ce qui les fit hennir de joie.

Avant qu'ils ne referment les portes, Harry ouvrit ma chemise en grand et la repoussa sur mes épaules, offrant mes nibards à l'œil de la caméra et aux nombreux passants qui se trouvaient sur le parking.

Ils trouvèrent tous cela incroyablement amusant, j'étais horrifiée de n'être que leur marionnette.

Je n'avais aucune idée de l'endroit où nous nous rendions, je savais seulement qu'où que ce soit, je haïrais cet endroit, je détestais tout ce qui m'arrivait.

Je me lovais entre les bras d'Harry pour arrêter de heurter du crane le toit de la voiture, il se mit immédiatement à me malaxer les miches alors que John et Steve me caressaient les cuisses.

Ils m'écartèrent fortement les cuisses de façon à permettre à Rory de prendre des photos de plus en plus obscènes de mes appâts dénudés.

Tom nous emmena dans un quartier où se concentraient les affaires d'adultes et se gara dans un parking face à un bâtiment appelé "Le Caméra Club".

Il sortit de la voiture et dit :

- "Ca ne devrait pas être long! ....."

Dès qu'il était sorti de la voiture, je m'étais tournée sur la banquette, j'avais le dos contre la portière et mes jambes s'étalaient sur les hommes serrés sur la banquette.

Ils écartèrent mes jambes et houèrent avec mes appâts, riant cruellement de mes réactions.

L'un d'eux saisit un de mes mamelons dans sa bouche et après l'avoir fait darder, il le mordit cruellement, je hurlais et sautais de coté pour me libérer de ses dents imprimées dans ma chaire. Ils trouvèrent tous cela hilarant.

Lorsqu'ils en eurent marre de s'amuser avec mes tétons, Harry saisit rudement ma touffe de poils pubiens.

Il enroula ses doigts dans ma toimister et tira fortement et lentement. , je cramponnais ses poignets cherchant vainement à freiner ses gestes, je hurlais de douleur le suppliant d'arrêter.

Ils riaient et riaient alors qu'ils tiraient de plus belle sur mes poils par longues saccades.

Il relâcha finalement mon buismister et montra à ses potes les mèches de poils qu'ils avaient arrachées à mon mont de Vénus.

Tandis que je le suppliais d'arrêter, Rory filmait toute la scène relatant mon extrême offense.

Enfin Tom revint et ses potes cessèrent de me tourmenter.

Je pleurais à chaudes larmes lorsque Tom se pencha dans l'habitacle et hurla :

- "Tout le monde dehors! ..."

J'essuyais mes yeux sur mes manches et pleurnichais :

- "Pourquoi me faites-vous subir cela? ....."

Lorsque je me tins debout à coté de la voiture, Tom se tourna vers moi me releva la tête et me répondit :

- "On te fait tout ça parce que ça nous amuse! .... T'es une sacrée allumeuse ma chérie! ...... Tu m'as laissé en plan la nuit dernière, alors que je voulais t'enculer, tu es repartie chez toi! .... Putain de salope..... Tu ne m'allumeras pas une seconde fois! ..... La prochaine fois qu'un des gars voudra t'enculer, tu lui tendras tes fesses... T'as compris ma belle salope frigide! ...."

- "Je ne suis pas une allumeuse! ..." m'exclamais-je vexée.

- "Je ne vous ai pas provoqué... J'ai juste dansé avec vous... Pensez-vous que toutes les filles qui dansent avec vous doivent coucher avec vous? ...."

Tom ricana et rétorqua :

- "Par l'enfer t'as fait bien plus que danser avec moi ma petite salope! ... T'as commença par passer une paire d'heures à me raconter à quel point tu te sentais seule et combien ton mari te manquait tout en balançant tes nichons et ton cul sous mes yeux ce qui me fit penser que t'avais surtout envie de te faire baiser! ...... Que t'étais surtout en manque de sexe! ..."

Puis tu m'as dit :

- "Je dois rentrer maintenant! ..." alors que je venais de passer toute la nuit à t'écouter délirer.

Je secouais la tête totalement incrédule, je ne m'étais pas comportée ainsi, je ne lui avais pas laissé espérer...

En fait, J'avais essayé de lui fausser compagnie à plusieurs reprises, mais il n'avait pas daigné relever mes insinuations.

- "Ce n'est pas du tout ce que je voulais! ..." soufflais-je sourdement.

Son visage affichait maintenant de la haine, il hurla :

- "Conneries, t'as passé des heures à m'allumer et, quand t'as eu bien pris ton pied, t'as voulu rentrer chez toi! .... Il est temps que tu reçoives une bonne leçon ma chérie! .... Et c'est nous qui allons t'enseigner que lorsque tu chauffes un mec tu dois obligatoirement éteindre le brasier ensuite! ..... Crois-tu que ta chatte vaut de l'or où quelque chose d'aussi précieux pour que tu ne veuilles pas en faire profiter les malheureux que t'allumes! .... C'est juste une foufoune ma salope, et une foufoune faite pour être baisée! ...."

Je le regardais choquée, je commençais à me dire qu'en plus du fait qu'il m'avait droguée et violée, ce mec était dérangé! ....

Il semblait croire que si une femme lui adressait la parole et refusait ensuite de coucher avec lui, il était en droit de lui faire endurer ce qu'il voulait et qu'elle n'avait qu'à la fermer passivement.

Il empoigna mon bras et m'entraîna vers le bâtiment devant lequel on était arrêté.

Tout en marchant il reprit :

- "Et rappelle-toi bien ma petite chérie, tu n'es qu'une petite chatte à bourrer! ...."

Il m'entraîna dans "Le Caméra Club" je jetais un coup d'œil circulaire et vis un paquet de photos de femmes nues ou demi-nues placardées sur les murs.

Il y avait une douzaine d'hommes à l'intérieur dans la salle.

Dès qu'ils virent ma tenue, ils se montrèrent intéressés. Tom leur sourit et me poussa vers un bureau dans le fond de la salle. Il me poussa à l'intérieur et ferma la porte dans notre dos je braquais les yeux sur un colossal quinquagénaire noir qui me regardait au travers d'un large bureau fort encombré.

Il me reluqua de la tête au pied et commenta :

- "Pas mal, et maintenant vire-moi cette chemise! ...."

Je jetais un oeil anxieux sur Tom, mais il se contenta de hocher de la tête.

Aussi je déboutonnais lentement la chemise qu'il m'avait donnée et je la laissais grande ouverte sur mes charmes.

Je n'étais plus grandement couverte, mais il insista :

- "Je t'ai dit d'enlever cette chemise, salope! ...."

Il regarda Tom d'un air interrogateur et celui-ci précisa :

- "Elle encore très timide, c'est une toute nouvelle esclave! ... Ne t'inquiète pas elle ne nous causera aucun ennui! ...."

Sur ces mots il se tourna vers moi et m'interrogea :

- "N'est-ce pas stupide petite pute! ..."

Je baissais la tête et enlevais ma chemise la tenant entre mes mains tremblantes. Tom la prit, la balança par terre et m'ordonna de me tourner lentement.

J'obéis servilement, le colosse noir faisait des commentaires sur mes charmes :

- "Elle est plutôt mignonne, les nibards mistert petits mais bien ferme, bien ronds, mister cul est bien rebondi mais pas trop, parfait, sa petite chatte est très jolie, bien entretenue, ouais je suppose qu'elle fera l'affaire! ...."

Lorsque j'eus fini de tourner sur moi-même, il se leva et m'entraîna dans le hall puis dans une petite salle remplie d'étagères de vêtements.

Il cherchait une tenue particulière et prit une poignée de vêtements qu'il m'enjoignit d'enfiler.

Ils me regardaient enfiler les froufroutants sous-vêtements de dentelles puis une paire de bas montant haut sur les cuisses, je revêtais alors un kilt et un chemisier blanc et une paire de sandalettes vernies, ils me regardaient avec approbation, visiblement ma tenue leur convenait pleinement.

Je me regardais dans le miroir et je compris qu'ils m'avaient fait endosser la tenue d'une écolière de pension catholique.

Le colosse noir me demanda :

- "Sais-tu ce qui va se passer maintenant? ....."

Il ajouta en se tournant vers moi :

- " T'as compris stupide connasse? ...."

Je baisais la tête et la secouais affirmativement, puis je passais ma chemise au-dessus de mes épaules et la leur tendais.

Tom s'en saisit et m'ordonna de pivoter sur moi-même lentement.

J'obéis servilement le colosse détailla alors mes charmes d'un œil critique :

- "Elle est plutôt jolie! .....Ses nichons mistert trop petits et elle n'a pas beaucoup de cul! ...... Mais elle un ravissant petit chaton! .... Oui je crois qu'elle fera l'affaire! ...."
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#108
Up to the first message Down to the last message
Lorsque j'eus fini mon tour sur moi-même il se leva et m'entraîna à sa suite dans le hall petite pièce une pleine d'étagères de vêtements.

Il jeta un coup d'œil attentif et saisit une poignée de vêtements qu'il m'intima d'enfiler.

Ils me regardaient faire en discutant alors que j'enfilais la petite culotte en dentelle puis une paire de bas montant haut sur les cuisses.

J'enfilais alors un kilt, un chemisier blanc, une paire de chaussures vernies, ils me regardaient visiblement contents du résultat.

Je me regardais dans le miroir, Il m'avait fait mettre une tenue d'écolière d'une pension catholique.

L'homme me demanda :

- "Sais-tu ce qui va se passer maintenant? ...."

Je secouais la tête, je ne savais pas, j'aurai préféré ne jamais le savoir! ....

Je savais que quoi que ce soit, je haïrai ce que je devrai faire! .....

Il m'ordonna alors :

- "Tu vas retourner dans la salle et te promener parmi les clients pendant quelques minutes..... T'as tout intérêt à te montrer gentille avec eux! .... Ne joue pas les salopes! ..... Je prépare quelques autres effets et quelques gadgets de cinéma que tu détesteras encore plus que ta tenue actuelle! ..... Aussi ferais-tu mieux d'afficher un grand sourire sur ta face de cul! ..... Promènes toi parmi les consommateurs, souris leur, sois gentille avec eux, et si l'un d'eux se plaint de toi, ça bardera pour ton matricule! ....."

- "Quand tu les auras bien chauffés, je t'emmènerai au fond du hall dans une pièce plus intime où tu poseras pour des amateurs de photos érotiques....... Tu prendras toutes les poses qu'ils te demanderont de prendre... Au bout de cinq minutes une cloche misternera misternerie, tu enlèveras alors ton chemisier...... 10 minutes plus tard nouvelle cloche, tu ôteras ta jupe...... Puis ton soutien-gorge..... Puis ta petite culotte..... Et tu poseras alors juste vêtue de tes bas pendant 20 minutes... Toutes les poses qu'ils réclameront! ...... Je ne veux pas recevoir de plaintes! ..... As-tu des questions? ....."

J'étais si profondément choquée que je frismisternais, puis, d'une voix tremblotante, je posais la seule question qui me vint à l'esprit :

- "Que dois-je faire s'ils veulent me toucher? ....."

Il sourit et rétorqua hilare :

- "Ils peuvent te toucher s'ils le veulent, la seule chose qui leur est interdite c'est d'avoir des rapports sexuels avec toi, ils devront payer un extra pour te baiser! ....."

Je frémis de peur et de dégoût et le visage entre les mains je me remis à pleurer.

Tom me saisit vulgarement par les cheveux et m'intima :

- "Y'en a marre maintenant... Il est temps que tu arbores un grand sourire et que tu ailles les allumer comme tu m'as allumé la nuit dernière! ....".

Il m'essuya les yeux dans le revers de sa chemise et nous quittâmes ce vestiaire.

- "Attendez! .... " m'écriais-je soudain.

- "J'ai une autre question...... Que feront-ils de leurs photos? .... Oh mon Dieu..... Et si quelqu'un que je connais les voit! ..... Elles pourraient tout aussi bien se retrouver sur Internet! ...."

Le colosse noir sourit et me répondit :

- "Ca peut effectivement arriver, et maintenant souris bordel de Dieu! ....."

J'essayais, je savais que cela tenait plus de la grimace que du sourire, en fait ils n'étaient pas satisfaits, le gros noir faisait grise mine il m'apostropha :

- "Tu peux faire mieux petite pute stupide! ....."

Ils m'entraînèrent dans la salle du devant et me poussèrent vers la douzaine d'hommes qui se promenaient en regardent les photos de femmes nues accrochées au mur.

Il attira alors leur attention et annonça :

- "Messieurs, notre nouveau modèle, la petite Kim.... C'est sa première expérience... Elle est trop intimidée pour pouvoir dire un mot..... Reluquais la bien, et si celà vous intéresse, elle posera pour vous dans quelques minutes.... Vous pouvez lui poser vos questions! ...."

Les hommes grouillaient autour de moi.

Au début ils ne me touchaient pas, ils me regardaient comme une sucrerie qu'ils aimeraient savourer, ils avaient tous la soixantaine et ils me reluquaient comme de jeunes ados de 18 ans.

La plupart semblaient plutôt bienveillants, il m'apparut soudain que c'était certainement leur seule chance de voir une jeune femme entièrement nue.

L'un d'eux, le plus vieux je pense me demanda :

- "Quel âge avez-vous, ma chérie? ...."

- "21 ans... " répondis-je d'une voix tremblante.

- "Vous semblez apeurée..." constata l'un autre.

- "Avez-vous peur de nous? ...."

Je frismisternais et avouais :

- "C'est la première fois que..... Je suis horriblement nerveuse! ...."

Un autre remarqua mon alliance et s'enquit :

- "Votre mari sait-il ce que vous faites? ...."

Je rougis encore plus et secouais la tête;

- "Etes vous une prostituée? ..." ajouta-t-il d'une voix douce.

Je m'exclamais que non.

Il n'était pas satisfait de ma réponse et insista :

- "Alors que faites-vous ici? .... Est-ce parce que vous aimez vous montrer nue en public? ...."

Je ne savais pas quoi lui répondre, je jetais un oeil éperdu sur Tom qui se tenait prêt de moi et savourait jovialement ma gêne.

Tom prit alors la parole et précisa :

- "J'ai amené ici cette allumeuse pour lui donner une bonne leçon! ...... Je déteste les allumeuses! ...... Elle avait besoin d'une bonne leçon! ....."

Tous mes admirateurs semblaient penser que c'était là une excellente raimister.

Comme je me tenais entourée par ces amateurs de chair fraîche, d'autres arrivèrent et, après m'avoir reluquée sous tous les angles, ils discutaient avec le colosse noir et lui donnaient une somme d'argent.

Lorsqu'il fut satisfait du nombre de clients il intervint :

- "Allez messieurs, le show va débuter, vous connaissez tous les règles! ...."

Ils hochèrent la tête en marmottant entre leurs dents, aussi le colosse s'avança, me prit le bras et invita les amateurs à nous suivre :

- "Messieurs, si vous voulez nous suivre! ...."

On redescendit tout le grand hall pour gagner une pièce figurant une petite salle de classe d'un coté, une chambre à coucher de l'autre.

Entre les deux était dressée une petite scène, habillée d'une couverture de fausse fourrure, à une quarantaine de centimètres du sol.

Il m'emmena dans l'aire scolaire puis il se recula et invita mes clients :

- "C'est bon messieurs, ce sera à vous dès que la cloche tintera! ....."

Et il se retira du chemin. Je jetais nerveusement un coup d'œil circulaire, je remarquais alors que les cloimisters ne montaient pas jusqu'au plafond, je notais aussi que Rory regardait par-dessus la cloimister et filmait la scène avec sa foutue caméra digitale.

Les autres, Harry, Tom, John et Steve se tenaient au fond de la pièce, il était évident qu'ils étaient ravis, il était tout aussi évident que ce spectacle les excitait.

La cloche misterna alors et je vis la quinzaine d'hommes me lorgner en me suggérant des poses.

L'un d'eux m'intima de m'asseoir derrière le petit bureau d'écolière et ils formèrent un demi-cercle autour de moi, ils m'ordonnèrent rapidement d'écarter les cuisses de plus en plus grandes.

Lorsqu'ils eurent tous pris leur comptant de photos de ma petite culotte, je dus me relever et me pencher en avant, mains touchant le sol.

La courte jupe que je portais était remontée en haut de mes reins et je suppose, que du fait de ma position, plus de la moitié de mon cul était offert à leurs regards.

Je dus garder cette position humiliante quelques minutes, puis je me postais derrière le bureau de la maîtresse d'école.

Ils ne me dirent quelles poses adopter cette fois, deux d'entre eux s'assirent sur le bureau me saisirent les jambes et les positionnèrent avec les talons sur le rebord du bureau exhibant à nouveau ma petite culotte.

Il me sembla pourtant que les rectifications de ma position entraînèrent beaucoup de frôlements et de caresses sur mes cuisses, ils remontèrent ma jupe jusqu'à la taille, me disposant à leur entière convenance.

Je baissais les yeux, et atterrée, je constatais qu'une large tache plus sombre auréolait le fond de ma petite culotte, ma chatte était trempée! ....

Pourtant j'étais certaine que non. Je ne pouvais pas me sentir excitée par ce qu'on m'obligeait de faire! ....

Cette idée me terrifiait! .....

Lorsque tous les clients eurent pris leurs photos, je remarquais d'ailleurs que ravis, ils prenaient tous de nombreuses photos, ils me remirent debout et me positionnèrent à quatre pattes sur le bureau, tête penchée vers le bas.

Ils se rassemblèrent autour de moi et prirent de nouvelles photos toutes aussi humiliantes que les premières.

Puis la cloche misterna.

Ils se mirent à deux pour m'aider à me relever et ils me regardèrent tous avec avidité déboutonner et enlever mon chemisier.

Je me rendis tout de suite compte que mes mamelons dardaient, on les distinguait clairement au travers de la dentelle de mon soutien-gorge.

Ils émirent un tas de commentaires tous aussi salaces, concernant l'excitation que traduisait mes tétons raidis et érigés.

Je repris les poses qu'ils me réclamaient. Je mettais les mains sur ma nuque, tirais mes épaules en arrière, et tendais la poitrine pour une série de photos obscènes.

Puis je bouclais mes mains dans mon dos et cabrais mes miches.

L'un d'eux se plaça sur le coté du bureau se saisit de mes chevilles pour lever ma jambe sur l'arête du bureau. Ma jupe remonta sur mes cuisses, ils prirent de nouvelles photos.

Ils prirent encore de nombreuses photos chacun en profitant pour me frôler en me faisant adopter des poses lascives avant que la cloche ne tinte à nouveau, cette fois je me dépouillais de ma jupe.

Cette fois le plus vieux, celui qui avait une bonne soixantaine d'années et qui semblait s'être chargé de la direction des opérations, décida de m'installer sur la petite estrade, mains sur les fesses.

Je dus m'allonger sur la fourrure sur le rebord de l'estrade, et ils me firent prendre différentes poses toutes aussi lubriques.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#109
Up to the first message Down to the last message
Les choses ne tardèrent pas à s'emballer au mister de la cloche, j'enlevais mon soutien-gorge..

Ils étaient beaucoup à me toucher alors qu'ils m'entouraient, ils en profitèrent tous pour peloter mes nibards et étirer mes mamelons.

Beaucoup de photos devaient les représenter m'empaumant les nichons ou titillant mes tétons.

Lorsque la cloche rémisterna de nouveau, ils me remirent sur mes pieds et deux hommes se chargèrent de m'ôter ma petite culotte.

Ils se postèrent de chaque coté de moi, le reste de la bande prit cliché sur cliché alors qu'ils roulaient ma petite culotte sur mes cuisses.

Les photos devenaient de plus en plus pornographiques maintenant, ils me positionnèrent allongée sur le dos, je dus écarter mes cuisses en grand et d'ouvrire ma foufoune pour le plaisir de leurs yeux.

Ils prirent beaucoup de photos avec des doigts fourrés dans mon intimité.

Puis je dus me mettre à quatre pattes et cambrer les fesses tandis que je les écartais à deux mains alors qu'ils s'installaient avec leurs appareils photos et leurs caméras dans mon dos.

Je dus rester de longs moments dans cette position infamante alors que de rudes mains exploraient mes charmes offerts à leur convoitise.

C'était horrible, de ma vie je ne m'étais jamais sentie aussi dégradée! .....

Et le pire advint lorsqu'ils commencèrent à plaisanter à plaisanter des suintements de cyprine qui s'écoulaient de ma chatte, traduisant mon émoi.

Les 20 dernières minutes me semblèrent durer des heures.

En fin de séance, des hommes, à la demande de la foule des amateurs, posèrent avec moi, simulant des rapports sexuels alors que les spectateurs riaient de mes émois en me traitant des noms les plus vulgaires.

Mon corps entier était exposé, photographié et manipulé par des étrangers, le tout étant d'ailleurs filmé en détail.

La dernière cloche misterna enfin, et les amateurs de mes charmes remisèrent appareils photos et caméras, le colosse noir revint alors que Tom et Steve me relevaient.

Le gigantesque noir discutait avec la foule des amateurs qui venaient de passer une heure pleine à photographier mes charmes, il m'attrapa alors et me jeta rudement sur le lit dans le coin le plus éloigné de la salle.

Avant que je réalise quoi que ce soit, deux des hommes grimpèrent sur le lit et se débarrassèrent de leurs caleçons, les flashs crépitaient.

L'un d'entre eux s'installa derrière moi malgré mes cris il bourra sa grosse bite dans ma petite chatte en me tenant aux hanches et il commença à me labourer avec violence.

L'autre se posta face à moi et enfourna sa grosse mentule dans ma bouche.

Les spectateurs étaient ravis, ils tournaient autour de nous prenant des centaines de clichés de mon asservissement, sous tous les angles

Au début je me débattais, mais cela ne troubla pas mes deux violeurs.

Celui qui ma baisait en bouche éjacula le premier, il se retira une fois qu'il m'eut empli la bouche de sa chaude semence et me tint la tête en l'air en me tirant les cheveux en arrière afin que chacun puisse photographier ma bouche pleine de sperme.

Puis il baissa mister regard sur moi et commanda cruellement :

- "Avale tout salope, allez ma petite pute savoure mon foutre, tu vas te régaler! ...."

Je pleurais à chaudes larmes, permisterne dans l'assistance ne se souciait de mes pleurs.

Pas un de ces salauds ne me montra une once de sympathie.

Ils savaient tous que j'étais ici contre ma volonté, Tom les en avait informé au tout début de la séance, je suppose que le fait que je puisse leur refuser quoi que ce soit ne les avait même pas effleurés! .....

Lorsque celui qui me baisait se vida les couilles dans ma foufoune, ils me laissèrent tranquilles et descendirent du lit.

Je cachais mon visage dans mes mains et je pleurais, je pensais que mon épreuve était terminée.

Je suis une vraie blonde en fait! .....

Le lit bougea à nouveau et deux nouveaux amateurs me rejoignirent au centre du lit.

Les caméras tournaient toujours, ils reprirent là où les autres m'avaient abandonné.

Puis ce fut au tour de deux autres, et deux autres.....

Je ne crois qu'ils me possédèrent tous, certains ne faisaient que prendre des photos, mais la plupart me sautèrent dans ce lit pouilleux.

Lorsque les consommateurs en eurent finis avec moi, Rory me rejoignit et prit quelques images de mon corps couvert de foutre.

Une fois la foule sortie de la pièce, le colosse noir revint, descendit mister pantalon et mister caleçon, je m'agenouillais et enfournais servilement mister épaisse bite à pleine bouche.

Il me baisa en bouche violemment pendant plusieurs minutes alors que Rory prenait de nouveaux clichés de ma dégradation, puis il me fit lever et me pencha sur le lit, et enfouit sa grosse bite dans ma chatte détrempée, douloureuse.

Il avait, et de loin la plus grosse boite que j'avais du endurer cet après-midi, il me faisait vraiment mal.

Je criais tandis qu'il se servait de sa bite comme d'une arme qui me pourfendait au plus profond de mon corps, et lorsqu'enfin il cracha mister venin, il me fit remettre à genoux et je dus nettoyer méticuleusement sa grosse bite avec ma langue.

Il en finit rapidement et me laissa me relever, puis il me saisit par le bras et me traîna dans la salle de bain et me poussa dans une cabine de douche.

Je ne sais pas pourquoi il se montrait aussi violent, on aurait dit qu'il me punissait d'être leur victime.

Il tendit la main et ouvrit en grand le robinet, un jet d'eau froide jaillit du pommeau, je hurlais et cherchais à fuir à quatre pattes, il se contenta de sourire et me retint sous la douche, j'étais couverte du sperme qu'une douzaine d'hommes avait éjaculé sur mon corps.

Finalement l'eau se réchauffa et je cessais de me débattre.

Je restais sous le jet jambes grandes écartées, des torrents de foutre s'écoulaient de mon corps et de ma foufoune se perdant dans le siphon.

Le colosse noir me regardait amusé, il dit soudain :

- "Je pourrais me faire pas mal de fric en vendant ton petit cul! .... Je vais en parler avec ton petit ami afin qu'il te ramène ici assez souvent! ...."

Je grognais de désespoir à l'idée de devoir recommencer de telles séances de pose, il vit mon anxiété se peindre sur mon visage et me confirma :

- "J'en serai d'autant plus heureux que tu as l'air de détester celà... Certaines idées me viennent à l'esprit.....

Je pourrais mettre en place des séances spéciales avec toi! ..... Mes clients avaient l'air ravi de ta prestation! ...."

Finalement lorsque je fus lavée de toute trace, il ferma le robinet et me tira à l'extérieur, trempée de la tête aux pieds.

Tom et ses amis m'attendaient dans la pièce de devant, entourés par une bonne masse de consommateurs enthousiastes.

Tom me tendit la chemise que je portais en arrivant, je l'enfilais avec reconnaissance.

Elle fut immédiatement trempée, mes nibards et ma chatoune étaient tout aussi visibles que si j'étais nue.

Les potes de Tom en avaient marre, le colosse noir tendit une liasse de billets à Tom et le remercia :

- "Une bonne prestation pour une première séance..... Ramène là rapidement...... On pourra se faire pas mal de fric avec mister cul! ...."

Ils me tirèrent à l'extérieur et on se tint quelques minutes devant la voiture.

Ils décidèrent enfin de quitter les lieux, et d'aller vider une bière dans un bar tout proche.

On marcha jusqu'au bar en question, fendant la foule des promeneurs. Un géant noir me regarda attentivement vêtue de ma chemise trempée et me sourit en hochant la tête.

Nous sommes entrés et nous nous sommes assis, je n'avais pas réalisé que nous étions dans une boite à strip-tease.

Cependant les photos qui ornaient le hall d'entrée auraient du m'alerter, de même que la tenue des serveuses qui ne portaient que des petites culotte noires.

Je ne le compris qu'alors que retentissait une musique lascive une jeune femme débarqua sur la scène et se mit à danser uniquement vêtue d'un bikini microscopique et de jarretières

De toute manière elle ne le garda pas très longtemps. Une paire de minutes plus tard elle dansait entièrement nue, les regards concupiscents que lui jetaient les consommateurs me rendaient malade et cette façon qu'ils avaient de s'approcher de la scène pour glisser des billets de banque dans ses jarretières, frôlant à chaque fois ses appâts, s'attardant quelques instants sur sa chatte.

Elle arborait un sourire figé, j'avais l'impression qu'elle était à peine consciente de ses actes.

Je ne veux pas dire par-là qu'elle semblait droguée, bien qu'elle puisse l'être, je pensais simplement qu'elle dansait machinalement en pensant aux traites pour payer sa voiture et à d'autres choses du même tonneau.

Elle ne semblait pas aimer mister boulot, les spectateurs semblaient s'en foutre totalement, ils voulaient seulement la voir évoluer nue, qu'elle en soit contente ou non leur importait peu.

Mes accompagnateurs sirotèrent leurs canettes de bière, j'avalais la mienne cherchant désespérément à estomper le goût du sperme qui imprégnait mes lèvres, ma bouche et ma gorge.

Nombreuses étaient les bites qui s'étaient engouffrées dans mon arrière-gorge, ma gorge était si douloureuse que j'avais du mal à m'exprimer clairement.

Ce n'était pas u grand problème en fait, je n'avais rien à dire à mes voisins, ça n'aurait fait que les amuser, de ce fait je n'avais aucune raimister de leur adresser la parole.

Lorsque j'eus fini ma bière, Tom se leva et alla m'en chercher une autre.

Je la sirotais plus lentement, ils avaient leurs yeux braqués sur moi, ils parlaient entre eux à voix basse.

La musique était trop forte pour tenir une discussion élaborée.

Je finis ma bière et restais assise attendant de voir comment ils avaient décidé de m'humilier cette fois-ci.

Ils vidèrent aussi leurs verres et Tom commanda une nouvelle tournée, il paya avec l'argent obtenu en vendant mes charmes aux clients de la salle de pose.

A la fin de la séance de strip-tease, la musique baissa et les conversations purent reprendre autour de la table.

Tom me demanda si j'avais aimé poser pour ces vicelards, je lui retournais un regard haineux.

Il rit aux éclats et poursuivit :

- "J'ai drogué ton second verre de bière, la dose n'est pas aussi forte que la nuit dernière, ainsi tu n'oublieras rien cette fois! .... Ca va juste te désinhiber, cependant cette drogue a un effet cumulatif, c'est pourquoi je dois me montrer prudent quant aux doses que tu absorbes... Je ne voudrai pas que le désir te tenaille à chaque instant, faisant de toi la pire des traînées en manque de sexe, au contraire, je veux que tu détestes chaque instant que tu vas vivre...... Si tu te mettais à aimer ce qu'on te fait faire, cela perdrait beaucoup de mister intérêt... J'ai programmé une nouvelle expérience et je veux que tu paraisses éveillée, consentante et participante sur le film que l'on va tourner, juste au cas où on déciderait d'en voyer la cassette à ton mari la-bas en Irak... Cela le distrairait sûrement, un bon fil porno à se mettre sous la dent! ....."
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#110
Up to the first message Down to the last message
Je sentais que déjà la drogue agissait, elle se répandait dans tout mon corps, mes tétons durcissaient, ma chatte s'humidifiait, je sentais les envies de lucre monter en moi.

Je lui demandais :

- "De quoi s'agit-il? ..... Quelle sorte de drogue m'as-tu fait prendre? ....."

Il me sourit et rétorqua :

- "Rien que tu puisses trouver en pharmacie, c'est un cocktail de différents produits, d"herbes et d'hormones mâles qui se combinent pour donner un très puissant aphrodisiaque doublé d'un désinhibant de poids..... Si je double la dose tu te retrouveras dans le même état que la nuit dernière... Tu te comporteras comme une nymphomane prête à tout pour se faire baiser dans toutes les positions et les combinaimisters possibles, en solo, par deux, par trois, et même plus! ...... Mais tu aurais tout oublié le lendemain! ...... Avec une dose simple, tu vas juste devenir assez chaude pour ne pouvoir dire non à permisterne, même si tu le voulais, mais comme tu ne le voudras pas! ...... Si je te faisais prendre cette drogue sur une longue période de temps, cela finirait par avoir un effet permanent... Je ne le désira pas pour l'instant! ..... Je veux que tu haïsses chaque instant que tu vas vivre! ..... Et maintenant vide ton verre..... Il est temps de quitter le bar! .... Tu sens l'effet de la drogue monter en toi, n'est ce pas? ...."

C'était vrai, de toute ma vie je n'avais jamais eu autant me faire emplir par une grosse bite! ....

Sauf la nuit dernière, à en juger la cassette que j'avais visionné ce matin même! ..... Bien que je ne me rappelle de rien.

Cependant cette fois j'étais pleinement conscience de la situation, mon offense montait au même rythme que mon envie de me faire ramoner! ....

J'avalais ma bière ma bière et nous sommes partis.

Nous n'avalons pas monté dans la voiture, ils m'emmenèrent vers un bâtiment proche qui avait pour tout signe extérieur une enseigne néon sur la porte indiquant : "Ouvert".

Nous pénétrâmes à l'intérieur, sur la porte suivante une pancarte indiquait que seuls les majeurs pouvaient entrer si la nudité ne les effrayait pas.

Nous passâmes cette nouvelle porte et je me retrouvais dans une salle dont je n'aurai jamais imaginé l'existence.

Je savais que cela existait, j'en avais déjà vaguement entendu parler, on aurait pu désigner cet endroit sous le nom de paradis du sexe pour adultes.

Partout où se portaient mes yeux ce n'était que posters de femmes entièrement nues dans les poses les plus obscènes que l'on puisse concevoir.

Le long des murs se trouvaient des étagères pleines de gadgets sexuels de toutes sortes.

Je voyais un tas de choses dont j'ignorais même l'existence et l'utilité, hormis le fait qu'indéniablement il s'agissait de dispositifs sexuels.

On y trouvait des films pornos, des livres, des magazines, j'étais si choquée par ce spectacle que je n'avais pas encore remarqué la mine des hommes.

Ils étaient une douzaine environ, de toutes couleurs et de tous âges.

Ils semblaient tous chercher des articles à acheter, et en fait c'est ce qu'ils faisaient jusqu'à mon arrivée.

Et maintenant ils me lorgnaient tous avec concupiscence dans ma petite chemise ouverte sur mes nibards.

Ils me reluquaient des pieds à la tête alors que mes maîtres me faisaient faire le tour de la boutique reluquant les posters cloués aux murs.

Ils prenaient grand plaisir à me désigner des images de femmes se faisant baiser par des groupes d'hommes ou d'autres ligotées étroitement et fouettées.

Ils me montrèrent plusieurs magazines de femmes baisant avec des femmes et me demandèrent si j'avais déjà goûté au minou d'une autre femme.

Bien entendu, je n'avais jamais fait cela et je me pressais de le leur répondre.

Tom me montra un film concernant une femme se faisant partouser par 25 colosses noirs, et commenta :

- "Je parie que tu pourrais facilement battre ce record! ...."

Je frismisternais de révulsion, mes mes tétons étaient raides comme la justice et ma chatoune traversée par des ondes d'excitation, et si j'avais eu l'occasion à cet instant même de me faire sauter, cela aurait été avec joie.

La drogue m'excitait tant que je devais me powerr pour ne pas empoigner ma foufoune à pleines mains! .....

Je sentais que je devais me branler rapidement pour calmer mes envies grandissantes.

Il m'entraîna vers les étagères couvertes de fringues

C'était le genre de tenues que les maris offrent à leurs femmes pour la saint Valentin.

Le typique fantasme masculin. La plupart éteint transparents, ils inspectèrent les tenues et en saisirent quelques-unes unes.

Tom appela l'employé qui se tenait derrière le comptoir il lui demanda s'il était d'accord pour que j'essaie quelques articles.

- "C'est d'accord, mais les petites culottes essayées seront considérées comme vendues! ...."

Tom attrapa ma chemise et me la fit passer au-dessus de la tête. Puis il me tendit un minuscule cache sexe avec quelque chose d'inscrit sur le triangle de dessus couvrant le pubis.

Je lui fus tout d'abord reconnaissante de me donner de quoi couvrir mon sexe, jusqu'au moment ou je lus l'inscription, il était marqué : "baisez-moi bien! ..."

Les hommes qui m'entouraient éclatèrent de rire, il était évident qu'ils approuvaient cette sentence.

Tom m'abandonna porteuse du léger sous-vêtement, se dirigea à nouveau vers les étagères et revint avec ce qui de prime abord me parut être un pagne.

Il était formé d'une bande élastique, l'avant et à l'arrière étaient constitués de morceaux de tissu transparents.

Il existait un intervalle d'au moins 10 centimètres entre chaque pan sur les hanches.

Les pans de tissu me couvraient tout juste le pubis et les fesses, tout au moins tant que je restais immobile.

Les commentaires des spectateurs fleurissaient et certains d'entre eux demandaient combien je réclamais pour me faire sauter.

La drogue avait plein effet maintenant et j'étais folle d'envie d'être possédée par de grosses bites.

J'avais besoin de sentir une épaisse mentule enfouie dans mon intimité.

Si on ne me baisait pas rapidement j'allais être obligée de me branler devant tous ces hommes, et j'étais suffisamment lucide pour que cette solution me désespère.

Tom m'entraîna loin du comptoir, mais comme nous passions devant les gadgets sexuels accrochés au mur il stoppa, tendit la main et saisit une paire de laisses de cuir avec une chaînette d'une trentaine de centimètres et un collier clouté de cuir noir.

Nous gagnâmes la caisse et Tom paya les achats avec mes gains antérieurs, puis il posa le collier autour de mon cou et y accrocha la laisse, la chaîne courant dans mon dos.

Ils m'emmenèrent alors vers une porte dans le mur du fond qui donnait sur une salle de la taille de mon salon.

Le centre de la pièce était vide mais le long des murs se trouvaient de vieux lits de camps souillés et quelques chaises branlantes.

La différence majeure entre cette pièce et ma salle de séjour c'est qu'on y trouvait un grand écran qui projetait un film. Je connaissais pas le titre de ce film, je voyais seulement une grosse bite noire qui labourait sauvagement une chatte blonde fort large, on ne voyait que les organes génitaux des protagonistes en gros plans.

Les misters de couple baisant à couilles rabattues m'emplissaient les oreilles excitant mes sens, la drogue absorbée faisait que je désespérais maintenant de me faire baiser rapidement.

Je n'avais pourtant pas à me tracasser, c'est bien pour ça que j'avais été menée dans cette salle.

Tom me passa dessus le premier.

Il repoussa ma courte brassière au-dessus de ma tête la laissant retomber dans mon dos puis pendre sur mes poignets.

Puis il me força à m'agenouiller dans une mare de foutre qui couvrait le sol.

Il enfouit de power sa grosse mentule dans ma bouche s'enfonçant dans mon arrière gorge à grands renforts de violents coups de boutoirs.

Les hommes qui se trouvaient déjà dans la salle lors de notre arrivée et ceux qui nous avaient suivis se rassemblèrent autour de nous, ils ignoraient tous le film maintenant, ils avaient les yeux rivés sur Tom qui me baisait en bouche, cela dura quelques minutes avant qu'il ne se retire, me penche vers l'avant se poste dans mon dos, et investisse ma petite chatte.

Dès que je sentis mister chibre s'engouffrer dans ma foufoune embrasée, je hurlais l'encourageant de vive voix à me posséder sauvagement.

Il rit à pleines dents m'appellant sa petite pute et il se mit à me ramoner frénétiquement alors que Rory prenait sa place et enfournait sa bite démesurée dans ma bouche accueillante.

Tom et ses 4 copains me baisèrent chacun leur tour avant de me repasser au reste des amateurs, Rory filmait de plus belle alors qu'ils se mettaient en ligne pour disposer de l'un de mes trois orifices.

Je n'ai aucune idée du temps que dura cette séance, mais ma gorge et ma chatte étaient douloureux et pourtant j'aurai voulu que cela continue éternellement.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#111
Up to the first message Down to the last message
Quelques-uns uns m'enculèrent, mais même cela me faisait jouir.

Tout au début, alors que Tom et ses 4 potes venaient de me sauter, il y avait à peu prêt une douzaine d'amateurs dans la pièce.

Je m'étais déjà fait sauter par une douzaine d'hommes au club photo, cependant cela ne me suffisait pas, droguée comme je l'étais j'aurai encore voulu d'autres bites dans mes trois trous échauffés.

Nous sommes restés là pendant des heures, des clients venus de l'extérieur nous rejoignirent.

Je ne saurai dire combien hommes ont abusé de mes charmes cet après-midi, j'avais avalé une dose phénoménale de sperme alors qu'ils s'étaient succédés dans ma bouche et ma gorge.

Le foutre qu'ils m'avaient injecté dans la chatoune et le trou du cul ruisselait le long de mes jambes.

Beaucoup d'entre eux, sur le point de jouir se retiraient du trou dont ils se servaient pour éjaculer à longs jets crémeux sur mon corps, de ce fait, au bout d'un moment ils ne voulurent plus me toucher tant j'étais couverte de leur grasse semence, j'en avais partout, sur le visage, les seins, les cuisses, les cheveux! ......

Je ne sais pas si l'effet des drogues avait diminué ou si tout simplement j'avais eu mon compte de grosses bites, mais le temps qu'ils me disent de quitter la pièce, je ne ressentais plus l'impérieux besoin de me faire sauter.

Mon corps entier était douloureux, je demeurais nue étendue sur le sol, j'étais si couverte de foutre que permisterne ne me touchait plus.

Tom m'entraîna dans les toilettes pour hommes, les hommes qui s'y trouvaient explosèrent de rire à ma vue, je pensais avoir touché le fond, une fois de plus je me trompais dramatiquement.

Tom m'ordonna de m'allonger dans le grand bassin d'aluminium qui servait d'urinoir, il mesurait environ deux mètres de long, un ruisselet coulait au centre, il puait la pisse, c'était réellement répugnant.

Je levais les yeux sur Tom, secouais la tête et fis un pas en arrière, je réalisais alors que je n'avais nulle endroit où me réfugier.

Mes mains étaient attachées dans mon dos, je ne pourrai même pas ouvrir la porte des toilettes.

Tom se fâcha alors :

- "Je t'ai prévenue de ne pas me décevoir salope! ..... Je ne te répéterai pas mon ordre! ...... Si je dois t'allonger moi-même dans le bassin, dis le tout de suite, mais tu le regretteras amèrement! ......"

Je pleurais à chaudes larmes à cet instant, je pleurais tant que je ne pouvais voir que Rory filmait attentivement la scène.

Je m'approchais lentement du bassin, levais une jambe et posais le pied dans l'eau froide, puis je tentais de me résoudre à lui complaire en dépit de mes hauts le cœur.

Finalement je m'allongeais dans le bassin.

Une fois que je fus allongée, les spectateurs s'approchèrent de l'urinoir et pissèrent en chœur sur mes appâts, chassant l'épaisse couche de foutre qui amidonnait mes cheveux, mon visage, mes nibards, mon entrecuisse et mes cuisses! .....

Ce faisant, ils accompagnaient leurs gestes d'horribles propos licencieux, certains allèrent même jusqu'à cracher sur mon corps pantelant.

Je ne pouvais que sangloter misérablement.

Ils ne me laissèrent tranquilles qu'après un très long moment, ils défilaient pour me pisser dessus puis reculaient pour regarder d'autres amateurs les imiter.

Le foutre qui me couvrait initialement avait disparu, mais cette fois j'étais couverte de pisse.

Je ne parvenais pas à croire qu'il pourrait m'emmener ailleurs dans cet état.

Lorsqu'ils en eurent finis, Tom offrit une pipe à celui qui m'aiderait à me relever.

Il n'y eut pas de volontaire, aussi Tom m'ordonna-t-il de me relever toute seule.

Je parvins avec de grosses difficultés à m'agenouiller ce qui me permit de m'extraire de l'ignoble urinoir.

Je m'effondrais sur le sol, Tom m'intima de rester là où je me trouvais.

Il sortit et revint quelques minutes plus tard et m'ordonna de le suivre.

Je traversais une porte et me retrouvais dans l'arrière cour, il ouvrit alors un robinet et m'arrosa avec un jet d'eau froide.

Il le pinçait pour m'asperger de gouttes d'eau puis introduisit le bout du tuyau dans mes orifices, ils explosèrent de rire à la vue du flot de foutre qui s'écoula de ma chatte et de mon trou du cul! .....

Lorsqu'il en eut terminé, il ne restait plus de foutre que dans mes cheveux, mais pour le reste j'étais aussi propre que si je sortais d'une bonne douche bien chaude.

Il s'arrêta dans le magasin et m'acheta une nouvelle brassière, mais il ne me la donna pas.

Il posa sa chemise sur mes épaules et la boutonna juste suffisamment pour que je ne la perde pas.

Puis nous retournâmes à la voiture.

Les gars assis sur le siège arrière n'étaient plus aussi impatient de me faire asseoir entre eux, permisterne ne me tourmenta alors que nous regagnions le bercail de Tom.

Une fois à demeure, sur le parking, mon apparence attira l'attention des chalands qui se promenaient dans le parking.

Je me rendis tout droit dans la salle de bain, Tom me poussa sous la douche et ouvrit le robinet d'eau.

L'eau s'écoula d'abord froide, mais je n'avais plus la power de me rebeller, j'étais brisée.

Il me fit tourner sur moi-même et déboucla mes menottes, puis jeta ma brassière souillée au sol, il m'intima alors de nettoyer mon corps ainsi que la brassière et les menottes.

Puis il m'abandonna sous la douche.

J'appuyais ma tête contre la paroi de la douche et me mit à pleurer hystériquement pendant un long moment avant de me savonner des pieds à la tête et de me rincer à grande eau.

Je remarquai qu'en dépit des flots de foutre qui s'étaient écoulés de mon corps alors qu'on me douchait au tuyau une bonne heure plus tôt, il en s'échappait encore plus de ma chatte et de mon trou du cul douloureux.

Je frémis de révulsion à la pensée du nombre de bites qui s'étaient vidées dans ma chatte et mon trou du cul au cours de cette horrible journée, je n'avais absolument aucune idée de leur nombre, tout ce que je savais c'est qu'il y avait une bonne cinquantaine d'hommes qui m'avaient sautée dans les deux locaux où ils m'avaient prostituée.

Hier encore je n'avais appartenu qu'à deux hommes et maintenant, bien que cela paraisse incroyable, une bonne cinquantaine d'hommes avait profité de mes charmes les plus intimes.

J'étais courbaturée, j'avais mal dans tout mon corps, et je savais que ce n'était pas fini pour autant.

L'eau coulait à nouveau froide lorsque je sortis de la douche pour me sécher. Je me brossais les dents avec les doigts et de la pâte dentifrice appartenant visiblement à Tom, ce n'est qu'après avoir insisté à trois reprises que je parvins à estomper le goût de foutre qui imprégnait ma bouche, bien que je ne sois pas parvenu, avec mes seuls doigts à curer tous les recoins de ma bouche et l'entrée de ma gorge.

Finalement je tordais la brassière qui jonchait le sol de la douche et je le pendais avec les menottes au rideau de douche avant de sortir de la salle de bain.

Je réintégrais discrètement le salon où seuls Tom et Rory m'attendaient.

J'espérais bien ne pas revoir les deux autres, mais indiscutablement Tom et Rory étaient les pires de la bande.

Tom me jeta un regard égrillard alors que je pénétrais dans la pièce et commenta ironiquement :

- "Bordel ma chérie, je commençais à craindre que tu te sois noyée! ....."

Je ne répondais pas, ce n'était pas nécessaire.

Je me tenais au centre de la pièce, immobile attendant ses ordres.

Il m'a jeté un oeil puis m'a ordonné :

- "Viens t'asseoir à coté de moi, on va regarder un film....."

Je m'assis entre Rory et lui sur le canapé et ils mirent en route le lecteur de DVD.

Je ne fus pas autrement surprise en me voyant sur l'écran posant pour une foule de spectateurs, ils avaient enregistré beaucoup de rushs et Tom m'avait promis que j'aurai une bonne copie du montage définitif, plus tard.

Je me regardais poser avec de moins en moins de vêtements jusqu'à ce que je fus nue puis baisée par un ou deux hommes à la fois sur le lit et enfin lorsque je terminais la séance en appartenant au noir propriétaire des lieux.

C'était dégueulasse, mais moins que la suite cependant.

Je vis la différence dès que nous nous rendîmes au sex-shop.

Je voyais bien que j'sois droguée.

Je n'étais pas dans le cirage comme la veille au soir, mais la vue de la cassette me permettait de comprendre ce qui s'était passé.

Une fois de plus je participais activement à ma débauche, du début à la fin.

Je vis à que l'on m'embrochait, à nouveau, à deux à la fois, la plupart de ces hommes étaient laids et vieux, de toutes races et de tous types.

Il ne s'agissait en aucun cas de faire l'amour, mais bel et bien de se faire baiser à couilles rabattues, ils auraient tout aussi bien se servir d'une poupée gonflable.

Leur but principal semblait plus de m'humilier que de jouir de mes charmes.

Je cherchais à me couvrir les yeux lorsqu'ils me prirent couverte de sperme dans les toilettes pour hommes, ce spectacle me révulsait, ils m'ordonnèrent de regarder le film en dépit de mon dégoût patent.

Je dus me revoir m'allongeant dans le bassin servant d'urinoir puis ces hommes me pissant dessus pour débarrasser mon corps de l'épaisse couche de foutre qui le recouvrait. Je les voyais viser mon visage et ma chevelure alors que les uns après les autres ils se vidaient la vessie sur mon corps pantelant, se retirant ensuite pour regarder les suivants les imiter tout en se moquant de moi et en commentant le spectacle en termes salaces.

D'autres dirigeaient les jets de pisse sur mister visage et ses organes génitaux, ils étaient toujours au moins une demi-douzaine à me pisser dessus de concert. Tout le revenait alors qu'ils m'obligeaient à visionner ce spectacle immonde.

Puis le spectacle se terminait sur l'ultime offense lorsque je me traînais hors de l'urinoir et sortais pour être nettoyée au robinet d'arrosage.

Lorsque le DVD se termina, Tom et Rory se levèrent en chœur et descendirent pantalons et caleçons, je dus les sucer tous deux en même temps.

Je me mettais à genoux et me postais entre les cuisses de Tom, il sourit et me dit :

- "Tu m'as vraiment épatée aujourd'hui! .... Je crois que tu vas parvenir à me vider les couilles si tu y mets tout ton cœur! .... Allez à toi! ...."

Mes mâchoires étaient douloureuses, j'étais crevée, mais je savais que si je protestais, il me le ferait amèrement regretter.

Je forçais mes lèvres à s'ouvrir et glissais mister épaisse bite dans ma bouche l'enfournant jusqu'aux couilles! ....

Il soupira et reprit :

- "Bon Dieu ce que tu suces bien! ..... C'est excellent ma chérie! ..... Suce-moi bien..... Tu vas avoir ta dose de protéines! ...."

Je le travaillais de tout mon cœur, de toute mon habileté fraîchement apprise, oeuvrant des lèvres et de la langue, tout en lui caressant les boules de mes doigts agiles, après un long moment je le sentis enfin se tendre dans ma bouche, j'enfouissais mon visage dans ses poils pubiens tandis qu'il projetait de lourds jets crémeux de foutre chaud au fin fond de ma gorge.

Lorsqu'il me repoussa, je pris place entre les cuisses de Rory, j'en aurai pleuré.

Sa bite était en semi-érection, et j'étais épuisée! .....

J'entrepris de lui embrasser et lécher les burnes, sa queue commença à grossir et à se déployer.

Lorsqu'enfin il fut assez bandé, je l'embouchais servilement luttant pour l'accueillir dans mon arrière gorge.

Si l'on excepte la bite du colosse noir propriétaire du salon de photos sa queue était la plus grosse bite de toutes celles des violeurs qui m'avaient possédée à ce jour.

Il m'était très difficile de l'introduire dans mon arrière-gorge, j'étais véritablement bâillonnée, c'était extrêmement pénible.

Je m'occupais de sa queue avec autant de cœur que de celle de Tom, alors que je le suçais docilement, il tendit la main et attrapa mes nichons qu'il serra très fort.

Je gémissais de douleur, il se retourna sur Tom et lui concéda :

- "J'adore la manière dont sa gorge vibre lorsqu'on la *** un peu! ..... C'est très jouissif! ...."

Cela le réjouissait peut-être, mais cela n'empêcha pas mon épreuve de durer très longtemps.

Lorsque je les eus tous deux fait jouir une dernière fois, ils m'autorisèrent à enfiler la tenue que m'avait achetée Tom et de rentrer chez moi.

Je devais revenir le lendemain matin à 10 heures.

J'enfilais rapidement l'espèce de pagne et la seconde brassière qu'avait acheté Tom au sex-shop. Je jetais un oeil sur ma tenue et vit une inscription inscrite sur le pagne, il était écrite en larges lettres noires : "Otez moi!."

J'enfilais mes sandalettes et attrapais mon sac à main.

Tom m'ordonna de revenir dans la même tenue le lendemain matin.

Je me ruais au dehors avant qu'ils ne changent d'idée, je me dirigeais vers la piscine pour récupérer le short et la brassière, mais je vis qu'un tas de monde se tenait autour de la piscine et je me refusais à me confronter à ces gens dévêtue d'une façon aussi provocante! .....
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#112
Up to the first message Down to the last message
Chapitre 3 : Kim se rend à la piscine et y distrait les baigneurs.


Je me ruais dans ma voiture et rentrais tout droit chez moi.

Je me rangeais dans ma place habituelle de parking et jetais un coup d'œil panoramique.

On était samedi, tard dans l'après-midi, il y avait foule de tous cotés.

Ils étaient assis ensembles à discuter, ou ils lavaient leurs voitures ou même allaient et venaient au gré de leur envie.

J'attendais qu'il y ait moins de monde me séparant de l'entrée de mon immeuble dans lequel mon appartement se tenait au second étage.

Lorsque ce fut le cas je sortais en trombe de ma voiture et me ruais tête baissée vers l'entrée.

L'idée de rencontrer une connaissance vêtue de cette ignoble tenue me terrifiait.

Et bien sur cela m'arriva, alors que j'arrivais à la porte de mon apparte-ment, les deux étudiants habitant l'appartement contigu au mien sortirent de chez eux et se dirigèrent vers moi.

Ils remarquèrent tout de suite ma minuscule jupe fendue sur les cotés et s'arrêtèrent subitement.

Je les ignorais et tâtonnais pour entrer ma clef dans la serrure de ma porte, ce qui leur laissa amplement le temps de lire l'inscription figurant sur ma micro-jupe et d'admirer mes nibards qui sortaient de toutes parts de ma courte brassière.

Nous avions l'habitude de nous saluer, mais n'étions pas pour autant des amis, l'un des deux me dit :

- "Hey Kim, j'adore ta tenue! ....."

Je grommelais un vague merci et me dépêchais d'entrer chez moi et de verrouiller ma porte, le dos appuyé contre la porte je glissais au sol et me mis à pleurer toutes les larmes de mon corps.

Je me réveillais une heure plus tard, lovée en position fœtale à même le sol, juste devant la porte d'entrée.

Dès que je me réveillais le souvenir de ma journée me revint.

Je me relevais, me dirigeais vers la cuisine et attrapais l'unique bouteille d'alcool qu'on avait dans la maimister.

Il s'agissait d'une bouteille de rhum non ouverte, qui se trouvait rangée dans le frigidaire depuis notre mariage

J'ouvrais la bouteille et m'en servit une large rasade que je noyais dans du coca-cola et l'avalais séance tenante.

Mon estomac se réchauffa et mes esprits se calmèrent quelque peu, je me dirigeais alors vers ma chambre me déshabillais, puis je pris un long bain brûlant.

Je m'efforçais de ne pas penser aux épreuves sordides que je venais d'endurer ces 24 dernières heures.

Mais chaque fois que je commençais à me relaxer, mon esprit se rem-plissait de ces images immondes me plongeant de plus en plus profon-dément dans un désespoir sans limites.

Je ne pensais que je pourrais m'obliger à retourner à l'appartement de Tom le lendemain pour être de nouveau le jouet de ces salopards qui prenaient tant de plaisir à m'humilier et me dégrader.

Chaque fois que je repensais aux sordides épreuves que j'avais subies, je me remettais à sangloter désespérément.

Je restais assise dans ma baignoire jusqu'à ce que l'eau refroidisse, de-venant trop fraîche, je me relevais alors et me rinçais.

J'enfilais ma robe de bain retournais au salon ou je me servais un nou-veau verre de rhum-coca.

Je n'aimais pas particulièrement ce cocktail, mais c'est tout ce dont je disposais, et comme je ne voulais pas ressortir.

J'aurai voulu que Brian revienne à la maimister pour me sauver.

Cependant le fait qu'il découvre ce que j'avais du faire me terrifiait. Ou plutôt ce que j'avais du subir.

Je savais que s'il venait à avoir connaissance du DVD, ce serait la fin de mon mariage.

Si qui que ce soit que je connaisse venait à voir ce DVD, je ne pourrai plus jamais affronter ces gens.

Je pensais que je ferai peut-être bien de prendre le revolver dont m'avait muni Brian pour flinguer Tom et ses 4 acolytes.

Mais si je faisais cela, en fait, je perdrai tout.

Je comprenais qu'il n'y avait pas moyen de faire machine arrière doréna-vant.

Je n'avais pas d'autre choix que de retourner dans les griffes de Tom et de faire ce qu'il voulait, quoi qu'il m'ordonne de faire pour le distraire.

C'était la seule façon de protéger autant faire que se peut, la vie que j'avais bâtie, je ne pouvais que prier pour que Tom sente qu'il m'avait suffisamment tourmentée et que je ne pourrai pas supporter grand chose de plus, mais il ne fallait pas que j'y pense trop.

Il était très tard et je doutais de ma santé mentale, je ne pouvais m'arrê-ter de gémir et de pleurer, les images de mes pires épreuves de la jour-née passant et repassant dans mon esprit.

Je vidais mon verre et je réalisais que j'étais éméchée lorsque je me le-vais pour gagner la cuisine, je me rappelais alors que la seule chose que je n'avais que deux bières et deux rhums cocas bien corsés dans l'esto-mac depuis ce matin, et dieu sait quelle dose de foutre.

Je ne pouvais pourtant pas supporter l'idée de nourriture, aussi me réfu-giais-je dans mon lit m'enroulais dans mes couvertures et pleurais jus-qu'à ce que je m'endorme.

Il était encore tôt pour se coucher, vraisemblablement 18 heures, je ne me réveillais que vers 8 heures le lendemain matin.

J'avais un horrible mal de tête, je me secouais et me rendais dans la salle de bain, je pris une douche puis, je me brossais longuement les dents.

J'enfilais ma robe de chambre, je ne supportais plus de porter la tenue que j'avais du enfiler en quittant la maimister, je gagnais la cuisine et me servais un bol de céréales avec un jus de fruit frais.

Je rinçais les plats ère me lavais à nouveau les dents.

Je mettais du rouge à lèvres, brossais mes cheveux et finalement me forçait à enfiler ma tenue de salope.

Je me regardais dans le miroir et vis que lorsque je bougeais, la fente de coté offrait une large vue de mes fesses, cela promettait lorsque je mar-cherais dans la rue.

Je savais qu'on voyait une bonne part de ma croupe lorsque je la portais la veille, mais je ne pensais tout de même pas qu'on pouvait voir l'inté-gralité de mon cul.

Le haut me vêtait à peu prêt autant que le bas.

Si on exceptait l'horrible maxime écrite sur le devant, le tissu était si fin qu'on distinguait clairement mes nichons et était si court, qu'il les décou-vrait jusque sous les mamelons.

Pire encore, à chaque pas la brassière remontait encore, je devais la maintenir d'une main pour ne pas me retrouver les miches à l'air! .....

Le tout mettant en valeur l'horrible sentence : "otez-moi"

Je jetais un oeil sur l'horloge ne me décidant à démarrer qu'à la dernière minute.

Je me rappelais la veille, et me ruais dans la salle de bain pour empoi-gner ma brosse à dents et du dentifrice que je fourrais dans mon sac à main.

J'ouvris ma porte et sortis, puis je verrouillais ma porte cherchant à igno-rer le grand nombre de gens qui s'arrêtait pour me regarder faire.

Je me précipitais vers ma voiture consciente que mon cul était largement exposé à chacun de mes pas.

Je me forçais à ne pas pleurer alors que je me rendais à l'appartement de Tom.

Je me garais aussi prêt que possible de la porte d'entrée et je jetais un nouveau coup d'œil sur ma montre.

Il ne me restait plus que 5 minutes pour toquer à sa porte. Je demeurais dans ma voiture jusqu'au dernier moment.

Je sortais de la voiture et frappais à sa porte à 10 heures pétantes.

Steve m'invita à entrer.

Tom se trouvait dans la cuisine, il buvait une tasse de café, Rory et Steve se tenaient dans le salon, ils regardaient à nouveau le DVD.

Je ne regardais pas la télé, mais j'entendais le mister de mon viol, appa-remment ils appréciaient ce Film.

Je vis qu'ils avaient tous une sacré bandaimister, j'eus alors une bonne idée de ce que j'allais faire ce matin.

J'étais heureuse de constater qu'Harry et John n'étaient pas là, enfin pour l'instant.

Tom revint dans le salon et m'ordonna de me foutre à poil, je n'étais pas longtemps restée vêtue.

Lorsque je fus entièrement nue, il posa sa tasse à café, descendit mister short et le fut signe d'approcher d'un geste du doigt.

J'avais abandonné toute idée de révolte, d'ailleurs sinon je ne serai pas là.

Mon corps avait récupéré de façon surprenante des abus de la veille, ma gorge était encore légèrement endolorie, mais pas suffisamment pour m'empêcher de m'en servir.

Je m'agenouillais entre ses cuisses et entrepris de lui sucer la bite.

J'eus du mal à la prendre en pleine gorge au début, mais après un mo-ment je me débrouillais pour lui faire franchir ma luette, et une fois que j'eus brisé cette barrière tout devint plus facile.

A coup sur ce n'était pas plaisant, mais je pouvais faire une gorge pro-fonde sans trop de mal.

Une fois que j'eus entamé sa pipe, il m'ignora et regarda mon viol qui dé-filait à la télé, ils regardaient nouveau le premier DVD.

Le mister de mes gémissements enamourés et mes supplications de me faire baiser de long en large, mes réclamations pour obtenir d'être foutue par plus de bites, majoraient fortement mon offense.

Mais je savais déjà à quel point ils aimaient m'humilier.

Les bruits en l'arrière-plan troublaient et me dégoûtaient, mais ils appré-ciaient visiblement le spectacle.

J'en étais heureuse.

Je n'ais pas autant apprécié ce qui arriva ensuite.

On me dit d'enlever ma brassière de pute et Tom me tendit le bas du bi-kini que j'avais laissé chez eux en rentrant chez moi la nuit dernière.

ils l'avaient modifié. Ils avaient viré la doublure.

Je l'enfilais et regardais ce que cela donnait. C'était un bikini convenable à l'origine, et c'était maintenant une culotte de bikini aussi provocante que la brassière.

Pour aggraver la situation, il le remonta de façon à détailler ma foufoune et il entreprit de promener ses doigts dans ma fente.

Sec le fond de la culotte était opaque, je ne pouvais empêcher des poils pubiens de dépasser, mais je savais ce qui se passerait dès que j'irai dans l'eau, mon minuscule cache-sexe deviendrait transparent, et je sa-vais que de toute manière c'est ce qu'il avait en tête! .....

Tom empoigna un sac de voyage contenant quelques lotions solaires et des cannettes de bière et nous nous dirigeâmes vers la piscine.

Le complexe résidentiel comportait plusieurs piscines, une était plus par-ticulièrement destinée aux enfants en bas âge, la seconde était tout pu-blic, et la troisième était réservée aux adultes.

Non pas qu'il fut permis de se baigner nue ou autre licence de ce genre, il était seulement recommandé aux enfants de ne pas la fréquenter, je suppose que cela ne demandait pas d'explications superflues.

Nous gagnâmes la piscine réservée aux adultes, ils m'enjoignirent de m'installer sur une chaise longue à quelques pas d'eux.

Ils m'intimèrent aussi de me tremper dans la piscine toutes les demi-heures, et, en sortant de l'eau je devais trouver un volontaire pour m'ap-pliquer de la lotion solaire sur le ventre et le dos.

Je ne devais refuser ce plaisir à permisterne.

Si l'on m'invitait à quitter l'aire de la piscine, je devais m'exécuter en un quart d'heure et revenir à ma place.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#113
Up to the first message Down to the last message
Je jetais un coup d'œil circulaire, j'attirais déjà l'attention des baigneurs.

Il y avait quelques couples, mais il y avait surtout des hommes assis au-tour de la piscine et quelques rares femmes seules, ou des groupes de femmes cherchant à rester entre-elles.

Tom me tendit un flacon de lotion et une cannette bière, me dit de la vi-der, et d'aller nager quelques minutes.

Puis, en compagnie de Rory et Steve, il s'allongea sur une chaise lon-gue, toute proche de la mienne. Ils étaient assez de prêt de moi pour épier la moindre de mes conversations.

Je posais le flacon de lotion au sol et m'installais aussi confortablement que je le pus.

Je sirotais ma bière en essayant de ne pas penser à ce que j'allais de-voir faire! .....

Je savais ce qu'il adviendrait du minuscule fond de mon bikini ainsi que du haut.

Lorsque je plongeai une tête dans la piscine, je savais qu'effectivement ils deviendraient totalement transparents, en qu'en sortant de la piscine je pourrai tout aussi bien être nue, on ne pourrait rien ignorer de mes ni-bards et de mon intimité.

Je mis autant de temps que possible pour siroter ma bière. Puis je me levais et gagnais l'échelle qui permettait de descendre dans la piscine, puis lentement je me plongeais dans l'eau fraîche, les commentaires sa-laces fusèrent dès ma mise à l'eau! .....

Vous devez, tout comme moi connaître ce type de commentaires ma-chos, que tous ces jeunes gars immatures poussent à la vue d'une jolie femme.

Je feins de les ignorer et m'enfonçais dans l'eau jusqu'au cou, je m'ap-puyais pendant quelques minutes sur le rebord de la piscine savourant le contact de l'eau fraîche sur ma peau.

Je craignais fort ce qui allait suivre.

Je jetais des coups d'œil angoissé à Tom, il me regardait tout sourire, lorsqu'il en eut marre d'attendre, il me fit signe de sortir de l'eau, j'ac-quiesçais d'un hochement de tête.

Je revenais lentement vers l'escalier, grimpais les trois marches de bé-ton et sortis de la piscine.

Je baissais les yeux et vis que mon bikini était aussi transparent que je l'avais craint. J'aurai tout aussi bien pu être entièrement nue.

Je me dirigeais rapidement vers mon transatlantique en cherchant à ignorer les regards concupiscents que me jetaient mes voisins.

Pour l'instant plus permisterne ne parlait, toutes les conversations avaient cessé.

Je me félicitais de porter des lunettes de soleil sombre, c'était tout ce qui me permettait de me cacher.

En passant, j'entendais le sourd bourdonnement des conversations de ces jeunes gens excités comme des poux.

Je les ignorais et retournais à mon fauteuil comme si de rien n'était et m'installais sur le transat.

Une seconde plus tard un de mes admirateurs faisait quelques pas cher-chant à lier conversation avec moi, je devais l'y encourager.

Il se présenta et me félicita pour ma tenue qu'il adorait, je le remerciais et me rappelais alors de ce que je devais faire.

Je lui demandais s'il aurait la gentillesse de m'enduire de lotion solaire, cela ne semblait pas le déranger, bien au contraire si vous voyez ce que je veux dire.

Je lui tendais le flacon d'huile solaire m'allongeais sur ma chaise longue, fermais les yeux voulant ignorer qu'un complet étranger allait avoir accès à mes charmes les plus intimes.

Une fois le flacon débouché, il me demanda :

- "Tu as vraiment une fantastique brassière! ... L'inscription, Est ce vrai? ...."

Je baissais la tête sur l'inscription en larges lettres noires "Otez-moi", je notais que mes tétons étaient dardés et clairement visibles.

Je savais que Tom épiait notre conversation et j'opinais :

- Oui c'est vrai! ..."

Ce gars travaillait rapidement, il n'avait pas encore étalé de lotion sur mon corps qu'il me proposait les yeux braqués sur mes charmes :

- "J'en ai le souffle coupé, aimerai-tu venir dans mon appartement et l'ôter? ...."

Je lui souris nerveusement et répondis :

- "C'est d'accord, mais je dois être de retour dans un quart d'heure! ...."

Je lui pris le flacon de lotion des mains et le posais au sol.

Il m'aida à me relever, et fit un signe à ses copains qui nous contem-plaient incrédules.

Comme il m'aidait à me lever, je pensais :

- "Finalement c'est pas si mal, il n'est ni gros, ni laid ni âgé, comme tous ces hommes avec qui j'ai du coucher hier! ...."

En fait il était plutôt mignon, il semblait terriblement jeune, il ne devait pas avoir beaucoup plus de 18 ans, je me figurais que cela valait mieux, il serait certainement incapable de se contrôler bien longtemps.

En quittant la piscine il posa mister bras autour sur mon épaule, puis il le laissa glisser prestement sur ma taille puis plus bas encore sur ma croupe joufflue.

Voyant que je ne protestais pas, il me pelota les fesses tout le long du chemin nous menant à mister appartement.

On ne fit pas plus de quelques mètres dans mister appart,

Dès que nous fumons entrés dans cet appart qu'il co-louait avec deux copains de la fac toute proche, il m'enleva ma brassière et s'attaqua gauchement à mes nibards.

Il s'y prenait grossièrement et visiblement ne savait pas comment s'y prendre.

Après avoir malaxé mes nichons pendant quelques minutes, il descendit mon bikini et me fit pencher sur le dossier d'une chaise, puis il se déme-na pour trouver l'entrée de mon fourreau d'amour.

Il pressait sa grosse bite à l'aveuglette dans ma fentine, cela finit par me meurtrir.

Je tendis la main, empoignais sa bite et la guidais dans mon vagin alors qu'il se promenait du coté de mon anus.

Dès qu'il sentit ma chatte se refermer sur sa hampe, il jura sourdement et se mit à me pistonner frénétiquement, comme un jeune chien fou.

Je ne crois pas qu'il sut se contrôler un minute pleine, Dieu merci.

Il se servait de ma chatte pour se masturber, je savais maintenant qu'en fait, il était vierge, finalement il avait réussi à introduire sa bite dans la foufoune d'une femme mais on ne pouvait pas dire pour autant qu'il ait fait l'amour! .....

Je pensais cela alors qu'il venait de juter en moi avant de se retirer rapi-dement, ce n'était vraiment pas baiser.

J'utilisais quelques mouchoirs de papiers pour m'essuyer la fentine et comme je remontais mon bikini il me demanda :

- "Je n'aurai jamais cru que t'étais une salope... Pourquoi te conduis-tu ainsi? ...."

Je ne pouvais pas lui dire qu'on me faisait chanter, finalement je lui dis que j'avais perdu au jeu et évitais de répondre plus clairement à sa ques-tion.

Avant que nous quittions l'appartement il m'ajouta :

- "Ainsi tu dois baiser avec tous ceux qui te le demandent? ...."

J'hésitais

Je ne voulais pas que cela prenne plus d'importance que cela n'en avait! ....

Je terminais en hochant la tête, il grimaça un sourire et dit :

- "T'es drôlement chaude ma chérie! ..... C'était extra! ...."

- "Extra? ....."

Permisterne ne m'avait jamais dit cela! ...."

Comme nous retournions vers la piscine, je lui demandais :

- "Voudrais-tu encore m'enduire d'ambre solaire? ...."

- "Bien sûr! ..." me répondit-il avec enthousiasme.

Le pur langage restreint des collégiens.

Il me suivit jusqu'à mon transat, je m'étendais sur le ventre tandis qu'il m'enduisait le dos de lotion solaire.

Lorsqu'il en eut terminé, il m'enjoignit :

- "Au tour du coté face maintenant! ...."

Je jetais un coup d'œil sur Tom qui me souriait, ce qu'il avait en tête ne pouvait que m'humilier.

Je me retournais, précautionneusement, veillant à ce que mes nibards restent couverts.

Le jeune gars commença par étaler la crème sur mon ventre, mais rapi-dement il glissa ses mains sous mon soutien-gorge de maillot et entreprit de me malaxer les nichons après s'être assuré que ses potes le regar-daient faire.

Lorsqu'il eut bien graissé mes miches il descendit ses mains et les glissa dans ma micro culotte enduisant de lotion toute une partie de mon ana-tomie qui n'était pas exposée au soleil.

Il était ravi de me caresser devant ses amis, et cela enthousiasmait ses potes de le voir faire.

Il était assis le long de ma chaise tandis qu'il étalait la lotion, et lorsqu'il eut fini il me dit :

- "Merci pour le coup qu'on a tiré! ...." et il partit rejoindre ses co-pains ébahis.

Il était temps.

Avant même que j'eus le temps de me redresser pour piquer une tête dans la piscine, un autre de cette petite bande de collégiens me rejoignit les yeux braqués sur mes appâts.

Il lut la maxime écrite sur ma brassière et me demanda :

- "Est-ce vrai? .... Ted m'a dit que vous baisiez avec tous ceux qui en faisaient la demande! ...."

Je levais la tête et le regardais, puis je fixais Ted, il ne m'avait pas dit mister prénom, mais cela importait peu.

Ted et six de ses copains nous reluquaient avec excitation alors que je me tournais vers mon interlocuteur lui répondant :

- « Ou c'est vrai! .... »

Il me sourit et ajouta :

chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#114
Up to the first message Down to the last message
"Alors je te le demande! ...."

Je m'assis, glissais mes pieds dans mes sandales, me levais et nous partîmes sous les yeux concupiscents des spectateurs. Je suppose que ce que nous allions faire était évident pour tous, ou plutôt ce qu'ils al-laient me faire.

Nous nous sommes dirigés vers un autre appartement, mais une fois de plus je ne dépassais pas le salon.

Une fois entré, il m'intima :

- "A poil! ..." et il sortit sa grosse bite.

Il s'assit sur le sofa; écarta ses cuisses en grand, je savais ce qu'il voulait sans même qu'il le précise.

Je m'agenouillais entre ses cuisses et le suçais docilement.

Cela ne prit pas plus longtemps que Ted pour qu'il éjacule, mais il avait le foutre le plus acre que j'ai jamais goûté.

J'avais été suffisamment violée ces derniers jours pour avoir goûté à bien des types de sperme.

Je n'avais jamais eu envie de vomir comme avec le foutre de cet natural, c'était ignoble, horrible.

Je me débrouillais finalement pour tout avaler, je me relevais et me rha-billais rapidement, lorsque la porte s'ouvrit et qu'une demi-douzaine de jeunes gaillards se rua à l'intérieur.

Ils avaient apparemment discuté entre eux de la situation et décidés qu'il n'était pas utile que je me fasse un seul gars à la fois.

Je ne pourrai pas être de retour à la piscine dans les quinze minutes sui-vantes, mais il n'y avait moyen d'échapper à la volonté de ces 6 jeunes.

Permisterne ne me demanda quoi que ce soit cette fois.

Ils se déloquèrent aussi vite qu'ils le purent et je me retrouvais à genoux au milieu du salon avec une bite dans la chatte et une autre dans la bou-che pendant les minutes suivantes.

Ce fut une véritable corvée.

Aucun d'eux ne me baisa assez longtemps pour m'exciter, si tant et soit-il que je puisse être excitée en ces circonstances.

Ils riaient et plaisantaient à mon sujet alors qu'ils usaient de mes appâts.

Aucun préliminaires, ils me baisaient sans même me caresser.

Ils ignoraient mes nichons se contentant de me remplir la bouche et la chagatte, se relayant à chaque fois que l'un de mes trous se trouvait li-bre.

Il ne fallut pas beaucoup plus de 15 minutes pour que je revienne m'ins-taller sur mon transat au bord de la piscine.

Je les avais fait jouir tous les 8, mais je me sentais dégradée, dégoûtée, bien que ce ne soit rien en comparaimister de la veille.

Je devais reconnaître que j'avais subi bien pire.

A mon retour sur ma chaise, Tom pointa du doigt sa montre et me lança un regard réprobateur. Je frémis et lui montrais 7 doigts levés, puis, je me rassis sur mon transat, il secoua la tête de gauche à droite, je com-pris qu'il voulait que j'aille me mouiller à nouveau.

Il y avait plus de monde maintenant, la plupart des chaises longues étaient prises, j'attirai l'attention de l'assistance alors que je me dirigeais vers la piscine dans ma tenue de pute et me ruais dans l'eau.

Une fois dans l'eau, je posais les mains le bord de la piscine appréciant l'eau fraîche qui coulait entre mes jambes.

Je cherchais à ne pas penser à ce qui se passerait lorsque je sortirai de l'onde. Tandis que je me relaxais une paire de copains noirs s'approchè-rent de moi et m'encadrèrent.

Ils semblaient eux aussi des lycéens, l'un d'eux me sourit et me dit :

- "Je n'ai pu m'empêcher de remarquer votre brassière lorsque vous déambuliez... Il faut beaucoup de courage pour porter ce type de tenue ici! ..... Où l'êtes-vous procurée? ...."

Je répondis qu'un ami me l'avait offert.

Le jeune gars sourit et répliqua :

- "Est-ce que vous le mettez uniquement pour faire plaisir à votre ami, ou le message est-il valable pour tous? ...."

- "Oh mon Dieu..." pensais-je " ça ne va pas être facile! ..."

Je répondis finalement :

- « Je peux m'absenter pendant un quart d'heure si vous disposez d'un logement proche..... »

Il jeta un oeil vers mister ami avec un large sourire et répliqua :

- "Nous partageons cet appartement qui fait le coin....... Est-ce assez près? ...."

Je hochais affirmativement de la tête et décidais :

- "Alors, allons-y! ...."

Je traversais la piscine à sa suite et en travers je sentais le regard des spectateurs qui me voyaient quitter la piscine accompagnée de deux noirs et gagner leur appartement.

Dès que nous avo,ns quitté l'aire de la piscine ils posèrent leurs mains sur mes appâts.

Celui qui m'avait interpellé s'exclama :

- "Eh bien ma belle, tu ferais aussi bien de te promener nue! ..... Savais-tu que ton maillot devenait transparent au contact de l'eau? ...."

J'opinais de la tête.

- "Bordel t'es une vrai salope alors! ....." s'esclaffa-t-il médusé.

Je soupirais résignée et concédais :

- "Je le suis devenue! ...."

- "J'ai justement ce dont tu as besoin ma salope! .... Avec Nathan on va te donner la ration de bites noires que tu nécessites! ..... Et si tu n'en pas encore assez, j'appellerai des potes! ...."

- Je lui dis que je devais être de retour à la piscine dans 15 minutes.

Il grogna :

- "Bien, bien, bien....."

- Je m'arrêtais et repris :

- Non je dois impérativement être de retour d'ici un quart d'heure! ...."

Il me regarda en rigolant et reprit :

- "Qu'est-ce que c'est que cette histoire? ...."

Je lui donnais une version expurgée de mon histoire comme si je parlais à un gamin.

- "Je me comporte ainsi parce que j'ai perdu un pari! ..... Je dois suivre certaines règles... Je vous suivrai dans votre appart si tu me le demandes, mais je dois être de retour sur mon transat dans 15 minutes au plus! ..... Sinon j'aurai de gros ennuis...... Si je dois avoir des ennuis à cause de vous deux, autant que ce soit parce que j'aurai refusé de baiser avec vous....."

Il me rétorqua alors :

- "C'est bon presmisters-nous dans ce cas! ....."

Nous avons gagné mister appartement et juste avant qu'il ne ferme la porte je jetais un oeil et vis que je voyais distinctement ce qui se passait dans la piscine et tous ces gens qui stupéfaits me regardaient le suivre doci-lement dans mister appart.

Il m'installa milieu de la salle de séjour.

Je suppose que permisterne dans le coin ne baisait dans un lit!

Je remarquais qu'il n'avait pas fermé la porte dans mister dos.

Je ne dis rien cependant.

Qu'allait-il se passer à ce stade du jeu? .....

Je suivis ses instructions et enlevais mon minuscule bikini et je me dis-posais à quatre pattes alors qu'ils se déloquaient rapidement, l'un d'eux enfouit sa bite dans ma bouche, in autre dans ma chatte.

Cela semblait leur seule façon d'envisager les rapports sexuels.

Je remarquais cependant que certains stéréotypes ne se vérifiaient pas toujours, leurs bites étaient de dimensions forts différentes.

Celui qui se branlait dans ma bouche éjacula rapidement.

L'autre, celui qui m'avait "baratiné" prenait mister temps, il utilisait ses mains pour me peloter puisque je ne me défendais pas, il réussit à éveil-ler mes sens.

Juste avant de jouir, il se mit à me claquer les fesses tout en m'agonisant d'injures.

Je ne sais pas ce qui me prit, mais, lorsqu'il empoigna fermement mes hanches plongeant profondément dans mon utérus, un orgasme inatten-du me terrassa et je jouis sauvagement.

Je grognais et gardais ma tête entre mes mains alors que sa bite s'amol-lissait en moi.

Il se retira finalement de ma féminité et je remontais sur mes genoux cherchant du regard mes vêtements.

Je réalisais soudain qu'ils étaient maintenant une demi-douzaine d'ado-lescents, garçons et filles, qui se tenaient à la porte d'entrée incrédule.

Je me remettais sur pied rapidement et me précipitais au dans les toilet-tes alors que les deux jeunes hommes qui venaient de me posséder éclataient de rire.

J'utilisais les toilettes pour m'essuyer et remettre mon bikini.

Ils m'attendaient à la porte et lorsque nous retournâmes à la piscine je leur demandais si l'un d'eux voulait bien étaler de la lotion solaire sur mon corps.

Ils étaient plus qu'enthousiastes pour se dévouer.

Je fixais mon regard sur Tom en me rasseyant sur mon transat.

Je n'avais pas le courage de regarder autour de moi.

Dès que je le lui eus demandé, le jeune gars qui avait marchandé avec moi, prit la lotion solaire et entreprit de m'en enduire le dos.

Ses mains, comme celles de ses prédécesseurs qui avaient oint mon corps d'huile solaire, passaient plus de temps dans mon minuscule bikini que sur mes chairs exposées au soleil.

Et ce fut pire encore lorsque je me tournais sur le dos, il déposa une mare d'huile sur mon ventre et il repoussa mon soutien-gorge révélant aux yeux de tous mon opulente poitrine, je tentais à plusieurs reprise de le rabattre, je lui demandais même de cesser mister petit manège, mais il continuait imperturbablement à me triturer les miches en dépit de mes protestations.

Il invita un de ses copains à le rejoindre et lui passa l'ambre solaire, ce-lui-ci commença par oindre mes pieds et remonta lentement le long de mes jambes jusqu'à atteindre le fond de mon petit, petit bikini.

Je jetais un coup d'œil circulaire et vis qu'il y avait bien une douzaine de spectateurs assis autour de nous qui observaient attentivement ces jeu-nes hommes qui leur dévoilaient mes charmes les plus secrets, pour leur plus grand plaisir.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#115
Up to the first message Down to the last message
Finalement il me tendit le flacon d'huile et me remercia pour le bon temps que je venais de lui offrir, puis il repartit, suivi de mister pote vers leurs chaises respectives.

C'était le premier des treize jeunes hommes qui venait de me baiser à se montrer poli et reconnaissant.

Aussi vite que je pensais cela, je m'insurgeais :

- "Mon Dieu! .... Déjà 13 hommes ont joui de mes charmes! .... Combien d'autres devrai-je encore satisfaire cet après midi? ...."

Je savais qu'il était temps de retourner plonger une tête dans la piscine et de ressortir pour parader avec mon maillot trempé sous les yeux des admirateurs qui nous entouraient, exposant par transparence ma cha-toune, mon cul et mes nibards comme si je me promenais nue parmi eux.

J'avais besoin de me relaxer encore quelques instants avant de m'exé-cuter.

Il n'était que 13 heures et quart de l'après midi et j'étais déjà éreintée.

J'étais assoiffée.

Je n'ai pas bu depuis le verre de bière qu'ils m'avaient offert lors de mon arrivée.

J'avais chaud et soif et dans la bouche le goût un puissant remugle de sperme, j'allais demander à Tom si je pouvais avoir u verre lorsqu'il ten-dit le doigt vers moi et me fit signe d'approcher.

Comme je m'approchais de lui, il fouilla dans mister sac me tendit sa clef et m'ordonna :

- "Va nous chercher une bière! .... Puis tu reprendras lorsque tu au-ras éclusé la tienne..... Tu peux constater que je prends grand soin de ton bien-être ma chérie! ...."

Je ne lui dis pas ce que j'en pensais! ......

Je gagnais l'appartement de Tom et sortis 4 bières, je me reposais une bonne minute penchée sur le réfrigérateur je respirais profondément.

Je me battais pour refouler mes larmes avant de retourner les rejoindre.

Je n'osais pas flâner trop longtemps, je ne voulais pas donner à Tom une nouvelle raimister de me tourmenter.

Je tendais les trois bières à mes trois tourmenteurs et regagnais mon siège ou je sirotais la mienne.

Je sais que lorsque j'aurai vidé ma canette je devrai retourner dans la piscine.

Je buvais à petites gorgées, m'efforçant d'estomper le goût de foutre que j'avais en bouche, j'avais vidé la moitié de ma bière lorsque ces relents s'effacèrent.

J'avais quasiment vidé ma canette lorsqu'un homme me rejoignit et sans plus d'explication s'assit sur le coté de mon transat.

Il était plus vieux que l'aréopage qui m'entourait, je pense qu'il avait dans les 45 ans.

Il me sourit et me dit :

- "Cela fait un bon moment que je vous observe, je suis fasciné... Vous êtes jeune, ravissante, sexy et vous baisez avec tous ceux qui vous le demandent... Et cela ne semble pas va réjouir! .... Je suis vraiment curieux de savoir ce qui se passe! ...."

Je lui ressortis la même histoire que j'avais servie aux autres, il me dit alors :

- "Je reste sceptique, mais je trouve l'opportunité de vous baiser ir-résistible! ..... Voulez-vous me suivre dans mon appartement! ...."

Je lui répondis que je pouvais le suivre dans mister appartement, mais que je devais être de retour dans 15 minutes.

Il me dit alors que c'était une honte, il aurait voulu prendre mister temps pour me cajoler.

Je lui dis juste que c'était la règle que je devais observer, il se leva et me tendit la main.

Je pris sa main et il m'aida à le relever à mon tour, puis nous sommes partis vers mister appartement.

Contrairement à ces jeunes gens qui 'avaient possédé auparavant il m'emmena dans sa chambre et me prit au creux de mister lit. Il me regar-dait avec une sorte de révérence. Il était doux et gentil, il s'allongea à mon coté et me caressa lentement m'excitant de telle façon que lorsque je me tournais pour l'accueillir, j'étais fin prête.

C'était la première fois qu'on me faisait l'amour depuis que Brian était parti, même si c'était contre mon gré je m'en réjouissais.

Peut-être bien que c'était uniquement parce qu'il ne me traitait pas comme un morceau de viande à utiliser pour prendre mister pied! .....

Ses mains exploraient mes charmes, éveillant mes sens alors que je m'échauffais. Il m'embrassait avec passion bien qu'il m'ait vu quitter la piscine pour suivre tous ces hommes.

Il était vraiment un bon amant et à ma grande surprise je sentais un or-gasme fracassant monter dans mes reins et je jouis de tous mes mem-bres avant que lui-même ne jouisse. J'essayais de ne pas le montrer, j'étais presque gênée, pourtant il savait que j'avais joui de tous les pores de ma peau.

Lorsqu'il eut giclé dans mon ventre il resta allongé sur moi et me sourit me disant :

- "C'était vraiment formidable! ..... Tu ne sembles pourtant pas être le genre de fille qui se livre à ces actes lascifs, même pour éponger une dette... Me cacherais-tu quelque chose? ...... Si tu as des ennuis je suis prêt à te venir en aide! ...."

Je lui souris, c'était vraiment gentil de me proposer mister aide, mais je sa-vais que permisterne ne pouvait m'aider, je ne pouvais que supporter mon sort.

Je le remerciais et lui répondit que j'appréciais mister offre et que j'en étais très touchés.

Je n'ajoutais rien à ces mots.

Je ne pensais pas que quiconque puisse m'aider, mon problème majeur était ce DVD qu'ils pouvaient envoyer à n'importe qui.

Il extraya finalement sa bite amollie de sa chatte, je gagnais la salle de bain la salle et me nettoyais prestement.

Je le rejoignis, enfilais de nouveau mon micro bikini et le remerciais de s'être montré aussi gentil avec moi puis sous sommes retournés à la pis-cine.

Il m'accompagna jusqu'à mon transat, j'allais m'asseoir lorsque je vis Tom et ses deux amis se lever, et m'appeler d'un signe de tête, je m'ap-prochais pour voir ce qu'ils voulaient.

- "On s'est assez amusé pour cette matinée, allez on s'en va main-tenant! ......"

Nous retournâmes dans l'appartement de Tom et les 45 minutes suivan-tes je les passais avec chacun d'eux, tour à tour sous la douche. Je dus les savonner et les rincer à chacun leur tour. Puis je pus me laver moi-même.

Lorsque je sortis de la douche, ils s'étaient rhabillés, je remis mon pagne et la première brassière que Tom m'avait achetée.

C'était ce tout petit maillot sur lequel était inscrit : "Baisez-moi".

Avant que nous quittions l'appartement, Tom me menotta les poignets. J'avais de mauvais pressentiments.

Ce qui était arrivé la veille avait été incroyablement pénible et humiliant, j'avais espéré que ce ne serait qu'un épisode malheureux, que désormais ils me baiseraient me rebaiseraient et m'humilieraient selon leur bon plaisir avant que je ne retourne chez moi, mais visiblement ce n'était pas leur intention.

On gagna la voiture de Tom, cette fois je dus m'asseoir sur le siège pas-sager.

Tom démarra, et avant de quitter le parking il releva mon maillot au-dessus de mes nibards les offrant aux regards.

Une fois de plus j'étais heureuse que mes lunettes soient teintées ce qui me cachait des passants.

Aussi idiot que cela puisse paraître, je me réjouissais que tous ceux qui me voient me balader les seins à l'air ne puissent voir mes yeux.

Et il y avait beaucoup de gens qui me reluquaient.

Tom conduisait lentement, il nous emmena dan su petit restaurant le long de la rivière, pendant tout le chemin des dizaines de piétons, ou de conducteurs dans leurs véhicules pouvaient détailler mes charmes mammaires exposés de façon provocante.

Tom se gara devant le restaurant, il m'ouvrit la portière, m'aida à des-cendre et rabattit le top sur ma poitrine.

Nous sommes entrés dans le restaurant et l'avons traversé pour nous installer à une table le long de la rivière.

C'était un bel après-midi, une légère brise ridait les eaux, mon pagne vo-letait au gré du vent exposant mes charmes les plus secrets, les permisternes que l'on croisaient s'immobilisaient pour mieux inventorier mes appâts.

Je ne pouvais rien faire pour me préserver de leurs regards, mes mains étaient toujours menottées dans mon dos.

J'étais sur d'être devenue le centre des conversations, bien sur j'étais la seule de toute l'assistance à arborer des menottes en cuir.

Pourtant cela empira encore.

Comme nous nous dirigions vers notre table, je sentis que ma brassière remontait et, en m'asseyant, je vis que mes tétons étaient clairement ex-posés aux regards de tous, alors que le bout de tissu censé couvrir mon pubis glissait sur le coté exposant mes charmes intimes de la taille aux pieds.

Je suppliais Tom de m'ôter mes menottes où tout au moins de rectifier ma tenue, mais il me sourit et me prévint :

- "Tais-toi stupide petite salope, si je voulais que tu sois décente je ne te ferai pas mettre cette tenue putassière! ....."

Tous les consommateurs avaient les yeux rivés sur moi maintenant, seuls les plus proches détailler ma chatoune.

A quoi pensais-je donc? ....

Comment pouvais-je dire que seuls une douzaine de permisternes jouis-saient de la vue de ma foufoune? .....

Cependant tout le monde se rendait compte que je portais une tenue mi-nimum et que la moitié de mes nibards étaient découverts.

Je restais aussi calme que possible et respirais lentement espérant évi-ter ainsi que mon top ne remonte encore.

J'espérais ardemment que notre serveuse arriverait et que je pourrais lui demander de réajuster ma tenue.

Il n'y avait aucune chance que cela arrive.

Il ne s'agissait pas d'une serveuse mais d'un jeune serveur qui appréciait ma tenue tout autant que les autres consommateurs et qui me sourit tandis que je voyais sa bite se déployer comme un mas de tente alors qu'il prenait la commande de Tom et ses deux amis.

Lorsqu'ils eurent tous commandés, le serveur se tourna vers moi, je re-gardais Tom et lui dis :

- "Je ne peux pas manger ainsi! ...."

Il me répondit :

- "Commande, je te les enlèverai lorsque les plats arriveront! ...."

Je n'avais pas très faim.

C'est difficile d'avoir faim lorsqu'on se sent dégradée.

Pourtant l'odeur de nourriture me chatouillait les narines.

Aussi demandais-je un sandwich et un coca light.

J'entendais les conversations reprendre autour de nous.

Je suis à peu prêt certaine que le sujet de leurs échanges avait changé, je sentais toujours les yeux rivés sur mes charmes, les choses empirèrent à nouveau, je sentis un de mes nibards sur le point de s'extraire totalement de mon top pour prendre l'air.

A chaque respiration les choses empiraient.

Je signalais à Tom qu'un de mes nichons serait bientôt totalement libre, il me sourit et commenta :

- "Y-t-il des plaintes? ..... Si oui je dois y faire attention! ...."

Dans les secondes qui suivirent mon premier nibard puis l'autre jouèrent les filles de l'air, les trois copains se sourirent entre eux et m'ignorèrent discutant de la façon d'opérer pour négocier le DVD qu'ils avaient tourné ce week-end.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#116
Up to the first message Down to the last message
Je remarquais que tous les gens qui quittaient le restaurant s'arran-geaient pour passer auprès de notre table.

Je notais aussi qu'il n'y avait que peu de gens qui partaient depuis notre arrivée.

Ils commandaient des boismisters et restaient assis les yeux rivés sur mes charmes, ils attendaient de voir ce qui se passerait ensuite je suppose.

Notre serveur revint alors avec nos boismisters, la seule façon que j'avais de me désaltérer était de sucer la paille qu'il avait trempée dans le verre.

Je ne voulais surtout pas que ce stupide top que je portais remonte plus au-dessus de mes miches.

Il s'écoula de nouveau cinq bonnes minutes avant qu'il revint avec la nourriture, Tom tendit la main et me libéra une main, me laissant à moitié entravée.

Rory avait accroché la menotte à une jambe de ma chaise, je ne pouvais donc me servir que d'une seule main.

Je voulus ajuster ma tenue pour dissimuler mes charmes trop largement exposés.

Tom intervint alors :

- "Arrête salope..... Tu manges ton sandwich et sirote ta boismister sans t'occuper de ta tenue...... Elle me plait comme ça! ....

Je bougeais avec précaution de peur d'empirer encore les choses et gri-gnotait mon sandwich tout en vidant mon verre, pleinement conscient que j'offrais un spectacle des plus érotiques à tous nos voisins

Mon top continuait à remonter à chacun de mes mouvements exposant presque totalement mes nichons.

Je voulais désespérément cacher mes appâts, j'espérais encore plus quitter cet endroit, j'étais folle d'offense.

Les choses semblèrent s'arranger quelque peu lorsqu'un homme élé-gamment vêtu s'approcha et se présenta comme le gérant des lieux.

Il dit :

- "Je suis désolé de devoir intervenir, mais je dois installer une fa-mille avec enfants sur une table proche de la votre aussi dois-je vous demander d'adopter une tenue correcte au moins jusqu'à leur départ.

Tom lui sourit en retour et répliqua :

- "Pas de problème mon gars... " puis se tournant vers moi il ajouta :

- "T'as compris salope, ajuste ta tenue......"

Je rabattais rapidement ma brassière et tournais mon pagne pour qu'il cache ma chatoune.

Mais une fois couverte, la situation n'amusait plus mes tourmenteurs, ils vidèrent leurs verres, me libérèrent, se levèrent et on quitta le restaurant.

J'étais affolée.

J'avais été profondément humiliée dans le restaurant, mais cependant c'était un endroit où j'étais en sécurité, je n'osais m'imaginer ce que Tom avait programmé pour la suite, à chaque fois cela s'était terminé par une série de viols.

Lorsque nous sortîmes, il m'entrava à nouveau les poignets et nous sommes retournés dans la voiture.

Il était à peine 15 heures.

Je grognais en voyant ou nous allions.

Tom se gara dans le parking juste devant le club photo.

Je ne parvenais pas à cacher mon angoisse.

Je le suppliais de ne pas me faire revivre cette épreuve.

Il sourit et me dit :

- "Désolé ma chérie, j'ai eu une foule de demandes pour que tu re-viennes et c'est de l'argent facilement gagné! ...."

Ils me tirèrent hors de la voiture et nous avons retourné au club.

Le colosse noir qui gérait les lieux sourit en nous voyant.

Il vint nous rejoindre et nous entraîna tout de suite dans le vestiaire.

Il me toisa du regard et me dit :

- "Permisternellement j'adore la façon dont tu es vêtue aujourd'hui! .... Mais tes clients veulent que tu les excites à mort! ..... Ils veulent tirer quelques clichés de ta petite culotte avant de passer aux cho-ses sérieuses."

Il me sortit quelques tenues de ville tout à fait ordinaires, il me tendit des vêtements que j'aurai choisi pour m'habiller d'acheter si j'en avais eu l'opportunité.

Tom m'enleva les menottes et tandis que je me changeais, il se mit à discuter avec le gérant en se promenant de ci de là, dans la pièce. Je savais qu'ils discutaient de moi, ils planifiaient ma prestation.

Je ne voulais pas y penser.

Je me tenais devant Rory et Steve vêtue d'un chemisier et d'une jupe ordinaires, en dessous j'avais des sous-vêtements tout à fait tradition-nels.

Tom revint vers moi et me sourit démoniaque ment quand il me vit ainsi vêtue, il me rappela :

- "Tu connais la routine... Tu te mêles à tes clients et tu te montres gentille avec eux! ..... Puis tu viens dans la pièce des prises de vue, tu prends les poses qu'ils demandent et tu enlèves un vête-ment à chaque tintement de la cloche..... Si tu me déçois, il y a une salle réservée au sado-masochisme et l'on pourrait très bien y poursuivre notre petite fête! ..... Mais je ne pense pas que veuilles me décevoir, n'est-ce pas ma chérie? ....."

Je secouais négativement la tête me résignant à jouer une nouvelle fois les prostituées pour leur grand plaisir.

Tom sourit et me félicité :

- "T'es vraiment une bonne fille ma petite salope... " puis il me prit par le bras et me poussa dans la selle principale où je me mêlais aux consommateurs.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#117
Up to the first message Down to the last message
Brian est appelé en Irak Ch 4

Chapitre 4 : retour au club photo pour une nouvelle séance de pose suivi d'un gang bang record.



Lorsque nous sortîmes, il m'entrava à nouveau les poignets et nous sommes retournés dans la voiture.

Il était à peine 15 heures.

Je grognais en voyant ou nous allions.

Tom se gara dans le parking juste devant le club photo.

Je ne parvenais pas à cacher mon angoisse.

Je le suppliais de ne pas me faire revivre cette épreuve.

Il sourit et me dit :

-"Désolé ma chérie, j'ai eu une foule de demandes pour que tu reviennes et c'est de l'argent facilement gagné! ...."

Ils me tirèrent hors de la voiture et nous avons retourné au club.

Le colosse noir qui gérait les lieux sourit en nous voyant.

Il vint nous rejoindre et nous entraîna tout de suite dans le vestiaire.

Il me toisa du regard et me dit :

-"Permisternellement j'adore la façon dont tu es vêtue aujourd'hui! .... Mais tes clients veulent que tu les excites à mort! ..... Ils veulent tirer quelques clichés de ta petite culotte avant de passer aux choses sérieuses."

Il me sortit quelques tenues de ville tout à fait ordinaires, il me tendit des vêtements que j'aurai choisi pour m'habiller d'acheter si j'en avais eu l'opportunité.

Tom m'enleva les menottes et tandis que je me changeais, il se mit à discuter avec le gérant en se promenant de ci de là, dans la pièce. Je savais qu'ils discutaient de moi, ils planifiaient ma prestation.

Je ne voulais pas y penser.

Je me tenais devant Rory et Steve vêtue d'un chemisier et d'une jupe ordinaires, en dessous j'avais des sous-vêtements tout à fait traditionnels.

Tom revint vers moi et me sourit démoniaque ment quand il me vit ainsi vêtue, il me rappela :

-"Tu connais la routine... Tu te mêles à tes clients et tu te montres gentille avec eux! ..... Puis tu viens dans la pièce des prises de vue, tu prends les poses qu'ils demandent et tu enlèves un vêtement à chaque tintement de la cloche..... Si tu me déçois, il y a une salle réservée au sado-masochisme et l'on pourrait très bien y poursuivre notre petite fête! ..... Mais je ne pense pas que veuilles me décevoir, n'est-ce pas ma chérie? ....."

Je secouais négativement la tête me résignant à jouer une nouvelle fois les prostituées pour leur grand plaisir.

Tom sourit et me félicité :

-"T'es vraiment une bonne fille ma petite salope... " puis il me prit par le bras et me poussa dans la selle principale où je me mêlais aux consommateurs.

Dès que je pénétrais dans la grande pièce, les consommateurs se regroupèrent autour de moi.

Les plus audacieux tendirent tout de suite la main pour palper mes charmes au travers de mes vêtements.

Une paire d'entre eux me malaxèrent la croupe alors qu'un troisième posait mister bras sur mes épaules laissant pende sa main sur mes nibards.

Ils me posaient les mêmes questions qu'hier.

Je leur dis mon prénom et mon âge et pourquoi une jeune mariée se résignait à exercer ce genre de boulot.

Tom était là pour rectifier mes dires, et ils réalisèrent bientôt que j'étais là contre mon gré ils semblèrent s'en réjouir comme tout comme le groupe de la veille.

Je suppose que c'était bien plus amusant pour eux de dégrader une jeune femme mariée plutôt que de s'amuser avec une prostituée payée pour satisfaire leurs caprices.

Il semblait y avoir plus de participants cette fois, je jetais un coup d'œil circulaire tentant d'en faire le compte.

Mais ils bougeaient tout le temps et je ne voyais pas ceux qui se tenaient dans mon dos, mais il me semble qu'ils étaient au moins une vingtaine de mateurs.

C'était le même genre d'assistance cependant La plupart blancs d'âges murs, avec quelques jeunes et quelques vieux et cette fois il y avait aussi deux noirs.

Le gérant décida qu'il y avait assez de monde et il nous emmena dans le studio.

C'était la même pièce que la veille.

Je vis Rory se placer à nouveau contre le mur pour filmer la séance.

Tom et Steve s'assirent dans l'arrière plan un sourire réjoui aux lèvres.

Bien que je ne sois pas habillée en écolière cette fois, on garda le décor de la salle de classe.

Je m'installais sur la petite scène au centre du studio et je commençais à poser à selon leurs demandes.

Presque immédiatement je dus retrousser ma jupe et écarter en grand les cuisses, tourner sur moi-même en relevant aussi l'arrière de ma jupe.

Je devais tenir les poses jusqu'à ce qu'ils soient satisfaits, puis adopter d'autres poses alors qu'ils me photographiaient sous d'autres angles.

Dès que j'entendis rémisterner la cloche, je me levais et déboutonnais mon corsage.

Je l'enlevais lentement, j'entendis alors le déclic signalant la mise en oeuvre des caméras.

Puis je posais empaumant mes nichons, les tendant aux spectateurs qui se pressaient autour de moi.

A leur commandement j'entrepris de triturer érotiquement mes tétons dardés.

Le plus difficile était d'afficher les bonnes expressions faciales, ils me demandaient de sourire, d'afficher une moue boudeuse, puis de nouveau un sourire... Et ainsi de suite...

Je ne pense pas que mes sourires forcés les satisfassent vraiment, j'espérais qu'ils ne sen plaindraient pas.

La cloche retentit à nouveau et j'ôtais suggestivement ma jupe, je posais maintenant en soutien-gorge et petite culotte.

Ils m'enjoignirent de tirer ma culotte vers le haut, enfonçant le fond dans le sillon de ma minette ce qui soulignait mes babines enflées de façon tout à fait obscène.

Ils trouvèrent amusant de me faire plonger la main dans ma petite culotte pour me faire titiller ma chagatte.

Choquée, je dus plonger mon index dans ma fente, je constatais immédiatement qu'immédiatement je me mis à secréter un flot de cyprine détrempant ma cramouille.

Je dus tourner sur moi-même, me pencher en avant, jeter une jambe en l'air, écarter le plus possible mes cuises.

J'espérais que permisterne ne noterait que ma chatte était trempée de mouille, mais j'entendis plusieurs gars souligner que le fond de ma petite culotte avait trempé à hauteur de ma chatoune.

La cloche tinta à nouveau, je m'assis et me débarrassais de mon soutien-gorge, dès que mes nichons jaillirent à l'air libre je dus recommencer à poser selon leurs consignes.

Ils prirent une multitude de clichés leurs mains posées sur mes nibards les malaxant, étirant les mamelons.....

Quelques instants plus tard j'étais debout lorsque deux costauds saisirent l'élastique de ma petite culotte, à la taille et me soulevèrent en power en tirant dessus.

Ils me tinrent suspendus dans les airs le temps que leurs potes puissent prendre une flopée de photos de ma foufoune débordant du fond de ma petite culotte ainsi que plusieurs clichés avec leurs mains fourrées dans mon sous-vêtement.

Exactement comme la veille, lorsque la cloche misterna, ils me dépouillèrent de ma petite culotte et les événements devinrent plus sauvages.

Ils prirent une longue série de photos alors qu'ils tournaient au tour de moi écartant mes globes charnus pour mater mon petit trou de cul ridelé.

Ils me doigtèrent alors plus avidement exhibant leurs érections, je savais que très bientôt ils bourreraient leurs bites érigées dans ma chatoune.

Je ne voulais pas y penser.

Après m'avoir fait poser dans les positions les plus humiliantes qu'ils purent trouver, la cloche misterna à nouveau et ils m"emmenèrent hors de la pièce, j'attendais dans le hall tandis que le gérant vendait mes charmes à mes futurs clients.

Je me souvins que la dernière fois cela avait été rapide.

Je ne pouvais qu'espérer qu'ils en auraient vite finis avec moi.

La porte s'ouvrit et je dus retourner dans une petite salle qui ressemblait à une réserve à la porte taillée dans le mur du fond.

Ils m'installèrent au milieu du plancher allongée à plat dos.

Une sangle épaisse encercla ma taille et mes poignets furent liées sur mes chevilles, ma tête pendait lorsque je jetais un coup d'œil circulaire je notais que la plupart des hommes avaient ôté leurs pantalons, je ne voyais que des bites érigées partout où mes yeux se posaient.

le gérant dit alors :

-"Messieurs, comme vous êtes nombreux je vais vous accorder un peu plus de temps, aussi prenez votre temps et amusez-vous bien! ...." puis il se recula contre le mur et la partouze démarra.

Dès qu'il se fut reculé contre le mur, je me retrouvais avec une bite en bouche qui s'enfonça dans mon arrière gorge du premier coup.

Je me débattais un peu, mais comme cela ne servait à rien je me résignais rapidement à prodiguer une gorge profonde.

On releva mes jambes en l'air, tout en me courbant en avant mamelles pendantes.

Dès que je fus bien ouverte, un des assistants plongea violemment mister épaisse bite dans la chatte.

Je ne comprenais pas pourquoi tous ces hommes se montraient si brutaux.

Cela avait déjà était la même rengaine la veille.

Je subodorais qu'ils devaient avoir une bien basse opinion des femmes, peut être m^me que c'était de moi qu'ils avaient une si basse opinion.

J'entendais les appareils photos cliquer alors que deux hommes me possédaient, je ne pouvais que prier pour que ces photos ne se retrouvent jamais sur internet.

Je doutais que c'était le genre de permisterne à utiliser internet, mais on ne sait jamais! .....

Deux nouveaux spectateurs me possédaient, cette fois cela dura plus longtemps que le premier duo.

Ils me prenaient souvent en cul cette fois.

Je savais qu'ils étaient plus nombreux que la dernière fois, je le sentais bien au volume de foutre que j'avalais et qui ruisselait de ma chatoune et de mon trou du cul.

J'étais vraiment épuisée et je me mis à pleurer misérablement.

Je n'attendais pas de compassion de leur part, mais j'aurai espéré qu'ils se montrent moins frustes, moins rudes.

Ils riaient à gorge déployée alors qu'ils se vidaient sur mes joues mélangeant leur sperme à mes larmes, lorsqu'ils voulaient que j'arbore une expression plus angoissée, ils tordaient vulgarement mes tétons.

Le gérant n'interrompait pas la séance, il les laissait faire ce qu'ils voulaient sans intervenir..
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#118
Up to the first message Down to the last message
Il se tenait avec Steve et Tom le long du mur et ils regardèrent le spectacle jusqu'au moment où mes clients se lassèrent de mes charmes.

Une fois qu'ils se furent rhabillés et qu'ils quittèrent la salle Tom m'autorisa à gagner la douche pour me nettoyer de toutes ces infâmes souillures.

Lorsque je me fus lavée et séchée, Tom m'attendait pour me ramener dans la salle.

Le gérant me courba sur la banquette et me baisa longuement par derrière, puis je dus nettoyer consciencieusement sa bite, il tendit alors une pleine poignée de billets à Tom et ils sortirent de la pièce pour quelques minutes.

Quand il est revenu, il m'a tendu ma tenue de salope et nous sommes partis.

Nous gagnâmes la salle de la porte à coté.

Tom et Steve m'accompagnèrent à l'intérieur, Rory nous dit qu'il nous rejoindrait bientôt et nous quitta.

Nous avons commandé une tournée de bières.

Rory revint au bout de quelques minutes

Il avait amené un sac qu'il posa au sol à coté de sa chaise.

J'espérais que ce n'était pas pour moi, je priais que nous ne retournions pas une nouvelle fois au sex-shop voisin.

Des choses horribles qui m'étaient arrivées, la visite au sex-shop était bien la pire.

Cette fois Tom ne m'avait pas droguée.

Nous quatre demis nous ont été apportés par une serveuse et j'étais la seule de la table à avoir touché à mon verre.

J'espérais bien que cela sous-entendait que nous ne rendrions pas au sex-shop.

Tom se mit à jeter de fréquents coups d'œil sur sa montre, je compris alors qu'il avait quelque chose en tête.

Il allait de soi que je détesterais ce qui allait advenir, quoi que ce soit.

Tom jeta un dernier coup d'œil sur sa montre et paya les consommations, et nous quittâmes le bar.

Dès que nous fûmes sortis Rory fouilla mister sac en papier et tendit quelque chose à Tom. Il s'agissait d'un bandeau.

Tom m'en couvrit les yeux, j'étais paniquée.

Une fois que je fus aveuglée, ils me firent tourner sur moi-même à plusieurs reprises jusqu'à ce que je perde toute notion d'orientation.

Ils arrêtèrent alors, une fois que pus reprendre mon chemin, ils m'entraînèrent le long de la contre-allée.

J'étais terrifiée à l'idée de retourner au sex-shop, mais ils me firent entrer dans un autre bâtiment.

Je savais que nous n'étions pas au sex-shop parce que nous n'avions pas franchi de sas d'entrée.

C'était calme à l'intérieur, ou bien permisterne ne parlait, j'entendais des gens respirer lourdement, j'entendais des gens marcher, nous n'étions pas seuls dans cette pièce.

Des gens se mirent à évoluer, mais je n'entendais toujours pas un mot.

Après quelques minutes, on me fit remonter un vestibule pour gagner une salle sur le coté.

J'entendis beaucoup de gens marcher, des gens me suivaient tranquillement nous entourant de tous cotés.

A peine étions nous entrés dans la pièce que déjà quelqu'un me dépouilla de ma tenue de pute.

On m'écarta les cuisses et l'on me riva les pieds au sol.

Puis les menottes que l'on m'avait enlevées en arrivant au studio photo me furent remises, je me sentais plus que jamais sans défense.

Qui que ce soit qui m'avait entravé les chevilles et les poignets se retira et je sentis la foule s'approcher de moi.

Des puissantes mains viriles firent l'inventaire de mes charmes, beaucoup de mains bien que je ne puisse les compter.

Mes nichons étaient pétris rudement, mes tétons pincés et étirés douloureusement.

D'autres mains m'écartèrent mes fesses et explorèrent ma raie culière alors que deux hommes entreprenaient de s'amuser avec ma foufoune.

Ils semblaient palper mes appâts chacun à leur tour, les inventoriant consciencieusement avant de se retirer.

Cela continua un bon moment en l'absence totale de rires, de gloussements et de commentaires salaces.

Je ne pouvais absolument pas deviner ce qui allait se passer ensuite.

Je ne pouvais même pas estimer le nombre d'hommes m'encerclant, encore moins deviner s'ils étaient noirs, blancs ou jaunes, jeune ou vieux! .....

La seule chose que je constatais c'est qu'ils devenaient de plus en plus rudes, ils commençaient vraiment à me faire mal.

Je commençais à crier, ils semblèrent apprécier, j'entendis des gloussements alors qu'ils continuaient à me tourmenter.

L'un d'eux saisit une pleine poignée de cheveux et les tordit.

Je pensais tout d'abord qu'il faisait cela pour me ***r, mais je sentis alors qu'il me les liait avec une corde avant de me mette un collier autour du cou.

J'étais courbée sur ma taille on attacha une chaîne fixée au sol à mon collier.

Finalement la corde qui liait mes cheveux fut tirée en arrière et liée autour de ma taille.

Une autre chaîne fut attachée à mon collier m'étirant vers le plafond.

J'étais dans une position très inconfortable.

Mon torse se trouvait au niveau du plancher alors que ma tête était violemment rejetée en arrière visage tendue en avant

Je ne pouvais pas bouger.

Je ne serai même pas tombée au sol si je m'évanouissais; j'étais pendue par les cheveux.

Puis j'entendis Tom intervenir :

-"Messieurs, madame Kim est maintenant prête, vous pouvez utiliser mister corps selon votre bon plaisir! ..."

J'entendis les misters produits par des vêtements que l'on enlève, je sus alors que des spectateurs se déshabillaient, et la séance démarra.

Une bite très épaisse fora sauvagement mister trou dans ma chatoune alors qu'une autre me forçait les lèvres.

Ces deux bites étaient vraiment très grosses.

Celle qui violait ma bouche tentait de s'immiscer dans ma gorge en dépit de ma douleur.

J'étais au bord de la panique.

Cette bite était beaucoup trop grosse et j'étais sure qu'il allait me déchirer l'arrière gorge.

De toute manière, j'allais sûrement étouffer! ....

Cela ne faisait aucun doute! ......

J'étais incapable de respirer avec cette épaisse flamberge plantée dans mon arrière gorge.

L'homme qu me baissait me gifla les hanches, je ne parle pas de mes poignées d'amour, il me frappait les fesses.

Je criais après une gifle particulièrement violente, celui qui me prenait en bouche en profita pour s'enfoncer profondément dans mon arrière gorge coupant mes cris.

La douleur grandissait, enfin l'homme qui me baisait en bouche me laissa respirer, de temps à autre, je ne sais pas combien de temps s'écoula avant que ces hommes jouissent.

Lorsque mon chevaucheur de tête eut giclé dans mon arrière-gorge il extirpa sa grosse mentule se recula de quelques pas et m'enleva mon bandeau.

Je vis, au travers des larmes qui m'aveuglaient, que j'étais entourée par une nombreuse assistance de noirs.

Ils étaient costauds, des noirs musclés avec de grosses bites tendues.

Je remarquais immédiatement les caméras professionnelles qui filmaient ma performance.

Je ne sais pas combien ils étaient, mais je me rappelais ce que Tom m'avait dit en voyant ce genre de film au sex-shop.

Il avait dit qu'il était sur que je pourrais battre le record de la malheureuse actrice, aussi supposais-je qu'ils étaient plus de 25 prétendants à l'exploit.

Comme les deux suivants se mettaient en position de m'utiliser, je me souvins soudainement que Tom m'avait désignée par mon nom lorsqu'il avait invité ces hommes à user de mes charmes.

Ils connaissaient donc mon nom maintenant! ....

Par Dieu les caméras fonctionnaient-elles déjà à ce moment? .....

Ils se montrèrent aussi mauvais que les deux premiers, ils étaient tous deux dotés d'énormes queues avec lesquelles ils me baisèrent sauvagement! ...

Lorsque la troisième paire usa de mes charmes je commençais à m'engourdir.

C'est alors qu'ils décidèrent de varier les plaisirs! ....

Le suivant enfourna sa bite dans ma foufoune élargie et gonflée, mais après quelques coups de boutoir il extirpa sa bite, l'homme qui me prenait en bouche se retira pour qu'ils puissent tous apprécier mes beuglements alors que mon chevaucheur de queue m'enculait avec une violence extrême.

Je m'évanouis avant même qu'il ait introduit 5 centimètres de sa bite dans mon boyau non préparé.

Lorsque je revins à moi, ils me baisaient tous deux depuis un bon moment.

Suspendue comme je l'étais, j'étais restée en bonne position pour qu'ils puissent me posséder jusqu'au bout.

J'eus l'impression que cela dura une bonne semaine.

J'étais certaine d'être déchirée.

Je savais que c'était du sang qui s'étalait sur mes cuisses.

Sans aucun doute ces épaisses bites qui avaient ravagé mon cul m'avaient endommagée.

Je m'évanouis à plusieurs reprises par la suite, mais cela ne les dérangeait pas.

J'en vins à réaliser que leur seul but était que je me fasse fourrer par suffisamment d'énormes bites noires pour que le record soit filmé, enregistré et commercialisable.

Cela se termina enfin, je n'avais aucune idée du temps que mon épreuve avait duré.

Ils m'abandonnèrent toujours garrottée et suspendue le temps qu'ils se rhabillent tous et partent.

Puis les caméras firent le tour de mon corps supplicié et enregistrèrent les dommages que j'aie subis! ....

Lorsqu'ils arrêtèrent les caméras et quittèrent la salle, on me délia.

Je m'écroulais au sol et me recroquevillais en position fœtale, puis, je me mis à pleurer comme un bébé.

Jamais je n'avais eu aussi mal de toute ma vie! ....

J'avais peur d'inspecter mon corps pour constater les dégâts.

J'entendis la porte s'ouvrir et le gérant du studio photo nous rejoignit.

Je savais maintenant où je me trouvais! ...

Il sourit à Tom et s'esclaffa :

-"T'avais raimister mec, je ne pensais pas que ça marcherait si bien..... Y'avait les 35 hommes avec les plus grosses bites de la ville..... Tandis qu'ils la baisaient j'ai développé une bonne idée! ..."

-"Elle n'est plus à un coup prêt maintenant... Et ces hommes paient drôlement cher pour partouzer une blanche! ...."
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#119
Up to the first message Down to the last message
Je sentis qu'on me tapotait les fesse, je levais les yeux.

Tom me regardait affichant un air de dégoût sur mister visage il me dit alors :

-"Plonge ton cul sous la douche et nettoie-le! .... Tu pues le sperme! ....."

j'essayais par deux fois de me relever, mais je n'y parvins pas.

Finalement Tom se baissa m'empoigna les cheveux et me mit sur pied.

Il m'enleva mes menottes et me poussa vers la porte.

Je chancelais, mais je me débrouillais pour m'appuyer contre le mur.

Je m'arrêtais une bonne minute pour reprendre des powers, je vis avec surprise que pas une goutte de sang ne décorait mes cuisses.

Mes jambes tremblaient follement, je ne parvenais pas à les contrôler, je chancelais tout le long du mur et passais la porte pour gagner la salle de douche.

Je m'assis sur le bidet laissant le foutre s'écouler hors de ma cramouille.

Une grosse partie s'était déjà écoulée sur mes cuisses

mais la dose qui sortit encore de ma moule et de mon trou du cul s'avérait impensable.

Il y avait bien un quart de litre flottant à la surface du bidet lorsque je me relevais pour m'installer sous la douche.

Je pris une douche aussi chaude que je pus l'endurer, et après m'être nettoyée, je restais encore un bon moment sous la douche, pleurant tout mon saoul.

Je ne sais pas combien de temps je restais sous la douche avant que ne survienne Tom qui m'intima :

-"Si tu ne te magnes pas le cul il va t'arriver des bricoles ma petite chérie! ...."

Je le regardais comme l'idiot qu'il était et je fermais le robinet.

Je me séchais et regagnais la pièce ou je venais de me faire si copieusement violer.

Alors que j'entrai, Rory me jeta mon top et mon pagne, je les enfilais prestement.

Je jetais un coup d'œil circulaire et retrouvais mes sandales contre l'une des murs, je les chaussais tout aussi rapidement.

Le gérant et Tom discutaient encore entre eux, et quel que ce soit le sujet de leur conversation, cela les faisait bien rire, ils se turent à mon approche et dès que je fus prête, nous quittâmes le studio.

Je m'assis à l'arrière avec Steve et regardait par la fenêtre alors que Tom nous reconduisait à l'appartement.

Je pensais qu'ils me laisseraient partir cette fois, je ne voulais pas croire qu'ils voudraient encore me toucher après ce que je venais de subir.

Il semble toutefois qu'ils avaient vraiment apprécié ma performance et qu'ils ne voyaient pas pourquoi trois fellations de plus me poseraient problème! ....

Ils descendirent tous trois leurs pantalons sur leurs genoux et s'assirent, j'allais de bite en bite les suçant chacun à leur tour.

Puis cette fois ils m'autorisèrent à les quitter.

Tom me dit que e pouvais me reposer pendant une paire de jours, et qu'il n'aurait probablement pas recours à mes services avant le week-end prochain.

Sinon, il m'appellerait sur mon portable, mais en principe je ne devais revenir à mister appartement que le samedi suivant à 10 heures.

Je pris mon sac et sortis pour me ruer dans ma voiture.

Je n'étais pas capable de conduire pour l'instant.

Je pleurais beaucoup trop.

Quelques permisternes s'arrêtèrent en me voyant effondrée, et me demandèrent si ça allait, je hochais la tête et les ignorais.

J'étais pourtant au trente sixième dessous, j'avais terriblement mal, aussi bien mentalement que physiquement.

Je me demandais comment je pourrai revenir le week-end suivant! ......

Je ne pouvais m'empêcher de repenser aux dernières paroles du gérant du studio.

Qu'avaient-ils programmé qui soit encore pire que ce que j'avais enduré? .....

Qu'est ce qui pouvait s'avérer pire que ce qu'ils m'avaient obligé à subir? .....

Lorsque je parvins à me calmer, je pris la route pour rentrer chez moi.

A ma grande surprise je constatais à la montre de ma voiture qu'il était plus que 23 heures.

Ce serait dur de me lever pour aller au travail le lendemain.

Je ne savais pas si j'y parviendrai.

Je savais que j'aurai une sacrée chance si j'étais capable de marcher ou m'asseoir demain matin, ou bien même de parler ou de penser.

Je n'avais pas essayé de parler depuis la fin de mon calvaire.

J'essayais de dire Hello tout en conduisant, ce ne fut qu'un méconnaissable croassement.

Pour corser le tout, un engourdissement douloureux gagnait ma chatoune et mon trou du cul tant la douleur était forte, et cela empirait de minute en minute.
chrislebo

Member

Posts: 89205 Pictures: 3 
#120 
Up to the first message 
Chapitre 5 : Où Kim rencontre ses voisins de palier


Finalement j'arrivais à mon appartement et je garais ma voiture.

Je jetais un coup d'œil circulaire, par chance permisterne ne se trouvait dehors, il était tard et les gens travaillaient le lendemain.

Je respirais profondément puis je sortis de voiture et me précipitais chez moi.

Je montais à mon étage en m'appuyant lourdement sur la rampe, une fois à mon étage je chancelais jusqu'à la porte de mon chez moi.

Dès entré, je me ruais dans ma salle de bain et je remplis la baignoire d'eau brûlante.

Puis je gagnais la cuisine et me servit un grand verre de rhum coca, avec plus de rhum que de coca.

Je retournais dans la salle de bain où j'ôtais ma tenue de salope.

Je me regardais dans le miroir et réalisais que mes nichons étaient couverts de bleus.

Je me tournais, mes fesses aussi étaient couverts de bleus, j'empoignais un petit miroir et inspectais ma chatoune je me figurais qu'elle aussi devait être totalement déformée.

En fait elle était rouge vif et fort enflée mais il n'y avait pas de signes d'autres dégâts.

Je fermais le robinet et me glissais dans ma baignoire, dès que je fus assise de l'eau jusqu'au coup, je pensais :

- "Merde alors, j'ai totalement oublié de prendre de l'aspirine! ..... Je ne vais pas encore me relever! ....."

Je comptais sur le rhum pour estomper ma douleur! .... Je vidais mon verre que j'avais posé sur le rebord de la baignoire réalisant que j'avais été stupide de ne pas emmener les deux bouteilles.

Je m'étendais une fois mon verre vidé, laissais ma tête reposer en arrière et fermais les yeux.

Je cherchais désespérément à me vider l'esprit.

A ne pas penser à ce qui m'était arrivé et à ne pas penser à ce qu'ils mijotaient de me faire endurer le week-end prochain.

Je n'y parvenais pas, je ne pouvais m'empêcher de rabacher ces moments douloureux quant à l'avenir, il me terrifiait.

Chaque fois que je rejoignais ce pervers les choses empiraient, peut-ête était-il temps de les laisser lui et ses menaces.

Cela avait-il un sens de maintenir mes tourments secrets si je risquais d'en mourir? .....

Je demeurais assise dans mon bain jusqu'à l'instant ou l'eau devint froide pour y rester, je me rinçais alors me séchais et regagnais la cuisine.

Je pris deux cachets d'aspirine et me servit un autre rhum-coca

Je l'emmenais avec moi jusqu'à mon lit, réglais la misternerie du réveil et m'assit dans le lit les yeux fixés dans le vide le temps de vider mon verre.

Lorsque ce fut fait, je me laissais tomber sur le dos et m'endormit ou m'évanouit sur le champ.

J'entendis misterner le réveil au petit matin, après qu'il eut vibré pendant 10 bonnes minutes, je m'assis dans mon lit et pris conscience de toutes mes douleurs.

J'avais mal à l'estomac, ma chagatte était en feu, et mon trou du cul embrasé.

Je me rendais dans la cuisine, pris deux nouveaux cachets d'aspirine et partis prendre une douche bien chaude.

Je me sentis un peu mieux une fois ma douche prise.

Je me pulvérisais un peu de spray dans la gorge ce qui apaisa quelque peu mon mal de gorge.

J'aurai probablement mieux fait de me faire porter pâle, mais je ne voulais rester chez moi à rabâcher mon histoire.

Je voulais voir des visages amicaux pour changer.

Je m'habillais et m'arrêtais en chemin le temps de boire un café.

Je me dirigeais droit vers mon bureau et m'assis avec précaution pour entamer ma journée.

Je pensais que toutes les traces des avanies que j'avais subies étaient cachées par mes vêtements, cependant plusieurs permisternes me demandèrent si j'allais bien.

Je remarquais alors qu'ils ne remarquaient pas mes contusions, mais la lueur résignée que j'arborais dans mon regard.

Cependant la journée se passa bien et j'étais fière de mon attitude.

C'était bon de pouvoir faire quelque chose me détournant momentanément de mes problèmes avec Tom et ses amis, si j'étais restée chez moi, j'aurai rabâché mes avanies toute la journée ce qui aurait risqué de me rende folle.

Sur le chemin du retour je m'achetais une nouvelle bouteille de rhum et deux packs de coca.

Je développais visiblement u certain goût pour le rhum coca.

Je n'avais quasiment rien mangé la veille et j'étais particulièrement affamée, mais j'étais trop lasse pour faire la cuisine aussi me commandais-je une pizza.

J'enfilais une tenue décontractée et me préparais un rhum coca ce qui raviva la douleur de ma gorge.

Une ma pizza sur la table, je me sentais d'humeur à tout engloutir, je me versais un autre verre de rhum coca et ne mangeais que deux tranches de pizza.

Je rangeais le reste dans le frigo et me couchais, je lisais pendant quelques minutes puis j'éteignis la lumière.

Je restais étendue dans le noir tout juste prête à m'endormir lorsque je réalisais que cela faisait quatre jours que je n'avais pas écrit à Brian.

J'allais me relever pour lui écrire une lettre, mais je décidais finalement que j'étais trop fatiguée pour l'instant cela ne lui ferait pas de mal de s'inquiéter parce qu'il ne recevait pas de courrier de sa femme pendant quelques jours.

Je me sentais mieux le lendemain matin.

Je me pris une douche brûlante, m'habillais et déjeunais avec des céréales et un jus de fruit, je n'eus pas besoin de prendre d'aspirine.

J'étais encore un peu endolorie, mais rien de vraiment insupportable.

En rentrant cette nuit je trouvais une lettre de Brian.

Je m'empressais de l'ouvrir avant toute chose.

Cette lettre me rendit morose : en fait, il ne me disait que des choses justes, il me disait qu'il m'aimait et qu'il comptait les jours et qu'il pensait à moi tout le temps.

Il sembla fatigué et dépressif.

Il ajoutait qu'il y avait certaines choses dont il ne pouvait pas parler, des choses qui l'obsédaient.

J'étais encore plus anxieuse après avoir lu cette lettre.

Je me sentais de plus en plus coupable pour ces choses qu'on m'obligeait à faire, et de plus en plus déterminé à ce qu'il n'en entende jamais parler! .....

Le lendemain je me sentais à peu prêt dans un état normal.

La journée passa rapidement, je rentrais chez moi et me changeais et me préparais un petit repas.

Alors que je débarrassais la table, j'entendis frapper à la porte, je paniquais instantanément.

Nous n'étions que mercredi.

Tom m'avait dit que je disposais la semaine pour récupérer.

Je me calmais, m'approchais de la porte et jetais un oeil par le judas.

Je fus tout de suite rassurée en voyant qu'il s'agissait seulement d'un des étudiants qui habitait l'appartement contigu.

J'ouvrais la porte et lui demandais:

- "Salut, que puis-je faire pour vous? ......"

J'étais sure qu'il m'avait déjà donné mister nom, mais je ne m'en rappelais pas.

Il me sourit et me répondit :

- "Je suis désolé de vous ennuyer, mais j'ai besoin que vous regardiez quelque chose que j'aie chez moi, c'est très important, voulez venir chez moi, cela ne vous prendra qu'une minute? ...."

J'aurai bien voulu refuser, mais je n'avais aucune raimister de le bousculer, si ce n'est que c'était un homme, que j'étais seule, et que je ne le connaissais que très peu.

Je le dévisageais pendant une bonne seconde, cherchant comment lui dire nom sans le heurter, mais avant que je ne reprenne la parole il reprit :

- "Je vous en prie, c'est vraiment très important! ...."

Cela me semblait douteux, mais je répondis cependant :

- "D'accord, juste pour une minute, mais je tiens à ce que laissiez votre porte ouverte! ... Je ne voudrai surtout qu'il vous vienne des idées salaces! ....."

Il me sourit et termina :

- "Pas de problème, la porte restera ouverte aussi longtemps que vous le désirerez! ...."

Ma naïveté peut paraître étrange, mais je tirais ma porte, la refermais et je le suivis dans mister appartement.

En marchant il se tourna vers moi et annonça :

- "Je m'appelle Bill, on a déjà été présenté l'un à l'autre mais ça fait déjà un bon moment! ..."

Il ouvrit porte de mister "home" et je le suivis.

Il laissa la porte grande ouverte et je pénétrais dans le salon, je respirais un peu mieux en voyant la porte grande ouverte sur l'extérieur.

Son colocataire était assis sure un canapé, je le saluais d'un signe de la tête.

Il me sourit aimablement et m'observa attentivement alors que je suivais Bill jusqu'à un bureau sis dans un coin de la pièce, il s'assit et attrapa sa souris, l'écran s'éclaira alors et je vis s'afficher une image pornographique, de prime abord j'étais trop choquée pour réagir.

Juste au moment ou j'allais lui signifier ma fureur, il cliqua sur un autre icône, une nouvelle image s'afficha.

C'était moi! .....
 Page Page 4 of 255:  « Previous  1  2  3  4  5  ...  251  252  253  254  255  Next »
Rating: 54, 23 votes.
Cuckold Stories Post CuckoldPlace.com / Cuckold Stories Post /
les histoires de chrislebo
Up to the first message Up to the first message
Your reply Click this icon to move up to the quoted message
   More...
» Username  » Password 
Only registered users can post here. Please enter your login/password details before posting a message, or register here first.
 
Online now: Guests - 394
Members - 87

Page loading time (secs): 0.142

Press | Webmasters | Terms Of Use | Privacy Policy | 18U.S.C.§2257 | Statistics | RSS